Jeu : Les rames traditionnelles (de Gruissan – Aude)

Scène de courses de rames traditionnelle, Gruissan, photographie du site www.ville-gruissan.fr

Scène de courses de rames traditionnelle, Gruissan, photographie du site www.ville-gruissan.fr

Auteur de la fiche d’inventaire : Karine Michel

Les rames traditionnelles désignent une course de barques traditionnelles sur une courte distance. Deux équipes s’affrontent en deux manches sur un parcours de 300 mètres, comprenant des manœuvres autour d’un ou plusieurs bouées situées à la moitié du parcours.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici: à Gruissan, dans l’Aude (11).

Le jeu est aussi pratiqué dans les départements des Bouches-du-Rhône (13), Pyrénées-Orientales (66), Alpes-Maritimes (06), Var (83), Rhône (69), Haut-Rhin (68), Bas-Rhin (67), Haute-Savoie (74), Nord de Loire (42), Aisne (02), Somme (80), Oise (60).

Description :

Equipe mixte de rameurs, photographie du site snja

Equipe mixte de rameurs, photographie du site snja

Les équipes se composent d’hommes, de femmes ou des deux âgés de plus de 18 ans. Quel que soit le sexe des membres de l’équipe, chacune compte toujours six rameurs et un barreur. Il peut ainsi s’agir d’un équipage masculin ou féminin. Les équipages mixtes se composent de trois rameuses et trois rameurs, plus un barreur ou une barreuse.
Les équipages se distinguent cependant en fonction de l’âge des membres. Il existe des équipages dits séniors, composés de six rameurs et d’un barreur ou d’une barreuse, et des équipages dits Tamalou, masculins, féminins ou mixtes. Le terme de Tamalou désigne des équipages de personnes de plus de 50 ans. Les équipages Tamalous masculins ou féminins comptent ainsi respectivement six rameurs ou rameuses de plus de 50 ans et un barreur ou barreuse. Les équipages Tamalous mixtes se composent de trois rameuses et trois rameurs de plus de 50 ans, plus un barreur ou une barreuse.
Il s’agit de compétitions très spectaculaires, dans lesquelles les efforts sont intenses : les chronomètres sont inférieurs à deux minutes. Il existe une coupe de France de rames traditionnelles.
La rame traditionnelle se pratique aussi en tant que loisir sportif. Elle est alors une pratique accessible dès l’âge de 10 ans.

Apprentissage et transmission :
Il existe une école de rame à Cros de Cagnes, dans les Alpes Maritimes, dans laquelle les inscriptions se font à partir de 10 ans.
A Sète, une autre école de rame travaille beaucoup avec les écoles, également avec des enfants âgés minimum de 10 ans.
Hormis ces deux groupes, aucun autre club n’accueille les enfants.

Objets utilisés et matériaux :
Barque : proche des anciens pointus de pêche, la barque est une embarcation longue de 7,20 à 7,30 mètres pour 2,20 mètres de large. Originellement appelée « yole de ness« , c’est une barque exclusivement en bois très lourde. Elle comporte trois bancs fixes, une barre fixe et six rames en bois. Le bateau est également équipé d’une rame de rechange.

Il existe encore un fabricant de barques de rames traditionnelles à Sète, Mr Venturi, un ébéniste menuisier. A Sète toujours, existe également un fabricant de coques.

Les barques de rames traditionnelles, photographie du site www.rameursvenitiens.com

Les barques de rames traditionnelles, photographie du site www.rameursvenitiens.com

Terrain de jeu :
Marseille et Martigues dans les Bouches-du-Rhône (13), Gruissan dans l’Aude (11), Collioure dans les Pyrénées Orientales (66), Cros de Cagnes (06), Saint Mandrier (83), Strasbourg (67), etc. La rame traditionnelle se pratique quasiment dans toute la France.

Historique :
L’histoire de la rame est particulièrement ancienne et tous les peuples proches de l’eau connaissent la pratique de la rame, sous une forme ou une autre. Les premiers à s’aventurer au loin à la rame sont les Egyptiens, qui remontèrent le Nil, puis plus tard naviguèrent sur la Méditerranée. Les phéniciens développèrent, à partir de la pratique de la rame, l’art de la navigation, avec des bateaux à 5 rames de chaque côté.
Les Grecs, au Ve siècle avant J-C., menaient des embarcations de 30 à 35 mètres de longueur, dotées de 25 rames de chaque côté. Ils développèrent ensuite, face aux incursions perses, des navires plus grands : birèmes, trirèmes, quadrirèmes ou quinquérèmes, termes qui font référence au nombre de rangées de rameurs. Ils pouvaient ainsi être jusqu’à 300 rameurs sur un navire, manœuvrant des rames de 7 à 10 mètres de long. Les Vikings utilisaient des drakkars, des bateaux étroits à la proue relevée et à coque basse ; ils étaient actionnés par 40 rameurs.
Le XVIe siècle est celui de la prédominance des galères, qui furent utilisées jusqu’au XIXe siècle, bien qu’à une moindre échelle. Elles sont propulsées par des rameurs, la plupart du temps des prisonniers de guerre, des esclaves, des renégats. Dans ces navires, il ne s’agit plus de rangs de rames, tradition de l’Antiquité, mais d’un seul rang de grosses rames propulsé par plusieurs rameurs. Ils étaient trois par rame, entravés par des chaînes à leurs pieds.
La pratique de la rame a persisté sous des formes plus ludiques et sportives, donnant même lieu à des records ou des performances : le 21 septembre 1980, Gérard d’Aboville traverse l’Atlantique à la rame (5 200 km), en quasiment 72 jours ; le 21 novembre 1991, ce même navigateur achève sa traversée du Pacifique à la rame (10 000 km) en 134 jours ; le 5 janvier 2000, Peggy Bouchet est la première femme à traverser l’Atlantique à la rame.

Pratiques locales signalées :

Les premiers pêcheurs-rameurs de Martigues, photographie du site www.les rameursvenitiens.com

Les premiers pêcheurs-rameurs de Martigues,
photographie du site www.les rameursvenitiens.com

Les compétitions de rames traditionnelles ont été créées afin de revitaliser les traditions de la pêche traditionnelle. Ce sport serait en effet issu d’habitudes de pêcheurs qui, à la fin de leur journée de travail, rentraient au port en faisant la course pour être les premiers à vendre leur poisson. Il s’agissait à l’époque d’embarcations à rames, d’où la pratique sportive actuelle.
La rame traditionnelle fait partie de la Fédération française de Joutes et de Sauvetage Nautique (FFJSN) depuis environ 15 ans.

Actions de valorisation :
Les compétitions et la pratique de rames traditionnelles sont organisés dans un cadre fédératif, celui de la Fédération Française de Joutes et de Sauvetage Nautique (FFJSN).

Glossaire :
yole de ness : bateau typique des îles Shetland (Nord de l’Ecosse), dotés de voiles et d’avirons, qui pratiquaient la pêche.

Documentation :

Association Grusaren, «Grusaren Rame Traditionnelle», 2009. http://grusaren.pagesperso-orange.fr/.

Fédération Française de Joute et de Sauvetage Nautique, «Le portail FFJSN Joute et Sauvetage Nautique», 2006. http://www.ffjsn.com/.

L ’amice San Peïre, «Rame traditionnelle», www;sanpeire.com, s.d. http://www.sanpeire.com/San_Peire/Rame_traditionnelle.html.

Nico de Colluire, «Rame Traditionnelle à Collioure», Le blog du colliure sportif Aviron, 2011. http://rame-traditionnelle-collioure.blogs.midilibre.com/tag/r%C3%A9sultats.

«Cettarames- Rames traditionnelles», s.d. http://www.cettarames.fr/articles-blog.html.

La rame traditionnelle, Cros de Cagnes, 2008. http://www.peches-et-traditions.fr/medias-videos-reportages/special-cros-de-cagnes/la-rame-traditionnelle/.

Le journal de 13h – La rame traditionnelle, une activité ludique, TF1. LE 13H, 2009. http://videos.tf1.fr/jt-13h/2009/la-rame-traditionnelle-une-activite-ludique-4832456.html.

«Les Rameurs Vénitiens», s.d. http://www.lesrameursvenitiens.com/pages/la-rame-traditionnelle/historique.html.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Karine Michel (anthropologue).

Informateurs :
Eric Dejean, responsable du service des sports, ville de Gruissan (11).
Daniel Combres et Robert Nivelle, co-présidents du club « Grusaren ».

Pour plus de renseignements :
site de l’association grusaren

ou Eric Dejean : edejean<at>ville-gruissan.fr

Date et lieu de l’enquête : juillet 2012, par téléphone.

Date de la fiche d’inventaire : 20 juillet 2012.

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont issues des site SNJA, www.lesrameursvenitiens.com et www.ville-gruissan.fr. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait, signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *