Jeu : La balle à la main (d’Aubigny et de Rosières en Santerre – Somme)

Terrain de balle à la main, photographie de Jacques Trobas.

Terrain de balle à la main, photographie de Jacques Trobas.

Auteur de la fiche d’inventaire : Jacques Trobas

Le principe du jeu est similaire à celui de la longue paume, de la balle au tamis, de la balle au gant et du ballon au poing. A part que cette discipline se joue avec une balle frappée à la main.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Deux terrains de jeu ont été étudiés ici : un à Aubigny (80) et un à Rosières en Santerre (80).

 Description :
Ce sport est l’héritier le plus direct du jeu de paume tel qu’il était pratiqué au Moyen Âge. On joue à main nue sur un terrain en terre battue, craie damée ou macadam, d’une surface de 65m de long sur 12m de large, et bordé de tilleuls. Il se joue dans le département de la Somme (80) et notamment dans l’est du département dans les secteurs de Corbie, Moreuil, Rosières en Santerre et Roye. Il existe deux sociétés dans le nord de l’Oise (60) et une dans le Nord (Maubeuge, 59).

Pour être mis en jeu valablement, la balle doit franchir, de volée, la distance qui sépare la ligne de tir de la corde.

Après mise en jeu, la balle doit être rechassée de part et d’autre, les échanges pouvant se produire soit de volée soit du premier bond, et s’arrêtant lorsque la balle a fait plus d’un bond ou lorsqu’une faute a été commise.

Les chasses sont marquées à l’extérieur du terrain. Au tennis, un filet partage le terrain en deux parties égales ; à la balle à la main, pas de filet mais quelque chose de plus subtil : une chasse symbolisant un filet imaginaire, mobile de surplus. Cette chasse de couleur rouge sera plantée en première à l’aplomb du point ou la balle a été arrêtée par un joueur, qui n’a pu la reprendre ni du premier bond, ni de volée, ou bien encore, elle sera posée au point même ou la balle aura coupé la lite sans qu’aucun joueur n’ayant pu la stopper dans sa course.

Le foncier de l’équipe A lance la balle autant de fois qu’il est nécessaire pour que deux chasses soient posées, d’abord la rouge, puis la bleu. Les deux chasses posées le plus près possible, les équipes changent de camp ; les chasses vont être alors jouées. Il s’agira, pour chacune des équipes soit de renvoyer la balle dans le camp adverse, si elle tombe bonne dans la surface à défendre, soit d’empêcher la balle de pénétrer dans le camp, si elle a fait au moins deux bonds avant d’y parvenir, car une balle qui a franchi la ligne de chasse en roulant, fait perdre le quinze à qui la laisse passer. Une équipe de balle à la main se compose de sept joueurs. Antérieurement les parties se disputaient à deux équipes de huit paumistes.

Apprentissage et Transmission :

Marquoir et chasses, photographie de Jacques Trobas.

Marquoir et chasses, photographie de Jacques Trobas.

Aucune archive ne nous est parvenue. Toutefois, des témoins ou des anciens joueurs font revivre les disputes d’antan et cèdent, qui une balle, qui des chasses ou un marquoir ayant appartenu à un parent.

Objets utilisés et matériaux :
La balle est une pelote de cuir cousue main par un maître paumier local, M. Brun à Aubigny (80), de 45mm et 45 g environ. Elle est constituée d’un noyau de plomb, de la laine, du latex et du cuir. Le maître paumier utilise un couteau, une aiguille ou une alène pour fabriquer les balles. Il n’existe aucun apprenti en formation pour la fabrication de balles. Un autre paumier, M. Lecus1, connaît la technique de fabrication mais n’exerce pas.

Les deux chasses (piquets de bois rouge et bleu) matérialisent le filet.

Un marquoir pour compter les points est aussi nécessaire

Terrain de jeu :

Croquis de Jacques Trobas.

Croquis de Jacques Trobas.

La balle à la main se pratique sur un terrain, en extérieur, généralement sur la place du village ceinte de tilleuls, de 65 m sur 12m et orienté nord-sud.

Historique :

  • Jeu de Pelote :

Le jeu de paume est un jeu de balle pratiqué depuis plus de deux  millénaires. Initialement joué à main nue ou gantée de cuir, il est ensuite devenu un sport de raquettes. Il est l’ancêtre direct de la pelote basque, de la balle pelote, du jeu de balle au tambourin, du tennis et plus généralement de tous les sports de raquette. Le jeu de paume est associé au serment du jeu de paume, un des événements majeurs du début de la Révolution française. La paume consiste à se renvoyer une pelote au dessus d’une ligne à la manière du tennis et se pratique en individuel (1 contre 1) ou en double (2 contre 2), mais aussi à 3 contre 3 ou 4 contre 4. La façon de compter les points (15, 30, 40 et jeu) est toujours utilisée au tennis. L’origine de la forme de comptage n’est pas clairement établie. Le port d’un gant de cuir afin de protéger la main qui frappe la balle se généralise à la fin du XIIIe siècle. La paume se pratique à l’origine en plein air, mais dès le XIVe siècle les terrains de jeu sont couverts d’un toit donnant naissance aux salles de Jeu de Paume, aussi appelés « tripots ». Vive, un ami d’Érasme, nous éclaire sur le jeu de paume en nous apprenant, notamment, qu’il n’y avait pas d’arbitre, et qu’il fallait respecter le jugement des spectateurs. Interdiction absolue de se mettre en colère et obligation de s’essuyer et de changer de chemise à la fin de chaque jeu. Le jeu doit être immédiatement stoppé si l’un des deux joueurs n’est plus physiquement apte à jouer. Première mention d’une raquette pour jouer au jeu de paume en 1505 qui se jouait précédemment à main nue ou ganté de cuir. Le battoir, raquette pleine en bois, était apparu au siècle précédent. La raquette dispose elle d’un cordage en chanvre ou en boyau. Le XVIe siècle qui s’ouvre sur cette innovation est l’âge d’or du jeu de paume en France. La pratique à main nue perdure, certains matches opposant même les tenants des deux écoles, des quatre même : main nue, main gantée, battoir ou raquette. En 1610, les paumiers se constituent en corporation. Les abus du raz-de-marée de la paume en France se devaient d’être corrigés. Certains paumiers peu scrupuleux n’hésitaient en effet pas à bourrer leurs éteufs de pierres provoquant des accidents, parfois mortels ; le frère de Montaigne décède ainsi. De nombreuses salles sont fermées tandis qu’une réglementation stricte (c’est le principe même d’une corporation) encadre désormais la production d’éteufs et autres raquettes.

  • Jeu de balle à la main :

Parallèlement, les vilains maintiennent le jeu de pelote à main nue, en France mais également en Italie (Palla eh !) ; le jeu de main est un jeu de vilain qui se pratique dans la rue ou sur une place publique qui lui est dédiée. A Harbonnières, par exemple, le jeu de paume est au centre du village et comporte deux terrains d’évolution, l’un pour la Longue Paume, jeu de raquette, l’autre pour la balle à la main.

Les luttes ont traditionnellement lieu le dimanche et chaque société reçoit à tour de rôle les autres sociétés sportives, selon la catégorie des joueurs et le calendrier défini par la fédération. Avant la seconde guerre mondiale les organisateurs mettaient en jeu des lots de valeur  pour les vainqueurs.

Des commissaires et des marqueurs sont chargés du bon déroulement des luttes  et d’officialiser les résultats qui sont souvent l’objet de contestations animées.

Pratiques locales signalées :
La Fédération Française de Balle à la Main (FFBM) a été fondée à Amiens et déclarée en Préfecture de la somme avec inscription au Journal officiel le 4 juin 1908 ; son siège social s’est déplacé avant guerre à Rosières- en- Santerre puis à Hangest- en- Santerre.

Actions de valorisation :
Grâce à la FFBM, des personnes sont aujourd’hui formées afin de transmettre et faire connaître cette pratique.

Le site internet ainsi que la création d’une « coupe de France » donne aussi de la visibilité à cette pratique qui est aussi soutenue par le Conseil Régional de Picardie et l’Agence pour le Picard.

Cependant, la direction des sports du ministère ne souhaite accorder aucune reconnaissance malgré l’inscription au journal officiel de la république française le  04 juin 1908. Pourtant d’après les participants, il serait justifié de constituer un groupement national d’intérêt sportif qui réunirait les fédérations sportives françaises dont les pratiques, héritées de la pilla et des jeux de pelote, sont apparentées et les règles souvent similaires se jouant en plein air ou en intérieur, qui sont fortement ancrées dans leurs terroirs et qui sont traditionnellement considérées comme fédérations plus folkloriques ou culturelles que sportives, par leurs interlocuteurs et les médias2.

Le but de cette valorisation est de :

– promouvoir les disciplines et l’appropriation des règles par le plus grand nombre,

– faire naître un vaste mouvement de renouveau de ces sports structurant du tissu social,

– recenser et maintenir l’utilisation des terrains d’évolution des centres des bourgs ou des villes dans un objectif de développement durable, puisque ces investissements ont été consentis par les communes depuis plusieurs siècles avec un aspect attrayant pour leur environnement

– obtenir une représentation transversale et inter-régionale auprès des autorités ministérielles sportives françaises ; être membre à part entière du  Comité National Olympique et Sportif pour les petites fédérations, aux moyens limités,

– démontrer à nos interlocuteurs que traditions ne signifie pas sclérose et engourdissement,

– favoriser les échanges entre les licenciés des diverses disciplines.

– accroître le rayonnement international de nos disciplines qui ont des sœurs et des cousines en Italie, Espagne, Belgique, Grande Bretagne, Hollande, Suède, Amérique latine, etc.

– favoriser les échanges techniques

– favoriser les échanges scientifiques et la formation de nos médecins fédéraux.

 Glossaire :
Chasse : piquet en bois – rouge ou bleu – qui délimite l’aire de jeux de chaque équipe.

Corde : ligne imaginaire matérialisée par les chasses.

Foncier : personne qui joue en fond de terrain.

Pelote : balle.

Documentation :

(d’) Allemagne, Henry-René, Sports et jeux d’adresse, 1 vol., Paris, France, Hachette, 1913.

Chapus, Eugène, Le sport à Paris, L. Hachette, 1854.

De la Marinière, Goy, La Maison academique: contenant les jeux Du picquet, Du hoc, Du tricque-trac, Du hoca, De la guerre, De la paume, Du billiard, Du palle-mail, Divers jeux de cartes, qui se joüent en differentes facons, Des 4 parties du monde, De la chronologie, Des villes de France … et autres leux [i.e. jeux] facetieux et divertissans, Chez Michel Goy, 1697.

Desees, Julien, Petite chronique illustrée des jeux de balle belges: pendant les années de guerre 1914-1918, Impr. du Centenaire, 1971.

Desees, Julien, Les Jeux sportifs de pelote-paume en Belgique du XIVe au XIXe siècle. Aperçus historiques, récits anecdotiques, évolutions., Impr. de Centenaire, 1967.

Masters, James, Borders ball: Section of the traditional handball game played at Ancrum during Shrovetide, Edinburgh, University of Edinburgh, Edinburgh, 1997.

 


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Jacques Trobas (président de la Fédération française de balle à la main).

Informateurs :

Jacques Trobas, Président de la Fédération française de balle à la main.

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Jacques Trobas : Président de la Fédération française de balle à la main : president<at>ffbm.fr

Fédération française de balle à la main : contact<at>ffbm.com

Date et lieu de l’enquête : 8 avril 2012, à  Harbonnières.

Date de la fiche d’inventaire : 8 avril 2012.

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Jacques Trobas sans informations complémentaires, si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.

  1. A Rosières en Santerre, 80 []
  2. Liste de ces fédérations : balle à la main, balle au gant, jeu dit de paume ou Valencienne, pelote Artésienne, balle au tamis, ballon au poing, pelote provençale, balle au mur  et « hand-ball », pelote basque, main nue place libre, rebot, chistera, jeu de battoir, balle au tambourin, jeu de longue paume, jeu de courte paume, squash. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *