10e édition des jeux Kali’na (Awala-Yalimapo – Guyane)

Auteur du billet : Florence Helfer (Master 2 Sociétés et Interculturalité, Art, Lettres et Langues, Université Antilles-Guyane, Guyane)

Affiche jeux Kali'na, Awala-Yalimapo, décembre 2014

Affiche des jeux Kali’na, Awala-Yalimapo, décembre 2014

Les 6 et 7 décembre 2014 à Awala-Yalimapo se sont tenus les 10ème Jeux Kali’na. La ville fait partie d’un groupement de communes reconnues sous le label Pays d’Art et d’Histoire.

Ces jeux ont pour but de mieux faire connaître et de valoriser la culture kali’na, culture amérindienne présente en Guyane française.

  • Pour plus de renseignements sur le peuple kali’na :

– Geoffroy Filoche, « Les Amérindiens de Guyane française, de reconnaissances disparates en bricolages juridiques. L’exemple des Kali’na d’Awala-Yalimapo », Journal de la société des américanistes [En ligne], 97-2 | 2011, mis en ligne le 15 mars 2012

– Marie-Blanche Potte, « Manière d’habiter à Awala-Yalimapo », In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003 

 

Ces jeux se déroulent donc sur la commune d’Awala-Yalimapo (à la frontière du Suriname). Au cours du week-end, 28 équipes venues de nombreuses communes de Guyane se retrouvent autour de 9 épreuves sportives issues en majorité des pratiques traditionnelles kali’na.

Les épreuves sont (par ordre de réalisation) :

– Course à pied,

– Grimper de cocotier

– Tir au harpon

– Remontée de pirogue

– Course de pirogue,

– Tir à la corde

– Tir à l’arc

– Jeu du diable

– Transport de charge en relais

La journée du samedi commence par la course à pied, qui consiste à parcourir dix kilomètres. Après un départ sur la plage, les coureurs traversent les villages de Yalimapo et d’Awala.

Les équipes au départ de la course le samedi matin, Photographie de Florence Helfer (6 décembre 2014)

Les équipes au départ de la course le samedi matin, photographie de Florence Helfer (6 décembre 2014)

Ensuite vient le grimper de cocotier. Il faut aller le plus vite possible au delà des six mètres à l’aide d’un apalan’d+ (sangle en kali’na). Chaque mètre est indiqué sur le tronc.

Grimper de cocotier, photographie de Florence Helfer (6 décembre 2014)

Grimper de cocotier : équipe wayamaga (iguane vert), photographie de Florence Helfer (décembre 2011)

Vient après le tir au harpon qui rappelle les techniques de pêche kali’na. Des cibles en forme de poissons sont à atteindre avec les harpons en bois.

Pour finir la première journée, la remontée de pirogue consiste à déplacer une pirogue (avec son chargement) du haut de la dune au rivage et retour. Les pirogues sont extrêmement lourdes et les trente mètres de l’épreuve constituent un effort intense pour les huit personnes qui tentent d’unir leurs forces. C’est la seule épreuve où tous les athlètes de l’équipe sont sollicités en même temps.

La deuxième journée commence avec la course de pirogue. Elle est réalisée à cinq personnes : trois rameurs, un barreur et un écopeur. L’épreuve est réalisée sur la mer, et est d’environ cinq-cents mètres. Les kali’na sont un peuple côtier qui utilisent traditionnellement les pirogues dans leurs activités quotidiennes.

  • Pour en savoir plus sur les pirogues de Guyane :

– Sophie François, « Les pirogues du Maroni », In Situ [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 01 mars 2003

 

Le tir à la corde oppose deux équipes de six athlètes, en poules, puis en quart, puis en demi, puis en finale. Cette épreuve est très éprouvante pour ceux qui vont en finale (et pour les autres aussi bien sûr).

Le tir à l’arc est réalisé par quatre athlètes de chaque équipe. Ils doivent réaliser un petit parcours puis prendre l’arc. Ils ont ensuite deux flèches à leur disposition pour tenter d’atteindre la cible distante de dix mètres.

Le jeu du diable est un casse-tête amérindien qu’il faut résoudre le plus rapidement possible. Chaque personne doit faire passer quatre bâtonnets de bois d’un côté à l’autre.

La dernière épreuve est celle du transport de charge. Chaque relayeur doit amener la bûche de 25 kilos au coureur suivant en parcourant 75 mètres dans le sable…

Le réalisateur Marc Barrat a tourné un documentaire pendant les jeux kali’na 2011, pour en voir un extrait, cliquez ici.

Pour ces épreuves, des mois de préparation sont requis pour les équipes qui doivent s’entraîner et pour les organisateurs qui préparent notamment le matériel. Ainsi des pirogues traditionnelles, kuliyala, ont été fabriquées en 2011 au cours d’un atelier d’insertion de jeunes (voir l’article de presse). Ces ateliers permettent une transmission des savoir-faire.

Manche de la course de pirogue, photographie de Florence Helfer (7 décembre 2014)

Manche de la course de pirogue, photographie de Florence Helfer (7 décembre 2014)

Tout au long de la journée, les participants et les accompagnateurs peuvent aller se restaurer dans les stands qui proposent des bami-nassi, du kasilipo, … Il est aussi possible de déguster le cachiri rose (parfois écrit cachili) ou bière de manioc.

Pour les amateurs de souvenirs, des stands présentent des arcs, des hamacs faits main, des colliers en graines…

Les soirées du week-end sont animées par différents groupes de tous horizons. Les groupes traditionnels font danser le public au rythme des sanpula (voir une vidéo).

Pour finir les festivités, chaque équipe participante est invitée à monter sur scène. Les premières équipes ont la chance de repartir avec des objets traditionnels :

Remise des prix des Jeux Kali'na, l'équipe anuwana (urubu roi) est vainqueur, photographie de Florence Helfer (décembre 2010).

Remise des prix des Jeux Kali’na, l’équipe anuwana (urubu roi) est vainqueur, photographie de Florence Helfer (décembre 2010).

 

-pagnes

-bois sculpté

-céramique

-vannerie

 

 

 

Ainsi, le rassemblement des jeux kali’na d’Awala-Yalimapo permet de découvrir à la fois les jeux traditionnels et la culture des amérindiens kali’na de Guyane.


 

Auteur de l’article : Florence Helfer, Master 2 Sociétés et Interculturalité, Université Antilles-Guyane, Guyane.

Informateurs : non-renseignés.

Date et lieu de l’enquête : de décembre 2010 à décembre 2014.

Date de rédaction de l’article : 22 décembre 2014

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été prises par Florence Helfer. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait, signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *