Jeu : La pelote basque (du Plan de Grasse – Alpes-Maritimes)

Trinquet : joueur renvoyant la balle, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (19 juin 2012)

Trinquet : joueur renvoyant la balle, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (19 juin 2012)

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

Il s’agit d’un jeu de pelote basque qui s’est diffusé jusque dans les Alpes-Maritimes. Certains joueurs de pelote basque du Plan pratiquaient la pelote provençale1. La pelote provençale devait être l’objet d’une fiche d’inventaire à part entière. Toutefois, suite à l’abandon de sa pratique sur le territoire grassois2, au profit de la pelote basque, nous n’avons pas inventorié cette pratique. Certaines informations sur la pelote provençale telle qu’elle était pratiquée au Plan figurent ici.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Le Plan de Grasse, commune de Grasse (06), PACA. Il apparaitrait que l’existence locale de la pratique de la pelote provençale ait favorisé l’émergence et l’implantation de la pelote basque au Plan de Grasse.

Description :

  • Description de la pelote basque :

La pelote basque est un jeu de balle indirect, c’est-à-dire que les joueurs s’échangent la balle par l’intermédiaire d’un mur sur lequel la balle rebondit. Ici, deux équipes de deux joueurs s’affrontent. La pelote basque telle qu’elle est pratiquée au Plan de Grasse correspond à la « pelota gomme espagnole » ou « pelota gomme pleine », une pelote jouée en intérieur, dans un « trinquet », à l’aide d’une balle pleine en gomme et d’une raquette de bois. Au Plan de Grasse, ce sport peut également être pratiqué en extérieur, sur le « fronton » : mur installé en bout d’une place. Il mesure un peu plus de 10 de long pour environ 6 m de hauteur et il est prolongé par une surface de bitume avec marquage au sol appelée « cancha » en basque. Ici, elle mesure environ une trentaine de mètres et de ce fait sert surtout aux débutants (petite surface). Le fronton est aussi appelé « fronton place libre » par les joueurs de pelote basque.

Le trinquet est une salle couverte qui mesure environ 40 mètres de long pour 10 mètres de large et environ 13 m de hauteur. Le toit est bombé et translucide pour laisser passer la lumière. Le fond du trinquet est constitué d’un grand mur (le fronton). Le mur de gauche est composé d’un tambour, (pan de bois et filet) surmonté d’une surface lisse sur laquelle la balle peut rebondir. Le mur de droite est une paroi transparente fabriquée en matériaux de type polyméthacrylate de méthyle (PMMA). Enfin le mur du fond comprend également un tambour.

Intérieur du trinquet du Plan de Grasse, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (juillet 2012)

Intérieur du trinquet du Plan de Grasse, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (juin 2012)

 Au Plan de Grasse, les joueurs jouent en équipes de 2 contre 2.

La balle est lancée contre un mur à l’aide d’une raquette pleine appelée « pala ancha » ou « pala » (mots d’origine basque). Les joueurs s’envoient la balle en la faisant rebondir sur les murs. Elle reste en jeu si elle rebondit dans les zones vertes, sur le pan coupé, le tambour, les poteaux des filets, la paroi de verre et le sol. Cependant, elle doit être rattrapée à la volée ou au rebond (un seul rebond au sol autorisé), sinon le point est perdu. Lorsqu’elle est envoyée dans le filet du fond du court ou dans les filets latéraux, le point est fait. Des lignes de départ (appelées « flata ») sont tracées au sol et correspondent au niveau et aux capacités physiques des joueurs (du trait 1 : le plus facile au trait 6 : le plus difficile). La balle doit impérativement dépasser la ligne de départ lorsqu’elle revient du fronton, sinon le point est perdu.

Ex : si le joueur met en jeu de la ligne n°4, la balle doit dépasser cette ligne lors de son retour.

Lors de la mise en jeu, un « douro » (sorte de pièce rouge d’un côté et bleue de l’autre) est utilisé pour tirer au sort l’équipe qui engage.

En trinquet, la balle lancée sur le fronton peut rebondir sur toutes les zones vertes mais doit rester dans les zones délimitées par les lignes rouges. En bas du fronton, sous la ligne rouge placée à environ 80 cm de hauteur, de la tôle est installée. Il en est de même pour la partie haute du fronton. Grâce au son émis, les joueurs savent alors si la balle est « trop basse » ou « trop haute » et donc hors-jeu.

Sur un fronton extérieur, il n’y a pas de côtés et la surface au sol est plus courte.

Chaque joueur possède sa propre balle et sa propre raquette homologuées par la Fédération Française de Pelote Basque. La taille, le poids et la couleur de la balle peuvent varier en fonction du jeu du joueur. Les adversaires doivent alors s’adapter aux différents types de balles : la balle jouée est celle du joueur qui engage l’échange. Elles possèdent des numéros différents selon leurs caractéristiques.

Pala et balle gomme pleine, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (19 juin 2012)

Pala et balle gomme pleine, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (19 juin 2012)

Les raquettes ne suivent pas non plus des normes strictes de fabrication. Elles peuvent avoir un manche courbé ou droit, elles peuvent être ajourées ou pleines, avec ou sans « grip » sur le manche, mais leur poids doit être situé entre 420 gr (pour les enfants) et 500 gr (pour les adultes). Ce jeu est rarement pratiqué par les enfants de moins 10 ans.

Le joueur est appelé un « pelotari ». Pour les compétitions et les tournois, son uniforme est constitué d’un pantalon blanc, un maillot aux couleurs du club (jaune et blanc pour le « Grasse Pelotari Club » et rouge et blanc à l’époque de l’appartenance à l’« Union Sportive du Plan de Grasse ») et de chaussures de tennis blanches (qui ne marquent pas le revêtement du sol).

Une pala coûte environ 20€ et une balle 5€. Le matériel peut-être commandé voire prêté par le biais du club.

  • Description de la pelote provençale :
Fronton "place libre", photographie de Chloé Rosati-Marzetti

Fronton « place libre », photographie de Chloé Rosati-Marzetti

La pelote provençale se jouait exclusivement en extérieur sur un fronton. 2 équipes de 3 joueurs s’affrontaient. La balle était en bois revêtue de cuir de chèvre et cousue à la main. Leur coût était assez élevé. Au départ, chaque joueur se faisait ses propres balles mais il était difficile de les rendre bien rondes. Dans les dernières années de la pratique de la pelote provençale au Plan de Grasse, les balles étaient importés du Pays basque où est pratiquée la pelote à main nue basque (pratiquée en individuel avec le même type de balle en cuir).

La dureté de la balle induisait d’avoir des mains puissantes et calleuses. La pratique de ce jeu s’adressait aux hommes.

Au Plan, avant 1878 et la construction du fronton, les joueurs utilisaient un mur et plus particulièrement un des murs de l’église.

Au sol, devant le fronton, un dessin en forme de bouteille (le goulot au pied du fronton) empêchait de faire beaucoup de points sur les côtés quand la balle était jouée courte.

En tant que jeu d’extérieur, il était pratiqué du début du mois de mai jusqu’au début du mois de septembre. L’apparition du trinquet (venu du Pays basque) a permis aux joueurs de pratiquer la pelote même en hiver.

Apprentissage et Transmission :

  • Pelote basque :

Traditionnellement, la pelote se transmettait de père en fils. Aujourd’hui la transmission s’est élargie. De nombreux joueurs ont pratiqué le tennis auparavant. Beaucoup de femmes sont licenciées depuis environ une dizaine d’années. Ce sont souvent des femmes ou compagnes de joueurs.

Ecole de pelote : le mercredi après-midi pour les enfants et le samedi pour les débutants de tout âge.

Participation à la Fête du Sport de la ville de Grasse et à d’autres manifestations inter-club.

Des éducateurs sportifs agréés passent également dans les écoles pour faire découvrir ce sport. Le trinquet étant attenant à une école primaire, les enfants qui la fréquentent sont sensibilisés à cette pratique.

Objets utilisés et matériaux :

  • Pelote basque :

Une pala : raquette de bois. Elle est en bois dur et léger. Le manche peut être revêtu d’un grip de tennis, de ruban isolant adhésif double face, de résine de pin (dans les landes surtout), etc.

Une balle en gomme et pleine (caoutchouc).

Un mur : fronton en extérieur ou trinquet en intérieur

Des lunettes de protection. Elles sont constituées d’une monture de plastique rigide, de mousse pour les parties en contact avec le visage et d’un élastique qui réunit les branches pour les maintenir serrées sur la tête du joueur. Elles ne possèdent pas de verres.

Il existe 4 ou 5 fournisseurs de matériel au Pays basque.

  •  Pelote provençale :

Une main puissante, large et calleuse,

Une balle de bois revêtue de cuir de chèvre ou de mouton (animaux présents sur le territoire) cousu autour d’un noyau de bois (souvent récupération de balle de golf démontées et ré-assemblées).

Produits réalisés :

  • Pelote basque :

Polos et t-shirts aux couleurs du club (pour les joueurs essentiellement ou les membres d’honneur). Survêtements et sacs personnalisés et aux couleurs du club.

Coupes pour les tournois.

Terrain de jeu :

  • Pelote basque :

Au trinquet du Plan de Grasse pour le jeu en intérieur et sur le fronton du même village pour le jeu en extérieur.

  • Pelote provençale :

Sur le fronton du même village.

Historique :
La pratique de la pelote basque à Grasse, et plus généralement dans l’ancienne partie varoise des Alpes-Maritimes3, découlerait de la pelote provençale, ancienne pratique locale. La pelote basque est apparue aux alentours du XIXe siècle avec la découverte du caoutchouc.

Au Plan de Grasse, les joueurs ont cessé de pratiquer la pelote provençale en 1982, celui-ci étant jugé trop traumatisant pour les articulations de la main et du poignet. En effet, il s’agit d’un jeu où les joueurs se renvoient par l’intermédiaire d’un mur (fronton), une balle de cuir à main nue4.

Ce jeu se pratiquait en extérieur. La construction du fronton du Plan de Grasse date de 1878. Il est aujourd’hui utilisé par les débutants pour jouer à la paleta gomme pleine car le terrain est court. En effet, les dimensions sont réduites dans le jeu à main nue.

Le trinquet du Plan a été construit en 1989 avec le concours d’un adjoint grassois d’origine basque qui a su saisir l’engouement de certains planois pour la pelote.

Pratiques locales signalées :
Le « Grasse Pelotari Club » ou GPC a été formé en janvier 2012. Avant cette date les joueurs de pelote étaient rassemblés au sein de l’Union Sportive du Plan de Grasse (USPG, créée en 1922). Elle regroupait tous les sports pratiqués sur ce territoire. Une volonté d’indépendance des joueurs de pelote a permis la création du GPC.

Le GPC fait partie de la ligue régionale « Côte d’Azur-Corse » (regroupant Marseille (13), Cannes (06), Villeneuve-Loubet (06), Le Plan de Grasse (06) et Santa Maria di Poggio (2B)).

Le GPC comprend environ 120 adhérents, ce qui en fait le plus gros club de la région. La cotisation annuelle s’élève à 90€ pour les jeunes et 110€ pour les adultes.

Actions de valorisation :
Enseignements dans les écoles depuis 1989 et jusqu’en 2011. Initiation à la pelote basque pour les enfants de certaines écoles grassoises et de la région du bassin cannois.

Ce jeu est aussi présenté dans des salons et des expositions.

Articles de presse locale, reportages de journaux télévisés locaux (France 3 Côte d’Azur).

Adhérents à la Fédération Française de Pelote Basque.

Réseaux régionaux et tournois nationaux.

Glossaire :
Cancha : aire de jeu.

Douro : sorte de pièce rouge d’un côté et bleue de l’autre.

Pala : raquette pleine, en bois.

Pelota : balle.

Pelotari : jouer.

Trinquet : salle de jeu pour la pratique de la pelote basque.

Documentation :

Articles de presse locale sur la pelote dans les Alpes-Maritimes et à Grasse (06)

Jean-Christophe Visentin, «Quand la pelote était provençal», Nice-Matin complément, aprile 2010. http://www.esvl-pelote.com/index.php?option=com_content&view=article&id=105&Itemid=142.

 «Grasse Pelotari Club», Site officiel  du grasse Pelotari Club, 2004. http://www.pelote-basque-grasse.fr/index.php?lng=fr.

«Pelote basque», Wikipédia, novembre 23, 2013. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Pelote_basque&oldid=98567524.

 


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Jean-Paul Joubert, Membre du bureau de l’Association « Grasse Pelotari Club ».

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Grasse Pelotari Club : info<at>pelote-basque-grasse.fr

Date et lieu de l’enquête : Le Trinquet, le Plan de Grasse, le 19 juin 2012

Date de la fiche d’inventaire : 5 juillet 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été prises par Chloé Rosati-Marzetti.

  1. quasi similaire à la paume artingnoscaise []
  2. en 1982 []
  3. La partie la plus orientale du Var (arrondissements de Grasse et de Vence notamment) a été rattachée à l’ancien Comté de Nice en 1860, afin de créer le département des Alpes-Maritimes. []
  4. La pelote « main nue » est également pratiquée au Pays basque. []

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. gilly dit :

    Existe t il d’autres lieu en PACA ancien ou moderne public ou prive ou se pratique le jeu de courte paume?

    • Chloé Rosati dit :

      Bonjour Olivier,
      A notre connaissance, il y a au moins 3 clubs actifs dans les Alpes-Maritimes : Villeneuve-Loubet, Cannes et Grasse. Les joueurs y jouent aussi sur d’anciens frontons en extérieur. Dans les Bouches-du-Rhône, il y a un club à Marseille.
      Bien à vous,
      Chloé, pour l’équipe de rédaction.

  1. 28/11/2013

    […] Jeu : La pelote basque (du Plan de Grasse – Alpes-Maritimes) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *