Jeu : Les jeux et sports athlétiques bretons de la Fédération Nationale des Sports Athlétiques Bretons (Bretagne)

Fiche diffusée avec l’aimable autorisation de la confédération FALSAB (Confédération des Jeux et des Sports Traditionnels de Bretagne).

Lancer de ..., photographie fournie par Erwann P

Lancer du poids, photographie fournie par Erwann Pringent

Auteur de la fiche d’inventaire : Erwann Prigent

Les jeux et sports athlétiques bretons de la Fédération Nationale des Sports Athlétiques Bretons (FNSAB) représentent 7 disciplines qui sont pratiquées lors de championnats.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Ces jeux et sports se retrouvent dans toute la région Bretagne. Ils sont pratiqués lors de championnats départementaux et régionaux.

Description :

Ces 7 disciplines sont celles pratiquées lors des championnats départementaux et du championnat de Bretagne. Pour chacune, des règles ont été instaurées. Les  six premiers vainqueurs dans chaque discipline lors des championnats départementaux sont qualifiés pour le championnat de  Bretagne.

  • Le lancer du poids de 20 kg (Ar Maen Pouez) :

Il s’agit de lancer le plus loin possible, à l’aide d’un seul bras, une enclume rectangulaire de 20 Kg et dans une aire de lancer délimitée de 2,10m. Les meilleurs de Bretagne lancent à plus de 6,50 m.

  • Le bâton de bouillie (Vaz yod) :

Le jeu se pratique à deux adversaires assis au sol de part et d’autre d’une planche. Il s’agit de faire passer l’adversaire par dessus la planche ou de lui arracher le bâton. Pour remporter le jeu, il faut gagner les 2 manches que comporte le jeu. Il y a 3 catégories de poids pour les concurrents (moins de 80kg, moins de 100 kg, plus de 100 kg).

  • Lever de l’essieu (An Ahel Karr) :
Lever d'essieu, photographie fournie par Erwann Prigent

Lever d’essieu, photographie fournie par Erwann Prigent

Il s’agit de lever un essieu de charrette de 47,5 Kg, bras et jambes tendus, au-dessus de la tête, le maximum de fois en trois minutes. Les meilleurs lèvent en moyenne une quarantaine de levées (environ 1,8 tonnes).

  •  Lancer de la gerbe de paille en hauteur (Ar Voutelenn) :

Il s’agit de lancer en hauteur une gerbe de 7,3 kg à l’aide d’une fourche à deux doigts, au dessus d’une barre même en la touchant ou la frottant. Les meilleurs lancent à 7,50 m de haut.

  • Lever de la perche  (Gwernian Ar Berchenn) :

Il s’agit de lever une perche métallique de 18 kg et de 6m de longueur chargée d’un curseur de 10,4 kg à la verticale sans l’enfoncer dans le sol, ni le frôler. Il faut la maintenir dans cette position avant de la relâcher. Il y a aussi trois catégories de poids comme pour le bâton de bouillie (vaz yod).

  • Relais des meuniers (Redadeg Gant Ur Samm A Gant Lur) :

Il s’agit, pour une équipe de 6 personnes, de parcourir 6 x 120 m le plus rapidement possible avec obstacles en sautant par dessus des petites bottes de paille et avec une charge de 50 kg sur les épaules.

  • Tir à la corde  (Chech Fun) :
Tir à la corde, photographie fournie par Erwann Prigent

Tir à la corde, photographie fournie par Erwann Prigent

Il s’agit de faire passer le témoin latéral rouge de l’adversaire de son côté, par rapport au bâton vertical de l’arbitre. Le départ est donné avec le témoin central face au bâton. Le tire se joue avec 6 tireurs de chaque côté, avec hisseur et en 2 manches gagnées. Il y a 2 catégories de poids les moins de 450kg et les plus de 450 kg.

Apprentissage et transmission :

L’apprentissage ce fait lors des démonstrations et initiations qui s’effectuement notamment lors de compétitions en championnats (par département, régional).

Objets utilisés et matériaux :

-Le bâton de bouillie

-L’essieu

-La fourche

-La gerbe de paille

-La perche

-La corde

-La charge de 50 kg

Terrain de jeu :

En extérieurs dans des champs.

La pratique exercée dans les 5 départements de la Bretagne historique.

Historique :

On considère très sûrement que, les épreuves de course à pied sont nées dans le creuset de Marathon. Le football et le rugby ont eu pour cadre un collège de la région d’Oxford pour ses premières escarmouches. Mais sait-on d’où viennent les jeux et sports athlétiques bretons ? On peut avancer sans trop de risque que les durs travaux manuels exécutés en majorité dans les zones rurales, qui dominaient autrefois, sont les ancêtres des jeux athlétiques bretons. En effet, à un siècle où la machine n’avait pas encore commencé à remplacer l’homme, ce dernier n’avait d’autre solution, hormis le cheval, que l’utilisation de sa force. Il n’avait que ses bras, ses jambes et son souffle, pour s’acquitter des tâches quotidiennes. Les jeux, qu’ils soient de force ou d’adresse, ont toujours passionné les Celtes. Leurs jeux collectifs ont donné naissance à la plupart des sports aujourd’hui pratiqués dans le monde :

–football,
–basket-ball,
–hockey,
–rugby,
–lancer du poids, du marteau…

 Jadis, les jeux trouvaient leurs adeptes dans les campagnes, dans les métiers ruraux où l’outil et la matière transformés devenaient agrès :

 – Les moissonneurs jetaient haut la botte de paille,

– Les bûcherons levaient la perche,

– Les charrons, l’essieu de charrette,

– Les maréchaux, l’enclume,

– Les meuniers se mesuraient à la course, une éculasse de 200 livres sur l’épaule,

– Les carriers lançaient la pierre lourde, ils levaient la civière,

– Les cordiers tiraient la corde, comme les marins, etc.

 Ces hommes extériorisaient leur besoin de jeu et de compétition au travers de joutes organisées lors de leurs moments de repos et lors des pardons1. Ainsi sont nés des jeux et sports de force dont l’origine se perd dans la nuit des temps. Ils se sont perpétués jusqu’à nos jours, mais sévèrement concurrencés par les sports « officiels » qui seuls bénéficient de la faveur des médias. Ils sont progressivement devenus des sports annexes, au point de n’être plus pratiqués que confidentiellement dans les hameaux et petites communes bretonnes.

 Pratiques locales signalées :

C’est en 1974 qu’ont été créés les « C’hoarioù Langonnet »2. Une volonté délibérée de « changer la fête » en Bretagne animait cette équipe entreprenante et enthousiaste. Son but était de la restituer dans un contexte réellement populaire, loin des pôles touristiques de l’été. Le comité des fêtes locales fit sienne cette idée neuve. Une collaboration étroite s’établit, qui allait permettre, en quelques années, de prouver que la formule était viable.

Langonnet (56) se prêtait à merveille à ce challenge : commune rurale du canton de Gourin, très étendue et très bretonnante à l’époque, où les traditions ancestrales sont restées vivantes, en outre magnifiquement bien située géographiquement au cœur du pays bretonnant. Le Bagad-Bleinmor n’avait pas choisi Langonnet au hasard… C’était malgré tout un pari, et il l’avait gagné. Les «C’hoarioù Langonnet» furent un modèle de fête bretonne réellement populaire.

 Inspirés des Highlands Games, on y trouvait plusieurs démonstrations de la richesse du patrimoine breton. Associés à la musique, les sports athlétiques attirèrent à Langonnet chaque 14 juillet, des foules impressionnantes. La troisième édition des C’hoarioù Langonned, en 1977, grâce notamment à la précieuse collaboration technique de la FALSAB, connut un énorme succès.

 Le moment semblait enfin venu de mettre en place une organisation structurée, dont tous ceux qui s’intéressaient aux jeux et sports athlétiques bretons, souvent depuis plusieurs décennies, en sentaient la nécessité. Suite à cela, une association morbihannaise de sports athlétiques vit le jour en automne 1977 sous l’impulsion de Samuel Gaudart. Les C’hoarioù Langonnet furent le déclencheur de la création de comités dans les autres départements bretons. De bonnes volontés se levèrent partout et apportèrent à la section autonome des Sports Athlétiques de la FALSAB expérience et dévouement. Les C’hoarioù Langonnet devinrent par la suite les C’hoarioù Breizh Langonnet. C’était en somme la consécration des efforts fournis depuis 1974 par deux équipes associées. Langonnet fut promue capitale du championnat de Bretagne des Sports Athlétiques bretons.

 Le 14 juillet 1978 fut le point culminant de la saison athlétique bretonne. Pour la première fois les athlètes présents furent sélectionnés à plusieurs niveaux dans tous les départements. Ce fut donc la fine fleur de la force et de la technique sportive traditionnelle qui s’affronta. Ce championnat permettait aussi de sélectionner les meilleurs parmi les bretons pour  les opposer aux Écossais et autres celtes lors du Championnat Interceltique de Lorient. Ceci engendrait un immense attrait à ces joutes des Montagnes Noires.

 A la fin des années 1970, chaque dimanche donnait lieu à une compétition organisée par les clubs à tour de rôle, souvent lors du pardon des communes de clubs. Ces concours étaient fort prisés par les athlètes et le public. Celui-ci suivait assidûment les compétitions, soit en se rendant aux manifestations soit par la presse.

Les journaux relataient largement les compétitions avec des gros titres parfois : « Les sabliers de Goulven battus ». Cette équipe dominait le tire à la corde dans le Léon et en Bretagne.

Le premier championnat de Bretagne de Langonnet (56) aura été le catalyseur de ces concours jusqu’au début des années 1990.

Le 14 Juillet 1978 se déroule le premier championnat des cinq départements. Devant plusieurs milliers de spectateurs, les meilleurs athlètes et équipes de Bretagne s’affrontèrent sur 6 concours sportifs :

 – Le lancer de la pierre lourde
– Le bâton à bouillie
– Le lever d’essieu de charrette
– Le lever de la perche
– Le relais des meuniers
– Le tire à la corde

 On retenait que la pierre lourde était projetée à 6m82, et que l’essieu était levé 49 fois en 3 minutes.

 En 1982, le nombre de jeux est porté à 7 pour ces championnats avec l’ajout du lancer de la gerbe en hauteur.

Une évolution a été enregistrée sur certains jeux au niveau des performances. La plus frappante est celle du lancer de la gerbe, qui a vu son record atteindre les 9m20 par Christophe Le Guévelo de Malguénac (56) le 18 juillet 1999 à Ploemel (56). Les rencontres ont permis de gagner plus de 2,50m par rapport aux meilleurs performances du début des années 1980. Les autres progressions sont moins significatives sauf toutefois au lever de la perche, mais difficilement mesurable en raison du poids de la perche à nu, qui varie d’un matériel à l’autre.
Le record du lancer de la pierre lourde a également été battu avec un lancer à 8m 23 en 1993.

Hormis ces jeux pratiqués en championnat, il existe le jeu du lever de la civière, sorte de brouette sans roue sur laquelle on dispose des charges, à titre indicatif, la meilleure performance dépasse 1 tonne.

Depuis quelques années, les jeux de force s’essoufflent. Le nombre de participants est en nette diminution. En 30 ans, on passe de 1 000 athlètes à 120 sur les 5 départements bretons.

Les participants pensent que cette diminution est causée par la « modernisation des métiers ». Ils avancent l’idée que « maintenant les personnes sont moins “physiques” qu’auparavant et il y a besoin de moins d’hommes pour effectuer certains travaux. Les occasions de se retrouver sont donc moins nombreuses. Il est plus difficile d’avoir des jeunes. Ils sont plus attirés par les jeux collectifs, jeux vidéos et internet ». De même cet abandon paraît aussi  » venir du manque de communication envers les établissements scolaires » et du manque de structures pour former des jeunes, faute de moyens humains et financiers.

Actions de valorisation :

Il existe des plaquettes et ces championnats sont présentés sur divers sites internets (site de la FNSAB). Les fêtes locales et les festivals sont aussi l’occasion d’effectuer des initiations et des démonstrations.

Chaque département organise des démonstrations lors de battage à l’ancienne, des fêtes patronales et d’autres fêtes et festivals (comme le festival interceltique de Lorient).


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire.Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Erwann Prigent (Président de la FNSAB).

Informateur : Erwann Prigent

Pour plus de renseignements sur la pratique : fnsab22<at>wandoo.fr

Date et lieu de l’enquête : mars 2012

Date de la fiche d’inventaire : 5 juillet 2012

Crédits photographiques : les photographies et vidéos publiées sur la page ont été fournies par Erwann Prigent sans informations supplémentaires. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait, signalez-le nous.

  1. célébration religieuse bretonne []
  2. les jeux et sports athlétiques bretons de la FNSAB []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *