La « savonnette » de Cipières (Alpes-Maritimes)

Affiche placardée dans les rues du village, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Affiche placardée dans les rues du village, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Le comité des fêtes de Cipières – petit village de montagne des Alpes-Maritimes – organise pour chaque année depuis 5 ans une « savonnette ». Nous nous sommes rendus à la « 5e savonnette » le 28 septembre 2014. Il s’agit d’une course de caisses à savon qui s’effectue dans la rue principale du village. Ce n’est donc pas d’un jeu traditionnel tel que nous l’avons défini, pourtant cette pratique tend à émerger dans les villages de montagne le plus souvent (nécessité d’avoir des routes pentues). La plus ancienne course de caisse à savon dont nous avons eu connaissance s’est tenue en 1977 à Hartmannswiller (68). Ce village d’Alsace continue de proposer cette course chaque année. Suivant cet exemple, d’autres villages de montagne commencent à proposer également cette activité une fois par an. Nous avons donc saisi l’occasion de cet après-midi de course à Cipières pour procéder à des observations.

Cette année-là, trente-deux bolides sont sélectionnés pour participer à la course. Ils descendent soient seuls soit en binôme. Les participants ont entre 8 et 40 ans.

Savonnette Rasta Rocket, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Savonnette « Rasta Rocket », photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Les concurrents ont construit des chars à 3 ou 4 roues. Le châssis avant s’oriente grâce à un volant. Les caisses à savon ou « savonnettes » sont le plus souvent équipées de freins mais il existe certains appareils qui sont freinés grâce au frottement des chaussures du pilote sur les roues avant.

Elles sont en général fabriquées par les participants à partir de matériaux récupérées sauf trois d’entre elles dont des structures de kart ont été récupérés et améliorés. Nous retrouvons des structures de vélo, un fauteuil roulant, des charriots de supermarché modifiés, des tonneaux ou bidons, des palettes en encore des caisses de bois. Elles sont décorées selon les thèmes choisis par les concurrents. Les concurrents se déguisent parfois pour être assortis au thème de leur voiturette. Nous retrouvons par exemple cette année les savonnettes Barbapapa, pirates, Agence tous risques ou sorcière.

 

Les savonnettes passent à l’inspection avant l’ouverture de l’événement et sont déclarées conformes ou non. Les concurrents sont ensuite admis à concourir si leur caisse à savon correspond aux critères mentionnés dans le règlement.

Validation du bolide, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Validation du bolide, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Les équipes mettent entre 28 secondes et 1min10 pour effectuer la descente. Le record de la descente de ce jour est donc de 28 secondes.

Savonnette "Agence tous risques", photographie de Chloé Rosati-Marzetti

Savonnette « Agence tous risques » lors du tour de parade, photographie de Chloé Rosati-Marzetti ( 28 septembre 2014)

Les concurrents effectuent 5 passages devant les spectateurs. Le premier et le dernier sont des « parades ». Les voiturettes défilent à faible allure les unes derrière les autres afin de montrer leurs chars aux spectateurs. Les 3 autres descentes sont des courses. Chaque bolide descend un par un. Après chaque descente tous les concurrents attendent en bas que le dernier à passer soit arrivé. La route est ensuite fermée pour que les voiturettes soient remontées, des réparations ou des réglages sont parfois effectués pendant les temps d’attente. Chaque descente permet aux participants d’améliorer son temps.

Certains sont forcés d’abandonner en cours de route (casse, incident). Ainsi à la dernière descente, il ne reste plus qu’une vingtaine d’équipe en lice.

Les spectateurs sont réunis le long du parcours ou sur la place où se trouve l’arrivée. Une commentatrice annonce les passages et les temps effectués par chacun.

La route goudronnée d’environ 400 m est balisée par des bottes de foin, des barrières métalliques, des plots et des rubans de chantier. Les bottes de foin servent à créer des chicanes ou à amortir d’éventuelles chutes dans les virages.

Savonette Sorcière, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Savonnette Sorcière, photographie de Chloé Rosati-Marzetti (28 septembre 2014)

Le règlement impose le port de casques de « type cyclomoteur », de gants, de manches longues et de pantalons.

Les savonnettes sont lancées d’une rampe afin qu’elles prennent de la vitesse dès le départ. Il s’agit en fait d’un camion plateforme. Les caisses à savon sont montées sur la plateforme et descendent par le hayon.

La journée se termine par une photographie de groupe et la remise de prix. Chaque équipe reçoit un prix : celui de la descente la plus rapide, de la plus belle savonnette, de la meilleure mise en scène, etc. Le prix du grand vainqueur est une bougie jaune en forme de médaille effectué par un artisan du village.

 

 

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été prises par Chloé Rosati-Marzetti. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait, signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *