Jeu : Le ballon au poing (d’Amiens – Somme)

Partie de ballon au poing : engagement photographie du site jeuxpicards.org

Partie de ballon au poing : engagement
photographie du site jeuxpicards.org

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

Le ballon au poing est un des jeux issus du jeu de paume. Il est pratiqué en Picardie, essentiellement dans la Somme et parfois dans l’Oise.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Amiens (80).

Description :
Pascale Parsis, conseillère d’animation sportive, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale de Picardie décrit ainsi le jeu du Ballon au poing :

« Bien implanté en Picardie depuis le début du XIXe siècle, le ballon au poing est un sport collectif dérivé du jeu de paume. Le ballon est frappé à l’aide du poignet protégé par une bande de cuir ou de toile. Le foncier de l’équipe, côté tir, engage la partie : il doit envoyer le ballon au-delà de la ligne de corde. Les deux équipes réparties sur l’ensemble du terrain se renvoient directement le ballon de volée ou du premier bond (les passes étant interdites).

Terrain de ballon au poing, photographie de la Mairie de Talmas

Le principe du jeu relève du gagne-terrain. Chaque équipe essaie de faire mourir le ballon le plus loin possible dans le camp de l’adversaire ou mieux, de le faire rebondir au-delà de la ligne de fond adverse entre les 2 poteaux. Dans le cas où le ballon n’a pu être renvoyé avant le deuxième bond, on repérera le point où il aura été arrêté ou l’endroit où il aura coupé la ligne par le placement d’un petit piquet mobile appelé « chasse »1. Cette chasse sera posée sur une des lignes longitudinales du terrain au point extrême atteint par le ballon. La chasse indique donc une ligne imaginaire qui sépare le terrain en 2 parties. Quand elle est posée, les 2 équipes changent de camp. Il s’agit maintenant pour elles d’envoyer le ballon dans le camp de l’adversaire ainsi délimité, de sorte que ce dernier ne puisse le reprendre et marquer ainsi un « quinze ». Pour marquer un jeu, il faut quatre « quinze » comptés 15, 30, 40 et jeu. L’équipe qui la première atteindra 7 jeux s’adjugera le gain de la partie. […] Le joueur qui frappe la balle doit l’envoyer à plus de 18 mètres et une « ligne de corde » indique la distance minimum à couvrir. L’équipe qui reçoit doit renvoyer la balle de volée ou après un rebond avec interdiction de se faire des passes. Une marque mobile, la « chasse », indique la limite séparant les deux camps au moment du jeu. À chaque faute ou erreur, la chasse indique la nouvelle délimitation entre les deux camps jusqu’à ce que l’une des deux équipes soit suffisamment près de la ligne de fond adverse pour dépasser cette zone. On ne parle pas ici d’essai ou de touchdown mais de « bourrage »».

Le Conseil régional de Picardie considère ce sport collectif comme le plus populaire de la région.

Les informateurs décrivent le jeu ainsi :

Deux équipes de 6 joueurs s’affrontent donc sur un terrain. Le ballon est envoyé à l’aide de la partie supérieure du poing fermé et en un geste horizontal. Le but est de « faire mourir le ballon » dans le camp adverse afin de remporter le point et d’agrandir la surface d’attaque. Il s’agit d’un jeu de « gagne terrain ». L’équipe est composée d’un « foncier » (au fond), de deux « basses volées » (en milieu de terrain), de deux cordiers au plus près de la « corde » (ligne de séparation imaginaire signalée par les « chasses ») et d’un milieu de corde.

Le terrain mesure 65 m sur 12 m de large. Dans les 4 coins se trouvent des poteaux de 5m environ délimitant la surface de jeu et appelés « rapports ».

Le schéma du jeu est accessible sur le site Jeux Picard et dans la notice Wikipedia.

Le ballon gonflé d’air est similaire à un ballon de handball et est constitué d’hexagones de peau retournée et duveteuse, cousus entre eux sur une membrane intérieure synthétique. Les ballons sont homologués par la Fédération Française de Ballon au Poing. Il pèse entre 425 et 475 gr pour un diamètre d’environ 20 cm.

Chasses, photographie du site jeuxpicards.org.

Chasses, photographie du site www.jeuxpicards.org.

Si le ballon n’est pas rattrapé à temps (au 1er rebond), la chasse est placée à hauteur de là où il est tombé (sur la ligne extérieure du terrain). Frapper le ballon le plus tôt possible permet de repousser la chasse. Il s’agit d’un piquet, mesurant entre 80 cm et 1, 20 m, muni d’un socle pour les surfaces goudronnées ou en intérieur et d’un pic métallique pour l’herbe (en extérieur). Elles sont souvent fabriquées de manière artisanale. Elles sont peintes (en rouge pour la 1ere chasse, en bleu pour la seconde) et parfois décorées pour les parties réunissant de nombreux spectateurs. On change de chasse (de rouge à bleue) lorsque les équipes échangent la surface de terrain sur le principe des « allers-retours ». Cela ne permet d’inverser les équipes sur le terrain qu’une fois sur deux et fait gagner du temps de jeu.

Il y a faute lorsque le ballon est frappé de manière passive et avec l’arrière du corps.

Ce jeu se pratique en général en extérieur, sur des terrains communaux prévus à cet effet (les « ballodromes ») et existant souvent depuis plusieurs siècles. Lorsqu’il est pratiqué en intérieur (dans un gymnase), la règle de la « chasse à la corde » est appliquée, c’est-à-dire que la limite entre les deux terrains reste fixe car les aires de jeu sont diminuées.

Renvoi du ballon, photographie du site www.jeuxpicards.org

Dans certains villages, lorsqu’il n’y a plus de club, les terrains sont souvent récupérés et transformés ce qui fait que les joueurs ne peuvent plus y jouer et doivent trouver d’autres lieux. Ils se servent parfois de places publiques, dans ce cas les usagers et les joueurs doivent s’entendre pour cohabiter.

Dans quelques villages, le terrain et la place publique se situent côte à côte, ce qui constitue une configuration idéale permettant d’allier jeu et convivialité.

Les hommes, les femmes et les enfants pratiquent ce jeu, même s’il nécessite d’avoir de la force pour envoyer le ballon au bout du terrain. Ils portent des maillots aux couleurs de leur club, et des protections de poignets.

Apprentissage et Transmission :
Ce jeu est enseigné dans les clubs. Il existe plusieurs catégories selon les âges et les niveaux de jeu.

Les enfants jouent avec un ballon légèrement plus petit qui pèse entre 350 et 400 gr.

Objets utilisés et matériaux :
Un ballon, une protection de poignet, deux chasses.

Le ballon est constitué d’une couche synthétique recouverte d’hexagones de peau retournée et duveteuse cousus entre eux.

La protection de poignet est en tissus synthétique (autrefois en cuir).

Les chasses sont en bois ou en métal et peintes.

Terrain de jeu :
Ce jeu s’effectue en extérieur (sur un ballodrome) ou en intérieur (dans un gymnase).

Historique :
Il dérive directement du jeu de paume. Mentionné dans quelques textes de la Grèce antique, il aurait essaimé en Europe et évolué. Des traces écrites éparses font état de cette pratique au Moyen-Age (dans des actes judiciaires). Ce jeu étant pratiqué par le peuple, la tradition est restée orale jusqu’à sa codification sous Louis XIV2.

L’origine de ce jeu est la même que celle de la balle au tamis, de la balle à la main et de la longue paume : le jeu de paume. Les jeux ont évolué de manière différente selon les lieux et certains se seraient dotés d’ustensiles (moyen de propulsion : tambour, raquette) afin de lancer la balle toujours plus loin. Du fait de leur origine commune, les règles de ces jeux sont souvent très similaires.

Pratiques locales signalées :
La Fédération Française de Ballon au Poing, fondée en 1972 est constituée d’une quarantaine de clubs (la majorité samariens) dans lesquels sont répartis environ 2500 adhérents. De 1935 à 1972, elle porte le nom de Fédération Française de Ballonistes.

L’union Tertous fait également la promotion de ce jeu. Tertous, créé en 1992, a pour rôle de promouvoir la culture picarde. Tertous est né de l’initiative de personnes souhaitant conserver et mettre en commun le savoir sur la culture picarde. Elle regroupe diverses associations sportives, littéraires, musicales de la région Picardie. L’union se donne pour but de défendre et promouvoir la culture picarde en pérennisant les activités « liées à son histoire, à son identité, à sa langue »3.

Actions de valorisation :
Le jeu de ballon au poing est présenté sur le site du Conseil Régional de Picardie, ainsi que dans des nombreuses communications de l’Union Tertous.

Il fait l’objet de publications de la presse locale et régionale, comme par exemple Le Telescope, ou le Courrier picard.

Chaque année, un championnat de France a lieu dont la finale se joue le 15 août au ballodrome d’Amiens. Le championnat 2013 a fait l’objet d’une vidéo tournée par la télévision picarde (reportage réalisé par la région Picardie et mis en ligne sur  le site Web TV des Picards).

Il existe également une Coupe de France de ballon au poing et un tournoi appelé « Poing d’or » (individuel, pour primer le meilleur frappeur).

Glossaire :
Basse-volée : personne qui joue en milieu de terrain.

Chasse : piquet en bois – rouge ou bleu – qui délimite l’aire de jeux de chaque équipe.

Corde  : ligne imaginaire matérialisée par les chasses.

Cordier : personne qui joue au plus près de la corde.(ligne imaginaire matérialisée par les chasses).

Foncier : personne qui joue en fond de terrain.

Documentation :

Cegarra, Marie, Les jeux de balle en Picardie: les frontières de l’invisible. Les Cahiers du CEFRESS, ISSN 1264-319X, Paris, France, L’Harmattan, 1998.

Decroix, Luc, «Le ballon au poing», Jeux Picards, ca 2013. http://www.jeuxpicards.org/ballonaupoing/ballonpoing.html.

Lazure, Marcel, Les jeux de balle et ballon picards: ballon au poing, balle à la main, balle au tamis, longue paume, Amiens, France, France, Centre régional de documentation pédagogique de Picardie, 1996.

«Balon au poing», Wikipedia, septembre 5, 2013. http://pcd.wikipedia.org/w/index.php?title=Balon_au_poing&oldid=46592.

«Finale des Championnats de France de Ballon au Poing», Dailymotion, Amiens, TV Amiens, s.d. https://www.dailymotion.com/video/xklmll_finale-des-championnats-de-france-de-ballon-au-poing_sport.

 


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Pascale Parsis, conseillère d’animation sportive, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale de Picardie

Thierry Sellier, président de l’union pour la culture picarde Tertous

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Association Tertous : uniontertous<at>wanadoo.fr

Fédération Française de Ballon au poing : ffbp<at>wanadoo.fr

Date et lieu de l’enquête : 11 juillet 2012, Châteauneuf sur Sarthe

Date de la fiche d’inventaire : 13 août 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont reprises des sites internet : jeuxpicards.org et www.talmas.fr

  1. Les chasses sont en bois ou en métal et peintes []
  2. Pour l’historique voir M. Cegarra, 1998 []
  3. Citation extraite du site Tertous []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *