Jeu : Les quilles de neuf (du Ponthieu – Somme)

Quilles disposées sur du gazon, photographie de Luc Decroix (disponible sur le site jeuxpicards.org

Quilles disposées sur du gazon, photographie de Luc Decroix (jeuxpicards.org)

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

Jeu de 9 quilles joué dans la région du Ponthieu (Nord-Ouest de la Somme).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : région du Ponthieu, Nord-Ouest de la Somme, en Picardie.

Description :
Trois principaux jeux de quilles sont recensés dans la région picarde : les quilles de la Vallée de la Nièvre, les quilles de la Thiérache et les quilles du Ponthieu qui sont l’objet de la présente étude.

Quilles et boule, photographie du site jeuxpicards.org

Quilles et boule, photographie du site jeuxpicards.org

Il s’agit d’un jeu composé de 9 quilles ventrues et d’une boule. Les quilles mesurent 55cm de hauteur. Elles possèdent une base de 6 cm et la partie ventrue mesure 13 cm de diamètre au plus fin et 22 cm au plus large. La base est baguée afin de stabiliser les quilles, de leur donner une bonne assise et de protéger leur partie la plus sensible aux chocs. Une quille pèse environ 4 à 5 kg.

La boule est composée de 3 morceaux de bois dur et plein. Elle est cerclée de métal pour maintenir les différentes parties qui ont été préalablement collées les unes aux autres. Cet assemblage diminue les risques d’éclatement de la boule. Le cerclage permet de consolider la poignée et d’éviter qu’elle s’effrite avec le temps. Il s’agit d’un trou creusé dans le bois pour y passer les doigts (excepté le pouce qui reste sur la boule). Parfois une sangle remplace le cerclage métallique. La boule pèse entre 5 et 13 kg (comme au bowling, le poids de la boule dépend de la force du joueur).

Quillier, schéma de Chloé Rosati-Marzetti

Quillier, schéma de Chloé Rosati-Marzetti

Le terrain de jeu est composé d’un quillier (un rectangle de 1m90 sur 1m70) et de 3 pistes mesurant environ 5 m de long. Les enfants et les femmes se placent en général à 3 m. Une piste (ou « pas de tir ») se trouve dans le prolongement du quillier, c’est de là qu’est effectué le 1er lancé. Les deux autres se trouvent en diagonale de chaque côté de la piste principale

Les quilles sont disposées sur le quillier en 3 rangées de 3 quilles. Chaque quille vaut 1 point. Le joueur dispose de 3 lancés : un de chaque « pas de tir ». Après chaque tir, les quilles sont redressées. Deux joueurs s’affrontent. Celui qui totalise le plus de points sur les 3 lancés gagne la partie. En cas d’égalité, les joueurs font un lancer supplémentaire.

Ce jeu peut se pratiquer sur différents terrains : béton, gazon, sable, etc. Toutefois, le béton n’est pas la surface privilégiée car les quilles et la boule s’abiment plus rapidement. Les joueurs préfèrent les jardins, stades, parcs ou terrains sablonneux (type terrain de pétanque). Souvent, les associations de joueurs possèdent un quillier portatif : une plaque en bois percée de 9 trous de la largeur du socle de la quille (6 cm de diamètre). Il y a une cinquantaine d’années, les joueurs utilisaient une « pierre bleue » : rectangle épais façonné dans une sorte d’ardoise (d’où la couleur bleutée) avec des encoches pour placer les quilles.

Pour le gazon, il existe également des rondelles ou disques en acier que l’on incruste dans l’herbe. Elles servent à placer facilement les quilles. Elles permettent de ne pas les abimer et servent aussi de repère pour les replacer.

Le quillier ou les rondelles sont toutefois facultatives puisque les quilles peuvent tenir debout toutes seules.

Une boule coûte environ 180€ et un lot de 9 quilles coûte entre 500 et 600€. Elles ont une grande durée de vie (plusieurs décennies) si elles sont bien entretenues et si elles ne sont pas conservées dans un endroit sec et chaud.

Apprentissage et Transmission :
La transmission se faisait de manière verticale et horizontale. L’apprentissage et la transmission se fait surtout à l’occasion d’animations dans les villages (durant les fêtes ou les manifestations), parfois dans les collèges. Ce sont surtout les enfants qui sont ciblés afin de perpétuer la pratique. Femmes, hommes et enfants peuvent pratiquer le jeu.

Les associations les exposent et tentent de les faire connaitre mais son défaut d’institutionnalisation en fait un jeu peu connu et donc peu pratiqué.

Il existe des jeux de petit format pour les démonstrations aux enfants.

Objets utilisés et matériaux :
Pour jouer à ce jeu, il faut :

Les 9 quilles en bois léger et dur1 et une bague en métal2 ; une boule en bois lourd3 et comprend deux demi-cerclages de métal4 ; un quillier portatif ou des rondelles d’acier pour caler les quilles (facultatif).

La chaine opératoire de la fabrication d’une quille du jeu de Quilles du Ponthieu est disponible à l’adresse suivante :

http://www.cat-gezaincourt.org/mariusweb/quilleponthieu/quilleponthieu.html

Les quilles et la boule sont faites à la main à l’aide d’un tour à bois électrique et de ciseaux.

Le travail de la boule est complexe car il faut qu’elle soit très régulière, c’est ce qui justifie son prix plus élevé.

Pour les quilles, 3 morceaux de bois sont collés avant d’être taillés puis poncés. Autrefois, elles étaient faites d’une pièce. Le temps de séchage ayant diminué et le bois n’étant plus toujours coupé à sève descendante, il n’est plus possible de confectionner des quilles solides d’un seul tenant.

Le travail est effectué par un artisan menuisier-ébéniste. Toutes les quilles sont donc des pièces uniques.

Terrain de jeu :
En extérieur, dans des parcs, jardins, terrains de pétanque ou plus rarement sur un quillier de béton existant.

Les concours ont lieu durant les mois de juillet et août.

Historique :
D’après nos informateurs, il est dit qu’à l’origine, dans le Ponthieu (80), les moyeux de roue de charrette étaient utilisés comme quilles. Ceci expliquerait leur forme ventrue.

Ce jeu était pratiqué surtout pendant les fêtes de village.

Les jeux de quilles seraient très anciens comme tendrait à la confirmer le mot celte « squil » qui signifie « éclat de bois ».

Ils ont ensuite été interdits sous Charles V de France dit Charles le Sage (1338-1380) pendant la Guerre de 100 ans. En effet, les jeux de lancer, de ballon, de balle, etc. étaient proscrits car ils étaient ressentis comme guerriers et dégénéraient souvent.

D’après des sources historiques, Nicolas Boileau (1636-1711) jouait aux quilles.

Le jeu de quille serait mentionné dans le livre Gargantua (1534) de Rabelais. Dans ce roman, le personnage jouerait aux quilles de Ponthieu.

Le jeu des quilles de Ponthieu est un jeu qui est resté local. De ce fait, les joueurs ont du mal à le pérenniser.

Actions de valorisation :
Recherches d’archives mais qui restent marginales car il y a peu de matériaux.

Animation dans les villages pour faire connaitre le jeu. Présenté aussi dans les salon, foires et exposition.

La Fédération des Jeux de Picardie est membre de l’AESJT (Association Européenne des Jeux et Sports Traditionnels) et valorise ainsi le jeu des quilles de Ponthieu.

Récupération, conservation et exposition de matériel ancien.

Démonstration : Chez Marius, 2, place de l’Eglise 80600 Gezaincourt.

Les personnes intéressées peuvent aussi louer des jeux.

Documentation :

Camy, Jean, Gérard Ermisse, «Les quilles en Gascogne», Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, vol 25, 1 septembre 1995, pp. 61–72.

Jeux picards, «Quilles du Ponthieu», s.d. http://www.jeuxpicards.org/quilleponthieu.html.

Lobjois, Dominique, Jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, 1 vol., Douai, France, Engelaere éd., 2008.

Tremaud, Hélène, les Français jouent aux quilles, 1 vol., Maisonneuve& Larose, 1964.

 

Documents annexes : 

Généralités sur les quilles


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Thierry Magniez, Vice-président de la Fédération des Jeux de Picardie.

Pour plus de renseignements sur la pratique :

http://www.jeuxpicards.org/quilleponthieu.html

Date et lieu de l’enquête : 3 juillet 2012, Châteauneuf sur Sarthe

Date de la fiche d’inventaire : 4 juillet 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont issues du site jeuxpicards.org et ont été prises par Luc Decroix. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.

  1. charme, frêne []
  2. posée traditionnellement par un maréchal-ferrant. []
  3. chêne []
  4. posés aujourd’hui par le menuisier-ébéniste []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *