Jeu : Le jeu de boules parisien (Ile-de-France)

Jeu de boule parisien, photographie prise par

C’est un jeu de boules parisien, anciennement « jeu de berges » qui se joue en région parisienne en intérieur ou extérieur dans une dizaine de communes situées principalement dans les banlieues N.O et S.E de Paris.

Auteur de la fiche d’inventaire : Alain Nicolas

Lieu d’observation de la pratique décrite ici :

Plan

En Région Ile de France, dans les départements et communes suivantes :

– Essonne : Milly la forêt.

– Hauts de Seine : Asnières sur Seine, Bois Colombes, Clichy la Garenne.

– Val de Marne : Charenton le pont, Nogent sur Marne, St Maur, St Maurice et Vincennes.

Chaque société dispose de deux à cinq terrains dont certains sont couverts ou intérieurs.

Description :

Ce jeu était nommé « jeu de berges ». Il s’agit d’un jeu de boules qui se joue sur un terrain d’extérieur en général mais il existe quelques terrains intérieurs.

Les joueurs qui le pratiquent aujourd’hui sont licenciés auprès de la FFJBP (Fédération Française des Jeux de Boules Parisien).

Deux équipes constituées de 1 à 4 joueurs s’opposent, chaque partie se joue en 15 points ; lors d’un concours la finale se joue en 21 points.

  • Résumé des règles du jeu (disponibles en intégralité ici) :

– ART. 1.- La partie

La partie se joue en 15 points, les finales des concours en 21 points.

La phase du jeu consacrée aux deux camps en présence pour jouer leurs boules s’appelle une « mène ».

Les mènes se jouent alternativement dans les deux sens du terrain (« montée » et « descente »).

Les points sont marqués à la fin de chaque mène.

Une boule pointée en dehors du mètre est ôtée du jeu et doit rester visible des chefs de jeu sur des râteliers prévus à cet effet dans les zones des fonds de jeu.

Si le premier joueur n’a pas réussi à placer sa première boule, c’est au joueur de l’équipe adverse de jouer, et ce alternativement jusqu’à ce qu’une boule soit valable.

A partir du moment où une boule est déclarée « bonne », elle est immédiatement marquée à la craie au sol et c’est à l’équipe adverse de jouer pour tenter de reprendre l’avantage sur le point obtenu.

Cette dernière équipe jouera autant de boules qu’il faudra pour y parvenir jusqu’à l’épuisement de ses boules.

Le point peut être obtenu de deux manières différentes : pointage et tir.

– ART. 2. – Le pointage

La définition du pointage est assimilée à celle du point, il se fait de différentes manières au choix des joueurs et suivant les circonstances :

a) le pointage direct sans utilisation des berges ;

b) le pointage par une berge ;

c) le pointage par une double berge ou plus ;

d) le pointage par une berge au départ ;

e) le pointage par berge au départ, double berge ou direct afin de «tourner» quand le but est situé vers le fond ou au fond du jeu.

– ART. 3. – Le tir

Le tir consiste à déplacer avec une boule lancée avec plus ou moins de force le but ou une ou plusieurs boules.

La boule de tir est lancée en la roulant ; le tir par portée est interdit.

Les objets tirés doivent obligatoirement être « annoncés », d’une part par le chef de jeu de l’équipe annoncée et d’autre part par le tireur avant de lancer sa boule.

Le tir peut être utilisé à n’importe quel moment d’une partie, soit pour chasser une boule de l’adversaire placée près du but et qui rend difficile une reprise de point, soit pour dégager une partie du terrain ou se trouvent placées des boules gênantes, soit pour permettre ensuite un tir au but, etc.

Le tir s’exécute de différentes manières, au choix du joueur et suivant les circonstances :

a) le tir direct ;

b) le tir par une berge au départ ou une berge ;

c) le tir à la « Mayeu » (trait n°2 sur le schéma);

d) le tir par le tour : berge au départ, par double à tourner, ou par tour direct.

– ART. 4. – Règles générales

En aucun cas une faute de jeu ne doit être profitable au camp qui en est l’auteur.

Tous les déplacements du but ou des boules provoqués par des boules de pointage ou de tir reconnues non valables restent à l’appréciation du chef de camp défensif. Il peut remettre ou non le but ou les boules aux places marquées suivant que les déplacements l’avantagent ou non et suivant les règles ci-dessus énoncées.

Il est entendu que les objets annoncés et tirés sont déplacés au cours de la trajectoire « aller » de la boule de tir. La trajectoire « retour » est définie par le renvoi de la boule de tir par la planche de fond du terrain. A l’aller, les objets marqués déplacés par un mauvais tir sont remis en place, au gré du camp défensif. Au retour, tous les objets déplacés sont obligatoirement remis en place, qu’ils soient marqués ou non.

Apprentissage et transmission :

Le jeu de boules parisien est ouvert à toutes et à tous sans limite d’âge.

Le doyen actuel a 93 ans, le benjamin a 12 ans ; un enfant de quatre an peut, à deux mains faire rouler une boule sur le terrain, sous surveillance, bien sûr.

L’apprentissage est réalisé « sur le tas » par les licenciés eux-mêmes.

L’âge moyen des licenciés est de plus en plus élevé.

Le recrutement de nouveaux licenciés est de plus en plus difficile.

La FFBJP compte aujourd’hui 162 licenciés  alors qu’à la fin du XIXe siècle, on décomptait environ 2000 joueurs.

Objets utilisés et matériaux :

Joueur qui s’apprête à lancer la boule, photographie d'Alain Nicolas

Les boules sont en bronze strié ou lisse, identiques à celles du jeu de boules lyonnaises, selon la FFBJP.

Les trois boules métalliques creuses de chaque joueur, de 10 cm de diamètre chacune, sont roulées pour « pointer » et pour « tirer».

Lors du pointage, toutes les boules doivent être à moins d’un mètre du « but » ou «cochonnet» qui est en acier plein de 4,5 cm de diamètre, faute de quoi elles sont sorties du jeu.

Pour le terrain, comme la surface est en craon ou en schiste rouge très compacté, il est nécessaire de l’entretenir très régulièrement afin de maintenir cette surface aussi lisse que possible, pour ce faire l’outillage suivant est utilisé après arrosage plus ou moins dense du terrain en fonction de l’hygrométrie atmosphérique ou ambiante :

-Raclette métallique de 60 cm de long équipée d’un manche en bois ou aluminium de 1.40m de longueur environ,

-Raclette en caoutchouc dur de 80 cm de long équipée d’un manche identique à  celui de la raclette métallique,

-Pelles, seaux, brouettes, poubelles, permettant de récupérer les éléments raclés ; ces éléments sont tamisés afin de récupérer le sable fin qui est une denrée précieuse dont chaque société conserve en réserve quelques m3 en permanence sous un abri couvert,

-Rouleaux métalliques en acier lisses équipés d’un manche et d’une traverse métalliques. Chaque rouleau fait 80cm de long, 40cm de diamètre et pèse jusque 80 kgs. Un rouleau est roulé avec soin transversalement au terrain jusqu’au haut des berges tout au long du terrain afin de bien compacter l’ensemble de la surface.

 Terrain de jeu :

Terrain couvert, photographie d'Alain Nicolas

Il se joue sur des terrains rectangulaires de 32m x 4m environ, avec une pente longitudinale moyenne de 0,5% permettant l’écoulement des eaux de pluie. Chaque terrain est bordé longitudinalement de berges, à rebords en ciment, incurvées fermées trapézoïdalement en extrémités par des murets en parpaings de 1,20m de hauteur habillés en partie basse de bastaings en bois ; toute la surface est recouverte soit d’argile très fin, le « craon » et de terre végétale, soit de schiste rouge très compacte. Il est divisé en Le  est divisé en 5 zones (A, B, C, D, E).

Les joueurs lissent le terrain avant chaque partie.

Il existe à Ouistreham (Calvados), en bordure de plage à une encablure à l’Est du casino, trois terrains de jeu de boules parisien intégrés au sein d’une amicale de pétanque. Ces terrains n’ont pas les mêmes profils en long et en travers que ceux de la Région parisienne ; ils ne peuvent donc pas être intégrés à la FFJBP. Toutefois, depuis bientôt vingt ans, un tournoi fort convivial y a lieu chaque année à la Pentecôte avec participation des licenciés de la FFJBP.

Historique :

Les archives consultées par la FFJBP portent mention de ce jeu dès 1838 (photographies devenues cartes postales, comptes-rendus des assemblées générales).

En 1870, les clubs se sont regroupés en fédération (association FFJBP). Il se joue surtout en Région Parisienne et notamment dans le bois de Vincennes où, à l’initiative de Napoléon III, les communes le bordant ont obtenu des concessions de la part de la Ville de Paris pour y construire des terrains de jeu de boules parisiens. Il s’agissait alors d’un jeu réservé aux classes sociales les plus élevées.

Ce jeu a été présenté par le Préfet Lépine aux Jeux Olympiques de 1900.

Aujourd’hui, le jeu souffre de l’âge moyen élevé des licenciés, du manque de terrains couverts ou fermés, de la pénibilité et la fréquence de l’entretien des jeux (particulièrement par temps humide) et du manque de diffusions dans les médias.

Pratiques locales signalées :

La FFBJP est créée le 30 Octobre 1933 sous forme d’une association soumise à la loi du 1er Juillet 1901. Ses premiers statuts ont été publiés au JO du 22 Novembre 1933.

Actions de valorisation :

Chaque société et la fédération archivent précieusement le maximum des documents écrits qu’ils ont produits et notamment tous les comptes rendus des différentes réunions comme :

-Le congrès annuel de la FFJBP.

-L’assemblée générale de chaque société.

-Deux réunions par an et par société.

Par ailleurs, des coupes et médailles sont décernées aux meilleurs joueurs et équipes lors des différents types de concours qui ont lieu quasi chaque week-end du printemps à l’automne ; ces trophées sont eux aussi précieusement conservés.

Documentation :

Des articles accompagnés de photographies dans les publications municipales des communes concernées.

Site de la FFJBP.

Site de l’association VGA St Maur qui propose quelques informations pratiques.

Le livre d’Yves Moreau « Les jeux de boules à travers la carte postale ancienne », HC éditions, 12 rue Labrouste 75015 Paris, propose des cartes postales de jeux de boules du début du XXe siècle, pp. 52 et 53.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire.Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Alain Nicolas, président de la commission sportive de la FFJBP.

Informateurs : Membres du Comité directeur de la FFJBP

Pour plus de renseignements sur la pratiquehttp://ffjbp.free.fr/web_acappella/index.html

Date et lieu de l’enquête : Février 2016, à Clichy la Garenne (92)

Date de la fiche d’inventaire : 7 mars 2016

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été prises par Alain Nicolas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *