Jeu : Les treis soeus (du Cotentin – Manche)

"Les trois sœurs", photographie de Jean-Philippe Joly

« Les treis soeus », photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Auteur de la fiche d’inventaire : Jean-Philippe Joly

Les treis soeus – « les trois sœurs » en contentinais – est un jeu de quilles. Sa pratique est attestée dans une région délimitée par  Cherbourg, Bricquebec, Montebourg, Valognes ainsi que dans une partie du Val de Saire (Manche).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Contentin (50).

 Description :
Ce jeu fait partie d’un ensemble de jeux de quilles pratiqué dans le Cotentin.

Les treis soeus est constitué de trois quilles alignées, l’une derrière l’autre, qu’il faut faire tomber pour gagner.

Autrefois, une personne gardait 10 % des mises pour le service rendu en renvoyant la boule aux joueurs (le rabouleu). Il existe deux types de règles : « avec deux lancers » ou « au pari ».

Les règles se présentent comme suit :

  • « avec deux lancers » :

Le but du jeu est de renverser les 3 quilles (en forme de cône) en un ou deux  coups. Celles-ci sont alignées. La boule ne doit pas rouler sur le sol. Elle peut néanmoins rebondir devant mais le rebond la freine. La distance de tir est laissée à l’appréciation du régulateur de jeu.

En général, la distance de concours est de 9 mètres. La partie se joue en 10 coups le plus souvent. Selon les informateurs, au bout du 5e lancé, il n’est pas rare de voir les performances du joueur diminuer. La distance est adaptée lorsque les joueurs sont des enfants ou des femmes.

– Compter les points :

Disposition du jeu, schéma de

Disposition du jeu, schéma de Jean-Philippe Joly

1 point par quille sauf si les trois quilles tombent au premier coup ce qui donne 4 points.

Le fait de renverser les 3 quilles au premier tour permet soit de les relever intégralement et de retenter un coup à 4 points, soit donne la possibilité d’avoir un maximum de 8 points par tour de deux lancers.

Si les 3 quilles n’ont pas été renversées au premier lancer, le joueur tente de renverser les quilles restantes pour gagner 1 point par quille.

En cas d’ex æquo, on les départage en prenant soit le nombre de fois où les 3 quilles ont été renversées, soit en désignant comme gagnant celui qui fera tomber 3 quilles une fois de plus que l’autre ou les autres ex æquo.

Les concours se déroulent la plupart du temps sur 2 à 3 heures. Chaque joueur peut jouer autant de fois qu’il le veut en payant sa partie. La somme payée servira à payer les lots. A la fin de la période, le gagnant est celui qui a réalisé le score le plus important. En cas d’ex-æquo, on rejoue entre eux une partie de 5 coups (soit 10 lancers).

  • « au pari » :

Le but du jeu est de renverser les  quilles (en forme de cône) en fonction de l’annonce faite par chaque joueur.

La distance est à déterminer par les joueurs au début de partie. L’ordre de tir est déterminé en fonction de la boule plus ou moins proche de la première quille.

– Exemple de comptage des points pratiqué :

5 points par pari maximum. Points négatifs si pari non réalisé. But à atteindre : un nombre précis (par exemple 50 points) ou le plus grand nombre sur 5 lancers par exemple.

Par exemple, la partie est en 20 points, je parie que je renverse sans faire rouler la troisième quille pour trois points. Je rate j’ai donc moins trois. Au second pari, je dis et réussi la chute de la deuxième en faisant rouler pour quatre points. Au total, j’ai donc 1 point sur deux coups. Au bout d’un certain nombre de coups, j’ai  totalisé 19 points ; je parie alors pour un point de renverser uniquement la première, etc…

En cas d’ex æquo, on départage les joueurs sur un tir à 10 mètres pour faire tomber les trois quilles d’un seul coup.

Apprentissage et Transmission :
Ce jeu est souvent présent lors d’animations locales (60% des cas). Des concours sont organisés dans les fêtes locales.

Cette pratique est également initiée dans les écoles et collèges. Présence en UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire).

Des concours sont organisés à St Floxel, Hemevez, le Ham, Montebourg (50)

Objets utilisés et matériaux :
Les quilles, la boule, du sable.

Quilles et boule, photographie du site vds-phl.fr

Quilles et boule,
photographie du site www.vds-phl.fr

Les quilles : 3 quilles d’environ 70 cm de haut (mi-cuisse). De haut de forme conique très allongée, le dessous est creux pour enfoncer celle-ci dans le sol.

La boule : en bois, d’environ 4 kg pour droitiers et gauchers, avec deux trous de pouce et une fente pour le reste de la main. Les boules sont en bois d’orme, de châtaigner, de pommier, de chêne, de hêtre, de buis, de noyer et éventuellement bois de sapin (surtout pour les modèles enfants).

Du sable pour tenir les quilles ou plaque de métal avec une pointe pour les fixer dans le sol.

Outils utilisés pour la fabrication des éléments :
Un tour à bois simple pour les petits jeux et un tour à bois spécifique pour les grosses boules.

La boule mesure « environ 20cm (20 à 28) de diamètre avec un poids pouvant aller de 4 à 13 kilogrammes selon le type de jeu et les régions. Dans le jeu, la fabrication de la boule est la plus complexe. cette boule peut être adaptée pour droitier ou gaucher » (http://www.vds-phl.fr).

Deux fabricants sont présents dans la région. Les quilles et les boules peuvent être réalisées sur commande.

Terrain de jeu :
En général, sur l’herbe, sur la terre battue voire sur la plage.

Sur la plage, photographie de Jean-Philippe Joly

Sur la plage, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Historique :
D’après les archives iconographiques locales (gravures et photographies), le jeu des treis soeus est attesté dès le milieu du 19e siècle sous différentes formes. Il est pratiqué sans interruption jusqu’à nos jours, dans la région de Montebourg (50) notamment, malgré les interdictions de jeux d’argent.

Des concours locaux sont organisés régulièrement.

Pratiques locales signalées :
JeuxtradiNormandie (JTN) est né symboliquement au milieu de l’année 2011 pour le 11e centenaire de la Normandie.

Mais l’action en faveur des jeux traditionnels date de juillet 2001, date de la première reconstitution d’une rencontre de choule crosse après un arrêt depuis 1942 ou 1943.

JTN regroupe à présent 9 associations et/ou clubs de choule crosse, pratiquant aussi la grande choule.

Sa vocation est :

– la coordination des actions événementielles et de collectage,

– la gestion d’un site internet commun,

– une démarche pour les associations et représentation de celles-ci,

– la rédaction de documents de promotion et liens presse,

– l’organisation de compétitions, concours …

Actions de valorisation :
Ce jeux est remis à l’honneur par la fédération « Jeuxtradinormandie » depuis 2003.

Concours, expositions, conférences, initiations dans les écoles, présentation lors de fêtes locales.

Documentation :

http //jeuxnormands.com/ Tec-Nor Jeux, 5° Assemblée des Jeux Normands, plage  de Quinéville, 2009. https://www.dailymotion.com/video/xa4d2i_5-assemblee-des-jeux-normands_sport?start=4.

Manu Savinelli, «Jeux TradiNormandie-Fédération des jeux et sports traditionnels Normands et Vikings-», jeuxtradinormandie, s.d. http://jeuxtradinormandie.fr/.

PH L, «Les jeux de quilles», Blog, OverBlog, 17  novembre 2011. http://www.vds-phl.fr/article-les-jeux-de-quilles-88678350.html.

Wiki participatif, «Quilles du Cotentin – Wikimanche», Wiki, Quilles du cotentin, s.d. http://www.wikimanche.fr/Quilles_du_Cotentin.

«Jeux d’autrefois – Quilles du Cotentin», Le petit Manchot, s.d. http://www.le-petit-manchot.fr/jeux-d-autrefois/quilles-du-cotentin/les-chroniques/.

 


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche : Jean-Philippe Joly (président de JeuxtradiNormandie).

Informateurs :

Jean-Philippe Joly, président de JeuxtradiNormandie, fédération des jeux et sports traditionnels normands

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Jeuxtradinormandie, Jean-Philippe Joly : jphjoly<at>wanadoo.fr

Date et lieu de l’enquête : Mars 2012, Normandie

Date de la fiche d’inventaire : 23 Mars 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Jean-Philippe Joly ou sont reprises du site internet : www.vds-phl.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *