Jeu : La pelote à main nue en trinquet (de Bayonne – Pyrénées-Atlantiques)

Trinquet de Saint-André à Bayonne, Photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012)

Trinquet de Saint-André à Bayonne, photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012)

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte

La pelote à main nue en trinquet est une des variantes du jeu de pelote basque à main nue. Cette pratique sportive traditionnelle s’est développée au Pays basque et est devenue sport international.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Pays basque et quartier de Saint-André à Bayonne (64).

Description :
La pelote basque est un terme générique qui désigne plusieurs jeux, dont la main nue (pilota eskuzka) en trinquet. La variété des jeux de pelote est due à la combinaison de trois espaces de jeux (place libre, trinquet, mur à gauche) avec divers instruments (gants d’osier, gants de cuir, raquettes cordées, raquettes en bois). La main nue est un jeu indirect, c’est-à-dire par l’intermédiaire d’un mur, qui se joue en trinquet, en individuel ou par équipe de deux. On joue aussi à la main nue en place libre (mais uniquement l’été) et en mur à gauche (surtout au Pays basque espagnol).

– Le trinquet :

Le trinquet est un établissement couvert et fermé. L’aire de jeu est une salle rectangulaire délimitée par quatre murs, un sol et un plafond. Les dimensions peuvent varier d’un trinquet à un autre, même si les plus récents sont normés par la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB). Le trinquet Saint-André à Bayonne, qui est un ancien jeu de paume, est plus petit que la moyenne. La surface au sol, ou cancha, est cimentée et mesure en moyenne 28,50 mètres de long sur 9,30 mètres de large.

Le mur de face (ou frontis) mesure 8,50 mètres de haut et sur 9,30 mètres de large. Sur ce mur une raie métallique horizontale est positionnée à 80 centimètres au-dessus du sol ; à main nue ou à pala gomme pleine, la pelote doit toucher le mur au-dessus de cette ligne sinon elle est fausse et le point va à l’autre équipe.

A la jonction du mur de face et du mur de droite se trouve un chanfrein, de 33 centimètres de large, appelé « pan coupé » (ou parfois « izkin-motza » en euskara). A l’angle de la raie métallique et du pan coupé se trouve le xilo1, un trou dans le mur, de forme carrée, dont le fond (30 centimètres) est plus étroit que l’entrée (60 centimètres). Pan coupé et xilo sont appelés des « chicanes » car ils dévient la trajectoire de la pelote de manière imprévisible.

Les murs de droite, du fond et de gauche mesurent 5,50 mètres de haut. Ils sont surmontés (sauf exceptions) d’une galerie (ou deux) pour accueillir le public.

Vue de la salle de jeu à partir du tambour, photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012).

Vue de la salle de jeu à partir du tambour, photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012).

Une galerie couverte d’un toit incliné en bois, le « tambour », est accolée sur toute la longueur du mur de gauche et du mur du fond. Ces galeries sont partiellement ouvertes sur l’aire de jeu et les spectateurs y sont protégés par un filet. Le toit mesure normalement 1,30 mètre de large et est incliné selon une pente de 27% de sorte qu’il se trouve à 1,90 mètre de haut au plus bas.

Des trinquets, dont une à trois parois sont en verre (jamais le frontis), ont été construits afin d’augmenter le nombre de places pour le public et faciliter la retransmission télévisuelle.

La partie :

On ne parle pas de « match » mais de « partie ».
Une partie se joue en cinquante ou en quarante points en équipe, en quarante points en tête-à-tête. Le juge lance en l’air le douro (une pièce comportant une face bleue et une face rouge) qui désigne en retombant au sol le pelotari (le joueur) ou l’équipe qui « a le but ». Le joueur annonce qu’il s’apprête à buter en montrant la pelote ou en disant « jo » (« jeu »). Au but, la pelote doit atteindre le frontis, au-dessus de la raie métallique, et revenir au-delà de la ligne des seize mètres. Ensuite, chacun renvoie la pelote à tour de rôle. Un point est marqué, sur un marqueur de points électronique, lorsqu’une équipe ne parvient pas à la renvoyer jusqu’au frontis ou lorsque la pelote sort des limites du jeu. Celui qui marque le point engage le suivant.

Dans le jeu en équipe, il y a un avant et un arrière, chacun intervenant quand la pelote est dans sa zone, mais il peut aussi en sortir pour seconder son coéquipier. Souvent l’avant donne des indications à l’arrière. La main est utilisée comme un battoir, le joueur doit frapper la pelote sans la retenir (retenir la pelote s’appelle faire « atxiki » et est formellement interdit).

Lorsque la pelote revient du frontis, le joueur doit la renvoyer à la volée ou après le premier rebond. Lorsqu’elle est renvoyée, la pelote doit impérativement atteindre le frontis. Elle peut toutefois avant cela toucher un autre mur ou rouler sur le tambour.

Si un joueur ne parvient pas renvoyer la pelote avant son second rebond ou si il ne parvient pas à envoyer la pelote jusqu’au frontis, il perd le point. Une pelote qui sort des limites du jeu est fausse, le dernier joueur à l’avoir touchée perd le point. Une pelote qui entre dans un des filets donne immédiatement le point au joueur qui l’y a logée.

Les joueurs s’accordent sur de brefs temps de pause. Celui qui s’apprête à engager, en cours de partie, a par ailleurs la possibilité de changer de pelote.

Un seul juge, positionné sur la cancha avec les pelotaris, observe la partie. Traditionnellement, il n’intervient qu’à la demande d’un joueur. La FFPB exige désormais que dans les parties de championnats, il intervienne lorsqu’il voit une faute, même si les joueurs ne le lui demandent pas. A chaque point marqué, il annonce le score, en commençant par celui de l’équipe qui vient de marquer, généralement en français et en basque.

Tacos sur la main d'un maniste, photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012).

Tacos sur la main d’un maniste,
photographie de Cendrine Lagoueyte (30 juin 2012).

Les joueurs portent une tenue obligatoire, comportant un pantalon blanc, une ceinture de coton, un polo, des chaussures de sport (de type tennis) blanches, et des bracelets-éponge. Ils portent également des tacos ou « pansements », faits de divers matériaux, qui servent à protéger les mains des joueurs, les « manistes », depuis les années 1980.

Apprentissage et transmission :
L’apprentissage se poursuit au sein de la fratrie et/ou du groupe de pairs (à l’école, dans le quartier ou au village), et aussi par le biais des « écoles de pelote » créées au sein des clubs depuis les années 1970 et surtout 1980. Les enfants ont ainsi accès à des entraînements réguliers, encadrés généralement par des joueurs ou par des éducateurs titulaires d’un Brevet Fédéral ou d’un Brevet d’Etat d’Educateur Sportif option pelote basque.

Parallèlement, en milieu scolaire, des éducateurs sportifs titulaires du Brevet d’État (en voie de remplacement) initient ponctuellement des classes entières.

Objets utilisés et matériaux :
La pelote de cuir (balle), un douro (pièce), un marqueur de points (électronique en trinquet), des tacos ou « pansements » (depuis les années 1980, les « manistes » protègent leurs mains avec divers matériaux).

La tenue est constituée d’un pantalon blanc, une ceinture de coton, un polo, des chaussures de sport (de type tennis) blanches, des bracelets-éponge.

Terrain de jeu :
En trinquet.

Historique :
Voir la fiche d’inventaire « Pilota. La pelote basque« .

Pratiques locales signalées :
Codifiée par la Fédération Française de Pelote Basque (créée en 1921) et reconnue par la Fédération Internationale de Pelote Basque (créée en 1929), la spécialité de pelote à main nue en trinquet serait apparue, selon E. Blazy (1929), vers 1880 au Pays basque français.

Aujourd’hui, des joueurs de main nue en trinquet y évoluent en catégorie « indépendants », c’est-à-dire professionnels (même s’ils ne le sont pas à plein temps sauf exception). En Espagne (Communauté Autonome Basque), c’est la main nue en mur à gauche qui remporte le plus de succès (deux empresas regroupent les joueurs professionnels). On y joue aussi en Amérique centrale (les Champions du monde 2010 de la spécialité sont Mexicains) mais dans des trinquets sensiblement différents.

Au Pays basque français, outre les championnats des Ligues (du Pays basque, du Béarn, des Landes) et de la FFPB, de nombreux tournois privés sont également organisés. Les trinquettiers (les gérants des trinquets) invitent alors les joueurs de leur choix à s’affronter, ils peuvent même mêler amateurs et « indépendants ».

Les « parties du jeudi à Saint-André » sont par exemple une institution, même si elles ne constituent pas véritablement un tournoi. Depuis les années 1960 , à l’initiative de la Société Nautique2, tous les jeudis (d’octobre à juin) à 16h, le trinquet Saint-André de Bayonne voit s’affronter les meilleurs manistes, amateurs et indépendants du Pays basque français, parfois du Pays basque espagnol, et même du Mexique. Le jeudi était jour de marché à Bayonne, on y venait en bus de tout le Pays basque.

Depuis 2010, l’association Esku Pilota, qui gère le circuit des Indépendants, co-organise ces parties avec la Société Nautique. Elle propose un autre rendez-vous régulier, les lundis à Saint-Jean-Pied-de-Port.

Actions de valorisation :
De la pelote basque en général : voir la fiche d’inventaire « Pilota. La pelote basque ».

De la main nue en particulier :

La radio « Bonne humeur » commente et retransmet en direct les parties du jeudi au trinquet Saint-André.
La FFPB a créée une licence et un statut particulier, professionnel, pour les meilleurs manistes : les indépendants. L’association Esku Pilota a été créée pour gérer le circuit des Indépendants.
La pelote à main nue en trinquet est valorisée par l’organisation de différents tournois, tels que le tournoi de la Foire au Jambon de Bayonne, le tournoi des commerçants bayonnais, les tournois privés des trinquettiers ou lors du Master des Fêtes de Bayonne.
La main nue est une des trois spécialités proposées en initiation au grand public et aux scolaires.

Glossaire :
Douro : pièce comportant une face rouge et face une bleue.

Manistes : joueurs de pelote à main nue.

Pelote : balle.

Pelotari : joueur de pelote.

Tacos : protections pour les mains.

Trinquet : salle de jeu pour la pratique de la pelote basque.

Documentation :

Blazy, Edouard, La pelote Basque, Librairie Plalloux, 1929.

Burman, «Bizkaia Frontoia EL JUEGO VASCO DE LA PELOTA», 2009. http://www.bizkaiafrontoia.com/eu/historia.php.

Chipitey, Ils étaient les meilleurs, 1 vol., Anglet, France, Porché, 1985.

Lagisquet, Roger, La pelote basque: son art, ses règles, ses secrets, 1 vol., France, Solar, Aquitaine Diffusion, 1974.

Toulet, Louis, Guide de la pelote basque, 1 vol., Bayonne, France, Elkar, 1990.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte (anthropologue).

Informateurs :

Joueurs, juges, spectateurs, responsables de clubs, FFPB, LPPB.

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Jean-Baptiste de Ezcurra, Président de l’association Esku Pilota : eskupilota<at>orange.fr

Date et lieu de l’enquête : du 15 juin au 31 août 2012 au Pays basque (France).

Date de la fiche d’inventaire : 1er septembre 2012.

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Cendrine Lagoueyte.

  1. Xilo, littéralement « trou », n’est jamais traduit en français. []
  2. La Ville de Bayonne, propriétaire du trinquet en a confié la gestion à ce club omnisports. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *