Jeu : Les quilles de six au maillet (de Montpellier – Hérault)

Scène de jeu de quilles de 6 au maillet lors de la Fête de Sarrons, photographie de Franck Saint Sever

Scène de jeu de quilles de 6 au maillet lors de la Fête de Sarrons,
photographie de Franck Saint Sever 

Auteur de la fiche d’inventaire : Karine Michel

Il s’agit d’un jeu de quilles. Les joueurs lancent des sortes de petits haltères appelés maillets sur les quilles pour les faire tomber. Ce jeu est pratiqué notamment dans l’Hérault (34), le Gers (32), les Landes (40), la Haute-Garonne (31), le Tarn (81).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : à Montpellier, dans l’Hérault (34).

Description :
Le jeu consiste à renverser cinq des six quilles disposées sur une aire de jeu, appelée  « quillon », « plantier » ou « pité », à l’aide d’un maillet. Les six quilles ne sont pas identiques : trois d’entre elles sont plus petites que les trois autres et sont disposées devant les grandes. Elles sont espacées de 5 à 10 mètres sur le pité, en fonction de l’âge et du sexe des joueurs : 10 mètres pour les équipes masculines et mixtes, 9 mètres pour les équipes féminines ; pour les vétérans (plus de 65 ans), 9 mètres pour les hommes et 8 mètres pour les femmes ; pour les super vétérans (plus de 75 ans), 8 mètres. Les quilles de 6 au Maillet peuvent se jouer en individuel ou en équipe.

Quilles de 6 au maillet, photographie du site foyersrurauxgers

Quilles de 6 au maillet, photographie du site foyersrurauxgers

Une partie se joue généralement en 11 points. Un point est acquis lorsque cinq quilles sur six tombent, quelle que soit la quille qui reste debout. Si les six quilles sont mises à terre, aucun point n’est comptabilisé et le tour est annulé. Un point peut-être gagné après avoir lancé un, deux ou trois maillets.

En individuel, le joueur dispose de trois maillets, qu’il lance les uns à la suite des autres pour tenter de faire tomber les cinq quilles au terme des trois lancers. Si cinq quilles tombent suite au lancer du premier maillet, le joueur marque un point ; les quilles sont replacées ou « repitées » et, à l’aide des deux maillets restants, il peut lancer de nouveau pour de nouvelles tentatives. Les équipes sont constituées de trois joueurs. Ils lancent leur propre maillet chacun à tour de rôle.

Un tir est constitué de trois lancers ; lors de concours ou compétitions, les éliminatoires se jouent en 14 tirs et les finales en 10. A chaque lancer, un nombre différent de quilles peut tomber. Ainsi, plusieurs configurations de jeu sont possibles :

Il reste un rang de quilles, c’est-à-dire une petite devant une grande. Le joueur tentera alors de faire une parabole avec son maillet pour toucher la tête de la quille placée derrière, la plus grande, ce qui limite le risque de faire tomber les deux quilles. Ce type de tir s’appelle un « escabeil« , terme qui signifie « décapiter »;

Lorsque trois quilles tombent en un premier lancer, l’action s’appelle « tresquiller » ;

Lors du lancer, le maillet doit tomber dans le quillon, c’est-à-dire après la tringle, une ligne tracée au sol à un mètre de distance devant les quilles. Un maillet est dit faute lorsqu’il tombe hors du pité, sur la tringle ou sur toute autre ligne de délimitation du pité, ou lorsque son lanceur dépasse la ligne de lancer, limite située à 10 mètres des quilles. Les maillets situés en limite du jeu, dépassant ou sortant, sont retirés du pité ; les autres y restent.

Tactiquement, il convient de faire tomber les quilles par ligne, d’un côté vers l’autre.

Apprentissage et transmission :
En 2011, un projet d’initiation au jeu de quilles de 6 au maillet a été mis en place dans des écoles du Béarn. Il concernait 11 classes d’école primaire. Les parties se déroulaient au sein des écoles et étaient animés par des joueurs de clubs locaux.

En 2012, le projet a continué, les enfants participant ardemment à cette pratique.

Objets utilisés et matériaux :
Les quilles sont au nombre de six. Elles diffèrent de par leur taille. Les trois petites mesurent 50 centimètres de hauteur, les trois grandes 55 centimètres. Elles sont en bois de hêtre ou de platane. Elles doivent être disposées sur le plantier à 30 centimètres l’une de l’autre, de centre à centre, et à  centimètres du bord. Elles sont toutes composées suivant le même modèle : une assise, un pied, une boule, un col et une tête. Selon les côtes officielles, l’assise est une bague de 20 mm de hauteur, 70 mm de diamètre extérieur et d’environ 4 mm d’épaisseur. Le pied est travaillé, il comporte un renflement de 80 mm de diamètre entre la bague de l’assise et la base de la boule. La boule mesure 80 mm de diamètre, elle est à 24 cm de la base pour les petites quilles, à 26 cm pour les grandes. Le col, également travaillé, mesure au minimum 50 mm de diamètre. Enfin, la tête est arrondie, d’un diamètre également de 80 mm.

quilles de six au maillet - cotes officielles

Le maillet est composé de cylindres en hêtre, long de 30 centimètres chacun pour 7 centimètres de diamètre. Ils pèsent de 700 à 900 grammes, ou de 1150 à 1250 grammes selon les catégories de joueurs. Le maillet comporte une zone aussi large que le reste, délimitée par un trait sur le bois, qui constitue la poignée, de 4,3 centimètres de longueur. Les maillets remplacent les boulets ou boulons, instrument utilisé dans le jeu classique des quilles à 6.

Maillet du jeu de quilles de 6, photographie du site foyersrurauxgers

Maillet du jeu de quilles de 6, photographie du site foyersrurauxgers

Il existe deux boutiques fournisseur de matériel pour la pratique des quilles de 6 au maillet, toutes deux dans le Gers (32), à Lanjuzan et à Saint-Arroman.

Depuis 2010, le site de la F.F.B.S.Q. propose l’achat en ligne sur son site de plusieurs éléments matériels : quilles, avec ou sans maillets ; lots de trois maillets, d’un poids de 1 kg, de 800 grammes ou de 500 grammes ; chariots de quilles au maillet ; marqueurs et support maillet ; tapis de quilles au maillet ; pince à maillets et quilles.

Terrain de jeu :
Le jeu se déroule sur un terrain de terre battue, de bitume ou herbeux, appelé « plantier » ou « pité », voire « quillon ». Ce pité est un gabarit sur lequel est marqué l’emplacement des quilles ; il est en général en caoutchouc, de forme rectangulaire. Il se positionne à 10 mètres de la ligne de lancer. Sa plus grande longueur est disposée perpendiculairement à la ligne de lancer.

Les joueurs effectuent leurs lancers du pas de tir, une zone située à 10 mètres du pité, large de 50 centimètres. Des espaces de sécurité sont mesurés derrière le plantier et derrière le pas de tir, respectivement de 6 mètres et de 3 mètres. Le champ de tir ou espace total de jeu mesure très exactement 19,30 mètres de longueur pour 4,60 mètres de large.

Historique :
Bien que le terme quille soit d’origine germanique, rien n’atteste à ce jour que ce pays soit le berceau de ses origines. Les plus anciens témoignages évoquent le jeu de quilles en Egypte, à l’instar des jeux de boule. Le jeu semble apparut en France au XIVe siècle dans l’Oise (60). Mais dès 1337 en Angleterre et 1369 en France, les souverains interdisent sa pratique car il détourne, selon eux, les sujets de la pratique des armes. Henri IV et son fils Louis XIII le pratiquèrent pourtant pour ces mêmes raisons : le jeu prépare à la guerre. Au XVIIIe siècle, il était pratiqué par toutes les classes sociales et au cours des siècles depuis, ses amateurs furent nombreux.

La variante de quilles de 6 au maillet se pratique surtout en Gascogne. Elle y est attestée depuis le XVe siècle dans le Gers (32), par un récit d’un fait divers tragique en 1484 : une dispute au jeu de quilles a dégénérée. Il s’agissait alors d’une pratique en individuel et les joueurs y misaient de fortes sommes, généralement en argent mais aussi en bétail. En 1956, un paysan perd ainsi son unique paire de bœufs, ce qui le conduit à la ruine ; un préfet fit alors interdire le jeu. Malgré cet interdit préfectoral, certains joueurs résistent et continuent à le pratiquer, sans mises, à la mêlée (c’est-à-dire entre personnes de générations différentes) ou en individuel.

Pratiques locales signalées :
Le jeu des quilles de 6 au maillet renaît dans les villages gascons en 1972, à l’initiative de la Fédération départementale des Foyers Ruraux du Gers qui soutient les joueurs « clandestins ». Le jeu est considéré comme un élément de la culture Gasconne : il est pratiqué en tant qu’animations dans les fêtes de village, notamment dans les régions du bas Armagnac, dans le Nord des Landes (40) et de la Haute-Garonne (31). La Fédération revendique son esprit amical, intergénérationnel, relationnel et le jeu de quilles de 6 au maillet devient un jeu d’équipe, à mises minimes. Il est dès lors pratiqué sur les places villageoises en été et à l’abri des halles en hiver.

Une autorisation officielle est alors accordée au jeu en 1982 et trois dirigeants des foyers ruraux du Gers en établissent un nouveau règlement. La pratique connaît alors un réel engouement et le jeu de quilles de 6 au maillet est pratiqué dans le Gers (32) et les Landes (40), mais également en Haute-Garonne (31) et dans le Tarn (81).

Soucieux de préserver le jeu traditionnel de tout débordement, les joueurs, regroupés en comités départementaux, intègrent en 1992 la Fédération Française de Bowling et de Sport de Quilles (F.F.B.S.Q.). Ils constituent une section nationale quilles au maillet, la huitième discipline de la Fédération (avec les quilles Alphalte, le Bowling, les Quilles de 6, les Quilles de 8, les Quilles de 9, les Quilles Saint Gall et le Ninepin Bowling Schere). Cette même année, dans le village de saint Julien (40) est inauguré le premier terrain couvert, comprenant trois pistes de jeu. Ancré dans une volonté de développement du jeu, la section s’attache à le diffuser et l’initier aux femmes, aux jeunes et aux enfants.

En 1997, 1186 licenciés constituent la section Quilles de 6 au maillet de la F.F.B.S.Q, qui est devenue la troisième discipline la plus pratiquée des 8 que comporte la Fédération. Au niveau département, les joueurs ont crée un comité départemental de Bowling et des Sports de Quilles du Gers, regroupant tous les sports de Quilles de ce dernier. Afin de protéger cette pratique, les joueurs se sont organisés, avec établissement de licences, organisations de rencontres officielles ou amicales et gestion de calendriers.

Le jeu de quilles de 6 au maillet fait également partie des jeux sportifs valorisés par la Fédération Nationale du Sport en Milieu Rural (F.N.S.M.R.). Cette fédération multi-sports a été créée en 1983 et a pour ambition de développer la pratique d’activités sportives adaptées aux spécificités du monde rural.

Actions de valorisation :
La section quilles de 6 au maillet de la F.F.B.S.Q. est engagée dans des projets de coopération européenne, notamment avec l’Espagne.

Régulièrement des journées d’initiation et découverte ont lieu avec la Fédération Nationale du Sport en Milieu Rural, avec des initiatives locales dans le Languedoc-Roussillon.

La Fédération Nationale du Sport en Milieu Rural organise tous les deux ans un Critérium National des jeux sportifs traditionnels, sorte de festival dans lequel les participants peuvent découvrir cette pratique.

Le jeu est aussi présenté dans des festivals et sur des sites internet.

Glossaire :
Escabeil : décapiter en provençal. Viser le haut d’une quille se trouvant cachée par d’autres quilles.

Pité (ou plantier ou quillon) : aire de jeu où sont disposées les quilles.

Repiter : remettre les quilles en place sur le quillon.

Tresquiller : faire tomber 3 quilles au premier lancé.

Documentation :

Camy, Jean, Gérard Ermisse, «Les quilles en Gascogne», Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe, vol. 25, septembre 1995, pp. 61–72.

Comité sportif Départemental des Pyrénées Atlantiques, «Quille de six», s.d. http://quillesdesix.free.fr/.

Fédération Nationale du Sport en Milieu Rural, «Les jeux sportifs traditionnels -FNSMR -», s.d. http://www.fnsmr.org/activites-fnsmr/le-sport-loisir/jeux-sportifs-traditionnels//.

FFBSQ, «Quilles au Maillet», Fédération Française de Bowling et Sport de Quilles, 2012. http://www.ffbsq.org/#/page/18.

Jeux Picards, «Les Quilles au Maillet du gers», s.d. http://www.jeuxpicards.org/quillemaillet.html.

Tremaud, Hélène, les Français jouent aux quilles, 1 vol., Maisonneuve & Larose, 1964.

«Jeu de quilles au maillet», Wikipédia, 25 juillet 2013. http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Jeu_de_quilles_au_maillet&oldid=80766556.

«jeux sportifs trad fiches explicatives.pdf – Quilles au maillet.pdf», s.d. http://www.cadetrad.fr/data/pdf_1251969212.pdf.

«Quilles au Maillet», Comité National des Quilles au Maillet, s.d. http://www.quilles-au-maillet.com/.

Documents annexes : 

Généralités sur les quilles


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Karine Michel (Anthropologue)

Informateurs :

Vivien Kettler, Président du comité départemental sport en milieu rural de l’Hérault

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Comité départemental des sports en milieu rural : contact<at>cdsmr34.org

Fédération Française de Bowling et de Sports Quilles : http://www.ffbsq.org/#/page/7

Date et lieu de l’enquête : Septembre 2012, par téléphone.

Date de la fiche d’inventaire : 18 Septembre 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont issues des sites Franck Saint Sever et foyersrurauxgers. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait, signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *