Jeu : La tèque (du Cotentin – Manche)

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Auteur de la fiche d’inventaire : Jean-Philippe Joly

Jeu de lancer, jeu avec batte et balle.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Toute la Normandie avec des zones de plus grande notoriété : Cotentin (50), Bessin (14), Vallée de la Seine (27).

Description :
Il y a deux types de jeu : la tèque par équipe, et la tèque au franc.

  • La tèque par équipe :
schéma de la tèque par équipe, croquis de Jean-Philippe Joly

Schéma de la tèque par équipe, fourni par Jean-Philippe Joly

Elle se joue en 4 phases et nécessite un minimum de 5 joueurs.

– Première phase :

On tire au sort l’équipe qui cherchera la balle (tracheus) et celle des lanceurs et batteurs (évoleus et vâtouneus). Celle-ci détermine l’ordre de passage au lancer (évolaer) et au bâton (vâtoun) L’équipe des tracheus désigne un receveur/capitaine (archeveu) qui devra rester à l’intérieur des piquets de bois et répartir les joueurs au mieux sur le terrain.

– Deuxième phase :

L’évoleu lance la balle au vâtouneu qui la frappe (deux essais ou plus suivant la règle déterminée au départ) en l’envoyant le plus loin possible et dans un endroit sans tracheus.

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Pendant que ces derniers, soit tentent d’arrêter la balle à la volée (pour éliminer le vâtouneu), soit essaient de raccourcir le temps de course en renvoyant la tèque le plus vite possible à l’archeveu, le vâtouneu court autour des piquets pour revenir tcheu sei avant que l’archeveu ait bloqué la tèque (1 ere manche)  ou sans être touché par la tèque (seconde manche). Les vatouneus peuvent empêcher (sans entrer dans la zone de l’archeveu) la progression de la balle vers lui, ce qui rend le jeu plus « sportif et spectaculaire ».

On lance jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de vâtouneus. En principe le dernier au vâtoun doit être le meilleur car il n’aura qu’une course, sauf à prévoir au départ un lancer supplémentaire éventuellement.

– Troisième phase :

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Jeu de la tèque, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Comptage des points : un point par piquet passé, six points pour un tour complet (arrivée tcheu sei). Zéro point si élimination par blocage.

Si l’archeveus reçoit la balle alors qu’un vâtouneus est entre deux piquets, le vâtouneus ne marque que le nombre de points des piquets passés et il ne peut plus retourner tcheu li.

– Quatrième phase :

On change de rôle  à chaque manche et on additionne les points sur deux manches

Astuce : pour compter les points, enfiler des anneaux sur un bout de bois ou prendre des galets de couleurs différentes. Blanc pour un tour complet et sombre pour chaque piquet passé.

  • La tèque au franc

Elle se joue avec ou sans mur.

Avec mur : Le joueur orange  lance la balle sur le mur en direction du joueur de droite qui le renvoie sur le mur, avec la main ou une batte pour toucher un des quatre joueurs à sa gauche. Celui qui est touché devient le batteur.  Si le batteur ne touche personne au bout de trois essais il est éliminé.

Schéma de la tèque au franc avec le mur, croquis de Jean-Philippe Joly

Schéma de la tèque au franc avec le mur, croquis de Jean-Philippe Joly

Sans mur : Le batteur doit toucher les arbres ou but en un ou deux coups. Suivant l’arbre ou le but touché, il doit faire un parcours plus ou moins long  avant que les autres joueurs (blancs) ne trouvent la balle.

Schéma de la tèque au franc sans le mur, croquis de Jean-Philippe Joly

Schéma de la tèque au franc sans le mur, croquis de Jean-Philippe Joly

Arbre le plus à gauche = 10 pt  puis 20 puis 30 en allant vers la droite, ces points s’ajoutent à ceux du nombre de pas effectués.

Le nombre de coup et l’ordre de passage  sont  à déterminer en début de partie, le vainqueur étant celui qui a le plus de points. Si la balle est trouvée alors que le batteur est entre deux lignes on ne compte que les points de la ligne précédente ou pas de poins du tout suivant la règle choisie.

Apprentissage et Transmission :
Milieu scolaire essentiellement.

Objets utilisés et matériaux :
Pour ce jeu, il faut :

– une batte en bois plus ou moins lourde suivant les âges.

– une balle souple et assez dure, de mousse ou de tennis1.

– des plots et piquets pour marquer les points de passage, au nombre de 5.

– des foulards ou maillots de couleurs différentes pour chaque équipe.

– une marque pour l’arrivée de la course (tcheu sei)

– une raquette : en bois ou une planche à découper.

Terrain de jeu :
Extérieur (y compris plage) et gymnase, ou cour d’école. Il faut un terrain de la grandeur d’un demi-terrain de football.

Historique :
En langue normande, la tèque (ou thèque) signifie jeu de balle, mais aussi le bâton ou la balle elle-même. L’étymologie courante la fait remonter au scandinave Tekia, mais d’autres la rapporte au flamand ou même au grec…  Le jeu est cousin des Rounder et Feeder anglo-saxons.

Un jeu similaire est relaté dans les Sagas pour mémoire.

Quoiqu’il en soit, de nombreux témoignages relatent des parties de tèque dans l’après-midi de Mardi-Gras au XIXe siècle. Ensuite, la pratique tend à se disperser dans le temps et à ne plus être traditionnelle. Celle-ci se retrouve «également « déportée » dans d’autres région, sans y être autant pratiquée pendant l’entre-deux guerres. Le jeu est demeuré pratiqué curieusement au sein des écoles, malgré la « mode » du base-ball.

Pratiques locales signalées :
JeuxtradiNormandie (JTN) est né symboliquement mi 2011 pour le 11e centenaire de la Normandie. Mais l’action en faveur des jeux traditionnels date de juillet 2001, date de la première reconstitution d’une rencontre de choule crosse après un arrêt depuis 1942 ou 1943.

JeuxtradiNormandie regroupe à présent 9 associations et/ou clubs de choule crosse pratiquant aussi la grande choule. Sa vocation est :

– la coordination des actions événementielles et de collectage ;

– la gestion d’un site internet commun ;

– des démarches pour les associations et la représentation de celles-ci ;

– la rédaction de documents de promotion et liens presse ;

– l’organisation de compétitions, concours …

Actions de valorisation :
Projet d’intégration de la discipline en championnat scolaire  au sein d’une compétition englobant plusieurs autres jeux.

Présenté lors de reconstitutions historiques

Documentation :
Photographies, articles de presse locale 


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Jean-Philippe Joly (président de JeuxtradiNormandie).

Informateurs :

Jean-Philippe Joly, président de JeuxtradiNormandie, fédération des jeux et sports traditionnels normands

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Jeuxtradinormandie, Jean-Philippe Joly : jphjoly<at>wanadoo.fr

Date et lieu de l’enquête : Avril 2012, Normandie.

Date de la fiche d’inventaire : 8 Avril 2012.

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Jean-Philippe Joly sans informations complémentaires, si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.

  1. en mousse dure ou  mousse dure et cuir []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *