Festival international des jeux de Cannes (Alpes-Maritimes)

Dans le cadre de nos enquêtes sur les jeux traditionnels, nous nous sommes rendus au « Festival international des jeux » qui s’est déroulé au Palais des Festivals de Cannes du 28 février au 2 mars 2014.

Ce festival est surtout consacré aux jeux vidéo, jeux de plateaux, de rôle de cartes, de société, de réflexion… Ce festival fait découvrir et initie le publics aux différents jeux. Il est aussi l’occasion de faire se rencontrer amateurs et professionnels.

Parmi les stands, nous avons pu découvrir quelques jeux présentés comme « traditionnels » par les organisateurs du festival. Dans cette dernière catégorie nous retrouvons le jeu de go et le mah-jong (chinois), le carom (jeu de table Indien, voir www.carom.fr), le shogi (japonais), le backgammon,  l’awalé (Afrique), les dominos, Othello, le scrabble, le bridge, la belote, le tarot, le rami et des jeux mathématiques.

Des tournois de belote, belote aux enchères, tarot, scrabble, mots-croisés, échecs, dames étaient organisés. Des jeux plus récents faisaient aussi l’objet de tournois comme le jeu de cartes « Yu-Gi-Oh ! » ou encore le jeu de plateau « Krosmaster Arena ».

Pour plus de renseignements sur ce festival et son contenu ainsi que la liste des jeux primés cette année, rendez-vous sur le site www.festivaldesjeux-cannes.com

D’autres festivals sont organisés dans d’autres villes françaises. Retrouvez les dates et les lieux des prochains salons en cliquant ici.

L’enquête réalisée à Cannes amène deux grands types de résultats :

–        Elle montre que sous le terme de « jeu traditionnel » peuvent se cacher des pratiques très différentes de celles que nous avions envisagé au départ (jeux non sportifs notamment, dénommés « traditionnels » pour leur ancienneté ou simplement parce qu’ils s’opposent au secteur des jeux vidéo plus « modernes »),

–        Elle montre en même temps que le secteur des jeux, envisagé dans une perspective large, est extrêmement actif, avec des retombées économiques potentielles, une sociabilité spécifique lors des tournois, et des aspects créatifs qu’il convient de ne pas négliger dans les inventaires en cours.

 

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Merci d’évoquer ces festivals — et merci pour ce remarquable carnet que je suis toujours avec une attention soutenue. Deux petites remarques :

    1. Je ne crois pas que l’opposition entre jeux traditionnels et jeux modernes se produise nécessairement à partir de considérations technologiques, entre les jeux matériels et les jeux numériques — par exemple les jeux vidéos. Il faut regarder la catégorisation des espaces d’exposition dans la plupart des salons et festivals de jeux pour comprendre la logique des praticiens (joueurs, animateurs et créateurs). Exemple à Grenoble, le week-end dernier :

    — Jeux du monde
    — Jeux de société
    — Nouveaux jeux (en pratique une subdivision des jeux de société)
    — Jeux de rôles
    — Jeux en bois/jeux d’adresse/jeux de kermesse

    En fait, la première et la dernière catégories sont identiques, dans la mesure où les jeux du monde sont des jeux traditionnels communs non-propriétaires, type jeu du chien et du chacal ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu_du_chien_et_du_chacal ), qui sont d’ailleurs exposés côte à côte avec les tables d’échecs et les initiations au go, voire les casse-tête.

    De fait, les jeux de société appartenant à la catégorie définie ne sont pas nécessairement français, loin de là : outre l’énorme production allemande, traduite ou non, il faut encore citer des incursions plus ponctuelles, via l’anglais ou non, des créations nordiques, italiennes et américaines, voire quelques acculturations lointaines, comme le Gang of Four ( http://www.trictrac.net/jeu-de-societe/gang-of-four-2/infos ) pour la Chine.

    En pratique, on obtient une division de fond tripartite :

    — Nouveaux jeux de société
    — Jeux en bois et jeux non-propriétaires
    — Jeux à public très restreint (CCG, jeux de figurine, jeux de rôles et de simulation, etc.)

    La division est en fait multi-critères, parce que certains jeux en bois sont bel et bien des créations propriétaires, souvent très coûteuses au demeurant et dépendant de facto d’un circuit de distribution, je suppose, entièrement différent des nouveaux jeux de société produits par des éditeurs comme l’Oya ou Asmodée et dont la finalité commerciale est d’atteindre directement le public des joueurs, avec des prix s’échelonnant en général entre 15 et 60 euros la boîte indépendante.

    Les jeux vidéos, eux, sont dans un tout autre univers — comme en témoigne leur complète absence, la plupart du temps, dans ce genre de festival — ce qui ne signifie certes pas que les publics visés soient différents, ni que la répartition sur les différentes plateformes, pour une franchise, ne soit pas possible. Entre les jeux vidéos et les jeux traditionnels, qui bénéficient respectivement de l’attention des game studies et de l’approche patrimoniale, il existe le continent encore largement inexploré des jeux de société.

    2. Concernant la sociabilité des joueurs, il faut ici distinguer les gros événements ponctuels susceptibles d’attirer un public large et familial, comme les festivals de jeux, et les lieux ordinaires de sociabilité des joueurs, que sont les domiciles, les associations, les boutiques de jeux et les cafés-jeux.

    Les boutiques de jeux sont souvent des sortes de salon de thé, où l’on peut aussi bien acquérir que consommer : c’est le cas d’au moins 3 des boutiques grenobloises, qui disposent d’espaces de jeux plus ou moins conséquents et organisent des événements réguliers, où se rencontrent les joueurs. La communauté des joueurs peut être fédérée par l’utilisation d’un jeu commun (et c’est souvent le cas pour les figurines, les CCG et les jeux de simulation) ou par la pratique régulière de jeux multiples, dont la qualité valorisée par consensus contribue à créer au fil des années une liste canonique des corpus, avec l’attribution de différents prix internationaux, et à consacrer des créateurs bien référencés, dans un processus d’auctorialisation assez classique.

    Les cafés-jeux, plus rares mais de plus en plus nombreux, proposent un service voisin et inscrivent en fait dans la durée le bloc jeux-buvette-restauration qui est souvent celui des kermesses ou des festivals de jeux. Leur clientèle est sans doute moins connaisseuse que celle des boutiques, encore que des croisements existent indubitablement, et il faudrait de nombreuses études pour avoir une idée précise de qui joue à quoi, où, comment et dans quels circuits commerciaux.

    Quant aux associations, elles sont souvent la force vive des festivals que vous évoquez, en partenariat avec les boutiques qui y trouvent une occasion de se faire connaître, les créateurs qui y voient un circuit de promotion annuel, durant les mois de printemps, et les cafés-jeux. En d’autres termes, tous ces espaces forment un réseau restreint au niveau local et élargi au niveau national voire international, avec des rapports commerciaux et personnels souvent très complexes et très concurrentiels.

    • Chloé Rosati dit :

      Bonjour,
      Merci pour ce beau commentaire très instructif qui nous éclaire bien sur les différents types de jeux et aussi les enjeux qui en découlent.
      Effectivement, il y a plusieurs pistes de recherches à creuser qui ressortent ici. Nous vous remercions d’avoir souligné ces points.
      au plaisir de vous lire,
      Bien à vous,
      Chloé, pour l’équipe de rédaction

  1. 22/07/2014

    […] sans compter les festivals français, évoqués par Chloé Rosati-Marzetti dans un billet du carnet Restituer l’inventaire du PCI, auquel j’avais ajouté en avril dernier un long commentaire. La culture ludique n’a donc rien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *