Jeu : Pilota, pelote basque (d’Aquitaine – Pyrénées-Atlantiques)

Fiche diffusée avec l’aimable autorisation de Patricia Heiniger-Casteret, responsable de l’inventaire du « PCI Aquitaine » mené par le laboratoire (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Trinquet moderne de Bayonne (64), photographie du site www.ffpb.net

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte

La pelote basque regroupe un ensemble de jeux de balle, en filiation du jeu de paume, développés au Pays basque ou sous l’égide de la Fédération Internationale de Pelote Basque (FIPV).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Bayonne et Hasparren (64) mais aussi dans toute l’Aquitaine.

Description :

Joueur renvoyant la pelote contre le fronton, photographie de Cendrine Lagoueyte

Joueur renvoyant la pelote contre le fronton, photographie de Cendrine Lagoueyte

Issus du jeu de paume, les jeux de pelote basque en sont des adaptations successives qui pour la plupart ont perduré, de sorte qu’aujourd’hui plus d’une quinzaine de jeux distincts sont pratiqués et continuent d’évoluer.

En effet, plusieurs instruments et plusieurs aires de jeu sont combinables en des « spécialités », dont chacune dispose de sa propre pelote (balle), qui varie dans ses matériaux, son diamètre et son poids notamment. Chaque spécialité sollicite des compétences physiques, techniques et stratégiques particulières. La façon de compter les points et les règlements diffèrent, de même que le nombre de pelotaris (en euskara : sing. « pilotari », plur. « pilotariak »), les joueurs), le nombre de juges, la fréquence et la saisonnalité des parties. Le public est lui aussi multiple dans ses caractéristiques socioculturelles, ses attitudes, ses attentes et l’éventail des « ambiances » est aussi large que celui des contextes. Les jeux de pelote basque sont pratiqués en loisir, en compétition, en démonstration (lors de fêtes patronales ou lors de la saison estivale).

Parmi toutes les spécialités pratiquées en France, on peut distinguer les jeux directs, qui se jouent face-à-face (comme le tennis), et les jeux indirects, qui se jouent par l’intermédiaire d’un mur (comme le squash). Tous les jeux ne sont pas pratiqués partout. Par exemple, les jeux directs (qui sont les plus anciens) ne sont considérés que par la FFPB, qui est ainsi la seule des fédérations nationales à organiser des tournois et championnats dans ces spécialités. Et même en France, plus l’on s’éloigne de leur foyer originel qu’est le Pays basque, moins ils sont pratiqués.

Trois espaces de jeu possibles :

D’abord joués en extérieur, des jeux de pelote basque ont peu à peu investi les tripots de la courte paume, rebaptisés « trinquets », pendant qu’au Pays basque d’Espagne furent construits les premiers frontons de type « mur à gauche ». Aujourd’hui, ces trois types d’aire de jeu (cancha) coexistent – le fronton « place libre », le mur à gauche et le trinquet – et demeurent des lieux de sociabilité importants.

  • La place libre

La place libre est l’aire de jeu la plus simple et la plus connue. Elle consiste en un terrain en ciment ou en terre battue de trente à cent mètres de long et de dix à seize mètres de large, au bout duquel est érigé un mur, le fronton, mesurant de six à dix mètres de haut et dont le sommet est en arc de cercle.

  • Le mur à gauche

Le « mur à gauche » est composé d’un mur de frappe (le fronton ou frontis) et d’un mur perpendiculaire sur le côté gauche. Les plus anciens sont en plein air (surtout au Pays basque d’Espagne), tandis que les plus récents sont couverts et fermés pour permettre de jouer en toute saison ; dans ces derniers, un troisième mur est intégré au fond de la cancha, parallèlement au frontis. La longueur du mur de gauche et donc de la cancha varient selon trois modalités : le mur à gauche court de 30 mètres, le mur à gauche court de 36 mètres, et le mur à gauche long de 56 mètres ou  jaï alaï (où est pratiquée la cesta punta). Le mur à gauche court peut être intégré dans une salle omnisports.

  • Le trinquet

Le trinquet, enfin, est un espace couvert et fermé dont on exploite les quatre murs pour renvoyer la pelote. Sa surface au sol est d’en moyenne neuf mètres sur vingt-huit et le mur de frappe mesure de huit à dix mètres de haut. Sur toute la longueur du mur de gauche est accolée une galerie couverte d’un toit incliné en bois (le « tambour ») ; il en est de même pour le mur du fond. La jonction du mur de frappe et du mur de droite est un chanfrein sur toute la hauteur, appelé « pan coupé ». Sur le frontis, à l’angle d’une la raie métallique horizontale (positionnée à quatre-vingt centimètres du sol) et du pan coupé se trouve le xilo, un trou carré, dont l’entrée est plus large que le fond. Pan coupé et xilo sont appelés des « chicanes » car ils dévient la trajectoire de la pelote de manière souvent inattendue. De nouveaux trinquets aux parois de verre (pour les murs des côtés et du fond) ont été construits afin d’augmenter le nombre de places pour le public et faciliter la retransmission télévisuelle.

Les jeux directs :

Le rebot se joue en place libre, où deux équipes se font face sur une aire de cent mètres de long et seize mètres de large environ. Les deux camps sont de longueur inégale (à peu près deux tiers / un tiers) : le camp buteur (plus long) et le camp refileur (plus court) qui s’avère plus avantageux à défendre. Chaque équipe se compose de cinq joueurs, dont trois sont équipés d’un gant d’osier (appelé « petit chistera ») et deux d’un gant de cuir. Un système de chasses, les arraya, provoquées par certaines fautes, permet l’alternance de la possession du petit camp. Cette spécialité se joue en treize jeux, comptés « 15, 30, 40, jeu ».

Le laxoa est la forme du jeu de pelote la plus ancienne encore pratiquée au Pays basque espagnol (en Navarre, plus précisément dans la vallée du Baztan). En France, elle ne l’est qu’à de rares occasions ; une partie est par exemple organisée depuis quelques années en août à Ciboure. Cette spécialité n’est pas règlementée par la FFPB ou la FIPV.

Deux équipes de quatre joueurs s’affrontent en place libre, dans un jeu dont les règles sont très proches de celles du rebot. Les principales différences avec celui-ci sont que le terrain est découpé en deux camps de surface égale et que les joueurs sont tous équipés d’un gant de cuir.

Au pasaka deux équipes de deux pelotaris s’affrontent en treize jeux, dans un trinquet où un filet tendu marque la limite entre les deux camps. Chaque joueur porte un gant de cuir et la pelote pèse entre 235 et 245 grammes. Elle doit être renvoyée en coup glissé (xirrixt) et peut toucher tous les murs.

Les jeux indirects :

Dans les jeux indirects, les pelotaris (ou équipes) frappent la pelote à tour de rôle ; un joueur (ou une équipe) perd le point lorsqu’il ne parvient pas à renvoyer la pelote contre le mur, au-dessus d’un raie métallique à 80 centimètres au-dessus du sol, que ce soit à la volée ou après le premier rebond au sol. Il perd également le point lorsqu’il fait sortir la pelote des limites de l’aire de jeu. Celui qui marque un point engage le suivant. Le premier qui atteint le nombre de points définis remporte la partie.

  •  La main nue (spécialité internationale)

La main nue ne nécessite aucun instrument, même si depuis les années 1980 les pelotaris se protègent les mains avec des « pansements » ou tacos. Elle se joue en tête-à-tête (en individuel) ou en équipe de deux, lors de parties en 40 points (ou éventuellement en 50, hors compétitions) en trinquet, en 30 points en place libre, en 22 points en mur à gauche. La pelote pèse de 82 à 97 grammes selon la catégorie en fronton et trinquet, et de 90 à 105 grammes en mur à gauche.

En France (Pyrénées-Atlantiques) des joueurs de main nue en trinquet évoluent en catégorie « indépendants », c’est-à-dire professionnels (même s’ils ne le sont pas à plein temps sauf exception). En Espagne (Communauté Autonome Basque), c’est la main nue en mur à gauche qui remporte le plus de succès (deux empresas regroupent les joueurs professionnels).

  •  Le (chistera)  joko garbi

Le joko garbi se joue en place libre de mars à octobre. Une partie oppose, en 40 points, deux équipes de trois pelotaris, équipés chacun d’un « petit chistera ». Certains y joue aussi l’hiver, en mur à gauche (de 36 mètres), en deux contre deux. La pelote de cuir pèse de 108 à 125 grammes.

  •  Le grand chistera

Le grand chistera est un jeu opposant deux équipes de trois joueurs, en place libre, avec un gant d’osier plus long et profond que celui du joko garbi. Le geste diffère donc : la pelote est gardée un instant avant d’être renvoyée, le joueur étant même autorisé à faire quelques pas entre la réception de la pelote et son renvoi.  La pelote pèse de 128 à 130 grammes (dont 50 à 65 grammes de latex). Une partie se joue en 40 points.

  •  La cesta punta (spécialité internationale)

La cesta punta se pratique en mur à gauche long, appelé jaï alaï, en tête-à-tête ou en équipes de deux. Le grand chistera utilisé est identique à celui en place libre. La pelote par contre est « plus vive », pesant entre 125 et 130 grammes (dont 100 à 110  grammes de latex) et pouvant atteindre 300 km/h. Cette spécialité, conçue en Espagne, n’est apparue en France qu’en 1958. Elle est pourtant la spécialité la plus connue hors du Pays basque.

  • Le xare (spécialité internationale)

Le xare (dit aussi « raquette argentine ») se joue deux contre deux, en trinquet, en des parties de 40 points. Le xare est une petite raquette constituée d’une armature en noisetier ou châtaigner et d’un filet tressé. La pelote, qui pèse 80 grammes, n’est pas frappée mais cueillie et renvoyée très rapidement.

  • Le frontenis (spécialité internationale)

Le frontenis se joue deux contre deux, en mur à gauche court de 30 mètres, avec une raquette de tennis dont le cordage est renforcé au centre pour résister à l’impact d’une balle très vive. Une partie se joue en 30 points. Spécialité d’origine mexicaine, retenue par la Fédération Internationale il y a quelques années et diffusée alors au Pays basque. Il existe plusieurs milliers de joueurs au Mexique, que ce soit chez les femmes comme chez les hommes. Cela n’est pas le cas au Pays basque car cette spécialité est relativement récente. Elle est l’une des trois disciplines pour lesquelles en France des compétitions officielles peuvent être organisées pour les femmes.

  •  La grosse pala

La grosse pala se joue à deux contre deux ou en tête à tête en fronton place libre. Spécialité assez difficile à cause du poids de la pala, de 600 à 800 grammes, et de la largeur de l’instrument de 10 cm. La pelote est dure et pèse 98 à 100 grammes. Assez peu pratiquée depuis que la paleta cuir mur à gauche se joue l’été. Seuls huit joueurs étaient engagés en 2010-2011 dans le championnat de la LPPB.

  • La pala corta (spécialité internationale)

La pala corta est pratiquée deux contre deux, en mur à gauche court de 36 mètres. La pala est un peu plus courte que la pala utilisée en place libre, d’ou son nom « corta ». La pelote pèse de 85 à 90 grammes. Elle est assez vive, sa couverture parcheminée fait qu’elle glisse beaucoup au sol et au mur, ce qui rend sa pratique délicate et difficile. Une partie se joue en 40 points. Elle se joue surtout en Espagne.

  • La paleta cuir (spécialité internationale)

La paleta cuir se joue deux contre deux, en mur à gauche (en 35 points) ou en trinquet (en 40 points). La paleta pèse de 500 à 600 grammes et la pelote de 52 à 54 grammes. Actuellement il n’y a plus de compétitions en place libre (en 40 points).

  • La paleta gomme creuse (spécialité internationale)

La paleta gomme creuse (ou baline) est moins pratiquée en France que  la paleta gomme pleine. Elle se joue deux contre deux, en 30 points, en trinquet et en mur à gauche court de 30 mètres. La paleta, en bois exotique, pèse 400 à 500 grammes. La pelote est creuse et pèse 40 grammes. Les Argentins sont encore les maîtres incontestés de cette spécialité chez les hommes en trinquet. Une des trois disciplines pour lesquelles des compétitions officielles sont organisées pour les femmes.

Elle se joue deux contre deux en fronton place libre (en 35 points), en trinquet (en 40 points) et en mur à gauche (en 35 points). La paleta pèse de 400 à 500 grammes et la pelote de gomme pèse 55 grammes. La paleta gomme pleine (ou pala ancha) est vraisemblablement la spécialité la plus pratiquée en France, car accessible à tous et jusqu’à un âge avancé. Elle est l’une des trois disciplines pour lesquelles des compétitions officielles sont organisées pour les femmes. Elle n’a pourtant pas été retenue par la FIPV (Fédération Internationale) qui lui préfère la paleta gomme creuse. Une partie de paleta gomme pleine n’est pas considérée comme un spectacle destiné à un public mais seulement comme un loisir pour le joueur.

  •  Le xoko

Le xoko (littéralement « le coin ») n’est pas un jeu institué ni par la LPPB, ni par la FFPB. Il est considéré comme un loisir ou un entraînement, des tournois sont organisés par les trinquettiers1. Il se pratique à main nue en trinquet, non pas dans sa longueur mais dans sa largeur.

Apprentissage et Transmission :
L’apprentissage débute généralement dans le cadre d’une transmission familiale (d’un père à son fils ou d’un frère aîné à son cadet) mais aussi souvent par imitation, avec un pair du même âge.  Il se poursuit au sein de la fratrie et/ou du groupe de pairs (à l’école, dans le quartier ou au village), et aussi par le biais des écoles de pelote créées au sein des clubs depuis les années 1970 et surtout 1980. Les enfants ont ainsi accès à des entraînements réguliers, encadrés généralement par des joueurs ou par des éducateurs titulaires d’un Brevet Fédéral ou d’un Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (BEES), option pelote basque.

Parallèlement, en milieu scolaire, des éducateurs sportifs titulaires du Brevet d’État d’éducateur sportif (en voie de remplacement) initient ponctuellement des classes entières.

Objets utilisés et matériaux :
L’aire de jeu : trinquets, murs à gauche (dont jaï alaï), frontons place libre.

Le panneau pour afficher le score.

Le butoir au rebot et au laxoa.

Le douro : pièce dont les deux faces sont de couleur différente, lancée par le juge avant la partie pour désigner l’équipe qui bute la première.

Les pelotes : la plupart des pelotes sont constituées d’une bille de buis autour de laquelle sont enroulées de fines lamelles de latex (ou d’un noyau de gomme), du fil de laine, le tout recouvert d’une (ou deux) couches de peaux de chèvre. Un même artisan fabrique généralement les pelotes « cuir » de toutes les spécialités.  En 2012 en France, trois artisans sont encore en activité. Les deux pelotes dites « de gomme » (pleine et creuse), c’est-à-dire exclusivement en latex, sont produites industriellement. Les « pleines » sont produites en France (notamment à Jatxou au Pays basque), en Espagne ou en Chine ; les « creuses » sont importées d’Argentine.

Chistera (place libre), photographie de Cendrine Lagoueyte

Chistera (place libre), photographie de Cendrine Lagoueyte

Les instruments : chaque famille d’instrument à son artisan : le gant d’osier, le gant de cuir, la pala. En France en 2012, un seul fabricant de gant de cuir est toujours en activité ; un atelier familial et un fabricant salarié d’un club poursuivent la fabrication des chisteras. Les fabricants de pala sont quant à eux un peu plus nombreux (entre trois et cinq).

La tenue : en compétition officielle (de Fédération et de Ligues), seul le pantalon blanc est accepté (la jupe blanche est tolérée pour les féminines), les chaussures de sport doivent être à dominante blanche, le polo ou maillot peut être blanc, rouge ou aux couleurs du club. Les joueurs portent autour de la taille une ceinture colorée.

Les protections : le port des protections oculaires homologuées est obligatoire pour les avants et pour les arrières, dans les spécialités de xare, de paleta pelote de gomme pleine ou creuse (trinquet, fronton mur à gauche et fronton place libre), paleta pelote de cuir (trinquet, fronton mur à gauche), pala corta et frontenis. Le port du casque homologué, de couleur blanche, jugulaire attachée, est obligatoire pour tous les joueurs dans les spécialités de cesta punta, pala corta, paleta pelote de cuir fronton mur à gauche et trinquet, xare et chistera joko garbi fronton mur à gauche. Les manistes et le buteur au rebot peuvent se protéger les mains avec des tacos (ou « pansements »).

Terrain de jeu :
La place du fronton, le trinquet, le mur à gauche, le jaï alaï.

Le mur de l’école ou du garage.

Historique :
Au Pays basque, le jeu de longue paume, pratiqué en extérieur, fut adapté sous le nom de botaluze (ou bota luzia) ; il consistait à se renvoyer une pelote de laine et de coton couverte de cuir, avec la main, d’un camp à l’autre, séparés par une ligne médiane. L’usage d’un gant de cuir transforma le botaluze en laxoa qui à son tour conduisit à un nouveau jeu : le rebot. Simultanément, dans les établissements originellement consacrés au jeu de courte paume, un nouveau jeu apparut : le pasaka.

Dans la première moitié du XIXe siècle, le jeu progressa grâce à l’introduction du caoutchouc dans la confection des pelotes. La pelote devint rebondissante, plus rapide, plus « vive », si bien que les joueurs choisirent de l’amortir par le biais d’un obstacle. Cette innovation technique a transformé le jeu direct, issu de la paume, en jeu indirect (ou jeu de « blaid »), c’est-à-dire se jouant par l’intermédiaire d’un mur. C’est là que la plupart des auteurs fixent la naissance de la pelote typiquement basque. Pourtant la Fédération Française de Pelote Basque a aussi retenu des jeux directs, dont le rebot qui est considéré par son public comme tout à fait basque et même comme « le plus noble ».

La deuxième étape de la « basquisation » du jeu de pelote est celle de la création d’un nouvel instrument appelé chistera. Alors que le joueur utilisait sa main nue ou un gant de cuir pour la protéger, vers la moitié du XIXe siècle apparu le gant d’osier, plus léger et beaucoup moins onéreux que le cuir. La création de cet instrument singulier est attribuée à un adolescent, Jean « Gaintchiki » Dithurbide, qui en 1857 aurait eu l’idée de créer un gant de même forme que celui de cuir mais à partir de baguettes de bois tressées (noisetier ou châtaigner) s’inspirant d’un panier servant à la cueillette, en forme d’œuf et aux deux extrémités pointues, avec lequel il avait essayé de jouer. D’autres à sa suite perfectionneront l’instrument à force d’expérimentations (couture d’un doigtier en cuir, remplacement du bois par l’osier). Cet instrument resta quelques années considéré comme un « jouet d’enfant » puis triompha rapidement du gant de cuir au rebot, et s’imposa ensuite au blaid (le jeu indirect contre un mur).

En 1888, soit une trentaine d’années après l’apparition du premier chistera, un joueur basque d’Espagne, Melchor Guruceaga, engagé pour la saison en Argentine, aurait fabriqué un gant plus long et recourbé pour jouer du revers et ainsi compenser une fracture au poignet. Ce « grand chistera », à la force de propulsion supérieure, fit son entrée en France vers 1894. La nouvelle forme permit alors de conserver la balle à l’intérieur du gant avant de la renvoyer, ce qui s’appelle « faire atxiki » et était formellement interdit ; le grand chistera à cause de son maniement en revers rencontra, comme le jeu de blaid à ses débuts, une farouche opposition des défenseurs de la tradition.

Au Pays basque français, la diffusion du chistera, petit puis grand gant, ne supprima pas pour autant les précédents instruments, de la même façon que les jeux indirects, même s’ils les détrônèrent, ne mirent pas un terme aux jeux directs.

Outre la main nue et les gants, des jeux indirects de pelote basque se pratiquent encore aujourd’hui avec une troisième famille d’instruments, héritiers des raquettes et battoirs du jeu de paume. Les raquettes pleines en bois, réunies sous le terme de pala, furent utilisées d’abord dans les tripots pour le jeu de courte paume, puis à la pelote basque à partir des années 1930.

Pratiques locales signalées :

La création d’une Fédération Française de Pelote Basque (FFPB), à Bayonne en 1921, modifia significativement le statut des jeux de pelote : ils devinrent des sports, avec des règles codifiées et des normes concernant les aires de jeu et les instruments.

La création en 1929 d’une Federación Internacional de Pelota Vasca (FIPV), qui réunit aujourd’hui vingt-trois nations, confirma cette volonté de normalisation et de promotion de ce sport à l’encrage très localisé mais largement diffusé à travers le monde par « la diaspora basque », en particulier sur le continent américain (Etats-Unis, Argentine, Mexique).

L’institutionnalisation a eu pour effet majeur d’opérer une sélection parmi les jeux existants. La FFPB promeut les mêmes quatorze spécialités que la FIPV et la Federación Española de Pelota (FEP), en y ajoutant toutefois les spécialités pratiquées en place libre (grand chistera, joko garbi, paleta gomme pleine) et deux des anciens jeux directs (rebot et pasaka), exclus des compétitions internationales. Pour autant, la variété des jeux ne s’arrête pas à ceux là ; par exemple au Pays basque d’Espagne on joue aussi au remonte (avec un gant en rotin), à pala larga et au laxoa (un jeu direct parmi les plus anciens, avec un gant de cuir ; des parties ont lieu occasionnellement au Pays basque de France). De la même façon de nouveaux jeux sont encore imaginés et de nouveaux instruments sont parfois homologués par la FFPB, surtout en qualité de matériel pédagogique destiné aux enfants.

L’institutionnalisation a permis à la pelote de rivaliser avec les autres sports apparus dans la région depuis, tels que le rugby, le tennis, le football, le surf, etc. La pelote n’est pas considérée par les pelotaris comme un jeu folklorique voué à disparaître, ni comme une tradition démodée. Pour autant, elle n’a pas encore atteint pleinement son potentiel sportif. Même si elle fut inscrite aux Jeux Olympiques comme « sport de démonstration » en 1924 (Paris), 1968 (Mexico) et en 1992 (Barcelone), il n’y a pas encore suffisamment de pays la pratiquant pour qu’elle y soit représentée officiellement.

Un autre objectif de joueurs et de la FFPB est de parvenir également à la professionnalisation de certaines spécialités, pour accroitre leur médiatisation et leur diffusion et en retour attirer plus de jeunes, en leur offrant les mêmes avantages que les autres sports et pour les meilleurs la perspective d’une carrière professionnelle.

Depuis 2011, la FFPB délivre également une licence-loisir pour les pelotaris ne souhaitant pas participer aux compétitions officielles.

Un Comité de pelote du Pays basque vit le jour en 1922 et comptait alors dix sociétés, puis seize en 1923. Pendant les années d’occupation, le Comité se retrouva au sein de la ligue de Guyenne et la ligne de démarcation affaiblit l’organisation de toute compétition. En 1953, sous la présidence de M. Darmendrail, le Comité de pelote se structura réellement. En 1976, le Comité devint « Ligue de pelote du Pays basque » et en 1981 celle-ci s’installa à Hasparren. Les féminines firent au même moment leur entrée au sein de la ligue. En 1992, une convention fut signée avec la Fédération d’Euskadi (Pays basque d’Espagne) pour l’organisation de compétitions communes. A présent, la LPPB regroupe 68 clubs et organise une centaine de compétitions annuelles, destinées à plus de 5000 joueuses et joueurs, toutes spécialités et catégories confondues.

Actions de valorisation :
La pelote basque est présentée sur de nombreux sites internet et notamment sur les sites de la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB) et de la Ligue de Pelote du Pays Basque (LPPB).

Des initiations sont données par les clubs ou le Comité Départemental de Pelote basque des Pyrénées-Atlantiques.

En juillet et août des clubs proposent des séances d’initiation pour adultes et enfants : le « Pass’pelote » (FFPB).

Le Comité Départemental de Pelote basque des Pyrénées-Atlantiques emploie deux éducateurs titulaires d’un Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (BEES) option pelote basque.

La LLPB a entamé la numérisation de ses archives (articles de presse sur la pelote) et les met en ligne sur son site Internet.

La FFPB a édité un livret : Le Guide de la Pelote basque (Editions Arche Conseil Sport, 2010).

  • Reconnaissance publique active :

– La FFPB est agrée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports.

– L’existence d’une Direction Technique Nationale (DTN) et d’un Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (BEES) option pelote basque .

– La LPPB reçoit des subventions du CNDS (Centre National pour le Développement du Sport), du Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques. La Ville d’Hasparren met des locaux à sa disposition gratuitement.

– Les clubs reçoivent des subventions des municipalités.

– Des entreprises locales sponsorisent la FFPB, la LPPB ou les clubs.

– Des Comités des fêtes lors des fêtes patronales ou de la saison estivale organisent des parties ou invite des clubs à faire jouer leurs pelotaris.

– De nouvelles canchas ou aires de jeu sont construites ou rénovées chaque année.

– Des articles paraissent dans la presse locale (Le Journal du Pays Basque, Sud Ouest, La Semaine du Pays Basque) ; des extraits ou des parties en intégralité sont retransmisses par des chaines de télévision locales (EITB, Kanaldude, TVPI) ; des animateurs de radio locale commentent en direct des parties (Radio Bonne Humeur, Irulegiko Irratiak, Gure Irratia).

  •  Reconnaissance publique sans effet direct sur la pratique :

– De nouveaux ouvrages paraissent régulièrement sur le thème de la pelote basque.

– Une salle dédiée au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne depuis 1958.

– Un espace dédié à l’Ecomusée de Saint-Jean-de-Luz depuis 1996.

– Un Ecomusée de la pelote basque et du chistera ouvert à Saint-Pée-sur-Nivelle en 2009.

– Des associations, des entrepreneurs, des producteurs agroalimentaires font figurer des motifs de la pelote basque (un fronton, un chistera, une pelote, un pelotari) sur leurs supports de communication ou le l’emballage de leurs produits.

– La vente de produits sur lesquels figurent ces mêmes motifs (cartes postales, porte-clés, tee-shirts, bijoux).

Glossaire :
Cancha : aire de jeu

Chistera : gant d’osier pour attraper la balle

Euskara : La langue basque

Fronton ou frontis : mur de frappe.

Pelote : la balle

Pelotari : le joueur

Trinquet : salle de jeu pour la pratique de la pelote basque.

Documentation :

Allaux, Jean-Pierre, La pelote basque: de la paume au gant, 1 vol., Pau, France, J & D éd, 1993.

Blazy, Edouard, La pelote Basque, Librairie Plalloux, 1929.

Callede Jean-Paul, «“ La pelote basque comme trait culturel d’une « Europe du sud » ? ”», Sud-Ouest Européen, n°13 2002.

Chipitey, Ils étaient les meilleurs, 1 vol., Anglet, France, Porché, 1985.

Euskal Museoa, Bilbao, «Euskaldunen pilota jokoa. El juego vasco de la pelota. Le jeu basque de la pelote.», Catalogue d’exposition. Bilbao : Euskal Museoa, 2009.

Lagisquet, Roger, La pelote basque: son art, ses règles, ses secrets, 1 vol., France, Solar, Aquitaine Diffusion, 1974.

Mendiague Francis, « Religion, tradition et politique », Terrains & travaux, n° 12, 2007, pp. 28–46.

Toulet, Louis, Guide de la pelote basque, 1 vol., Bayonne, France, Elkar, 1990.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte (anthropologue)

Informateurs :

Jean-François Pascassio-Comte, Président de la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB).

Adrien Camino, Président de la Ligue de Pelote du Pays Basque (LPPB).

Des joueurs, des juges, des spectateurs.

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Fédération Française de Pelote Basque (FFPB) : ffpb<at>orange.fr

Ligue de Pelote du Pays Basque (LPPB) : info<at>ligue-pelote-basque.com

Date et lieu de l’enquête : septembre 2010 à juin 2012 au Pays basque (France).

Date de la fiche d’inventaire : 1 juillet 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont prises par Cendrine Lagoueyte ou sont issues du site www.ffpb.net. Si vous souhaitez exercer votre droit de retrait signalez-le nous.

  1. Le trinquettier est le gérant d’un trinquet. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. cendrine lagoueyte dit :

    Bonjour,
    Juste un message pour signaler que dans le titre il est écrit « la pilota », or en basque on dit « pilota » tout court, l’article « la » est déjà inclus dans le « a » final de « pilota ».
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *