Jeu : La bague en boghei (de Gémenos – Bouches-du-Rhône)

Bague en boghei de Gémenos, photographie de Sophie Tendero (30 juillet 2012)

Bague en boghei, photographie de Sophie Tendero (Gémenos, 30 juillet 2012).

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

Le Bague en boghei est un jeu d’eau et d’adresse. Il s’agit d’un jeu de convivialité qui se pratique sur une charrette dans une rue du village de Gémenos (13).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : village de Gémenos (13).

Description :
Le jeu de la bague en boghei est pratiqué le lundi suivant la Saint Eloi1 de Gémenos (dernier week-end de juillet) et est organisé par le Comité des Fêtes de la Saint Eloi.

Le lundi matin, divers jeux pour enfants et adultes sont installés. Tandis que les enfants jouent à « la poêle au cirage », au « citron dans la fontaine », etc., les adultes jouent à la bague en boghei.

Bague, photographie de Chloé Rosati-Marzetti

Bague, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (Gémenos, 29 juillet 2013).

Pour jouer, les participants qui se trouvent sur un charreton (boghei en provençal) tiré par un mulet ou un cheval de trait, descendent la « rue de Flore » où est suspendu un seau en bois (bague en provençal appelé également poussaïre dans d’autres villages) sous lequel est placé une planche percée d’un trou.

Au passage du boghei sous la bague, les participants doivent faire passer une perche de bois (type manche de balai) à travers le trou sans renverser le seau qui se trouve quelques mètres au-dessus. La perche est transmise successivement de comité en comité. Le seau est rempli d’eau. Lorsque le joueur rate le trou et tape la planche, il fait basculer le seau qui se renverse sur lui.

La mairie fait installer une poutre métallique, à environ 3 mètres de hauteur, en travers de la rue. Le seau rempli d’eau y est suspendu par une corde. Il balance et tourne sur lui-même. La planche d’environ 20 cm est fixée au-dessous. Une personne conduit le boghei, véhicule tracté léger peu stable quand il est lancé et qui bascule d’avant en arrière rendant presque nulle la précision.

Il est très difficile de réussir à passer la perche dans le trou sans renverser le seau, sans compter qu’elle doit y entrer entièrement et ressortir de l’autre côté de la planche. Il est quasi impossible de réussir cet exploit. Une récompense est toutefois offerte aux plus adroits (autrefois argent, bride, brosse ou étrille et bouteille de pastis aujourd’hui).

Bataille d'eau lors du jeu de la bague en boghei, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (Gémenos, 29 juillet 2013)

Bataille d’eau lors du jeu de la bague en boghei, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (Gémenos, 29 juillet 2013).

Le but de ce jeu (« pratiquement ingagnable » selon nos informateurs) est de permettre aux gens de se rafraichir à une période où la chaleur est très importante dans cette région. Le jeu dévie souvent et les spectateurs reçoivent également de l’eau. C’est un jeu convivial qui permet à tout le monde de participer. A cette occasion, les participants (adultes et enfants) puissent l’eau d’une fontaine a proximité pour faire des « batailles d’eau ».

Un camion avait remplacé le boghei avant que celui-ci ne soit réintroduit par un comité dans les années 1970. Le boghei de bois appartient aux habitants. La poutre métallique munie d’un tuyau d’arrosage est fournie par la mairie qui la réserve à cette occasion. Un seau de bois dit « à l’ancienne » est également propriété des habitants. Une perche de bois transmise de génération en génération.

Apprentissage et Transmission :
Ce jeu se transmet de génération en génération au sein du village mais aussi aux spectateurs et aux participants.

L’apprentissage se fait par observation et par la mise en application. Il s’adresse exclusivement aux adultes voire exceptionnellement aux adolescents.

Objets utilisés et matériaux :
Le boghei de bois appartient aux habitants. Il est tiré par un mulet ou un cheval de trait loué pour l’occasion. La poutre métallique est fournie par la mairie qui la réserve à cette occasion. Un seau de bois dit « à l’ancienne ». Une planche percée est fixée verticalement au dessous. La bague est également propriété des habitants. La perche de bois est transmise de comités en comités et de génération en génération. Le seau d’eau est suspendu à une poutre en métal. Un tuyau d’arrosage fixé à la poutre.

Terrain de jeu :
La rue de Flore.

Historique :
Ce jeu était aussi pratiqué à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (83), à Meyrargues (13), à La Ciotat (13) et à Château-Gombert (13). Il existe encore à Fuveau (13) où l’eau est remplacée par de la peinture, à Cuges-les-Pins (13) ainsi qu’à Lascours (commune de Roquevaire, 13). Aujourd’hui lorsque ce jeu est pratiqué dans ces différents villages, la camionnette remplace le boghei tiré par le mulet.

Ce jeu est également pratiqué dans le Pas-de-Calais (62) où il est connu sous le nom de « jeu du seau », « lance mouillée » ou « jeu du baquet ».

Pratiques locales signalées :
Les traces de ce jeu remontent au début du XXe siècle. Il est mentionné dans les archives de Gémenos dès 1913. Ce jeu est organisé à l’issue de chaque Saint Eloi.

Le comité organisateur de la fête et du jeu est constamment renouvelé. Les membres du comité changent tous les ans à l’issue de la fête qui se clôture par la vente aux enchères de la bride qui désigne les prochains organisateurs. En effet, à Gémenos, différents groupes de participants « achètent » la fête successivement devenant ainsi chacun leur tour les porteurs des traditions villageoises.
Le comité de M. Camillieri, un de nos informateurs, a organisé cette fête plus de 6 fois depuis 1976.

Actions de valorisation :
Il n’existe aucune action particulière de valorisation.

Le but est de clôturer la fête en réunissant participants et spectateurs de tout âge et en s’amusant.

Il s’agit avant tout de perpétuer la tradition de la Saint Eloi de Gémenos.

Glossaire :
Bague : sceau en bois en provençal (parfois appelé poussaïre dans d’autres villages).

Boghei : charreton.

Documentation :

Archives de la commune de Gémenos.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Alain Camillieri, membre du Comité des fêtes des Saints Eloi 1976, 1980, 1985, 1990, 1995 et 2000 (Association Comité des Fêtes de Saint Eloi).

Jérôme Pesse, Secrétaire de l’association des « Fifres et Tambours de Gémenos », membre du Comité des fêtes de la Saint Eloi 2010.

Date et lieu de l’enquête : 9 juillet 2012, par téléphone et 29 juillet 2013 à Gémenos.

Date de la fiche d’inventaire : 11 juillet 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Sophie Tendero et Chloé Rosati-Marzetti.

  1. Fête patronale célébrée en Provence l’été et dans le nord de la France en décembre. Saint Eloi est le saint patron des orfèvres et des métiers du fer (comme les maréchaux-ferrants) et par extension, celui des métiers de labours, charretiers, etc. Les charretiers sont par ailleurs célébrés durant la Saint Eloi de Gémenos, ce qui explique que ce jeu se déroule à cette occasion []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *