Jeu : La balle à la main (d’Hangest-en-Santerre – Somme)

Joueurs de balle à la main, extrait de la vidéo fournie par Guy Dumont

Joueurs de balle à la main, extrait de la vidéo fournie par Guy Dumont

Auteur de la fiche d’inventaire : Pascale Parsis et Chloé Rosati-Marzetti

Il s’agit d’un jeu de balle, de la famille des jeux de longue paume, balle au tamis, ballon au poing, etc.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Hangest-en-Santerre (80).

Description :
Pascale Parsis, conseillère d’animation sportive, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale de Picardie décrit ainsi le jeu de la balle à la main :

« Ce sport est l’héritier le plus direct du jeu de paume tel qu’il était pratiqué au Moyen Âge. On joue à main nue sur un terrain en terre battue, craie damée ou macadam, d’une surface de 65 m de long sur 12 m de large. Le principe du jeu est similaire à celui de la longue paume, du ballon au poing et de la balle au tamis. A part que cette discipline se joue avec une balle frappée à la main. Pour être mis en jeu valablement, la balle doit franchir, de volée, la distance qui sépare la ligne de tir de la corde. Après mise en jeu, la balle doit être rechassée de part et d’autre, les échanges pouvant se produire soit de volée soit du premier bond, et s’arrêtant lorsque la balle a fait plus d’un bond ou lorsqu’une faute a été commise. Les chasses sont marquées à l’extérieur du terrain. Au tennis, un filet partage le terrain en deux parties égales ; à la Balle à la Main, pas de filet mais quelque chose de plus subtil : une chasse symbolisant un filet imaginaire, mobile de surplus. Cette chasse de couleur rouge sera plantée en premier à l’aplomb du point ou la balle a été arrêtée par un joueur, qui n’a pu la reprendre ni du premier bond, ni de volée, ou bien encore, elle sera posée au point même ou la balle aura coupé la limite sans qu’aucun joueur n’ait pu la stopper dans sa course. Le joueur de l’équipe A lance la balle autant de fois qu’il est nécessaire pour que deux chasses soient posées, d’abord la rouge, puis la bleue. Les deux chasses posées le plus près possible, les équipes changent de camp ; les chasses vont être alors jouées. Il s’agira, pour chacune des équipes soit de renvoyer la balle dans le camp adverse, si elle tombe bonne dans la surface à défendre, soit d’empêcher la balle de pénétrer dans le camp, si elle a fait au moins deux bonds avant d’y parvenir, car une balle qui a franchi la ligne de chasse en roulant, fait perdre le quinze à qui la laisse passer » (Pascale Parsis, à partir du site http://www.ffbm.fr/spip.php?rubrique10).

Terrain de balle à la main, schéma fourni par Jacques Trobas.

La ligne de tir sert à engager le jeu ; elle varie selon le niveau des joueurs. Pour les joueurs de division 1 (les experts), elle se trouve à 20 m de la corde, pour ceux de division 2 à 18 m et enfin pour ceux de division 3 (les débutants) à 16 m. La partie débute par un lancer d’échauffement qui n’est pas comptabilisé.

La balle est renvoyée avec la paume, certains joueurs portent des gants très fins qui sont parfois tolérés mais le plus souvent, ils jouent à main nue. La balle est composée d’un noyau en plomb, entouré de laine fortement serrée et couverte de cuir (fabrication maison). Elle mesure 45 mm de diamètre et pèse entre 40 et 45 g. Elle est fragile et s’use rapidement, de ce fait, elle doit en général être changée après une journée de tournoi.

Les points se comptent en « quinze » : 15, 30, 45 et jeu par « poule » (jeu). L’équipe gagnante est la première qui atteint 8 jeux victorieux. Depuis 15 ans, 2 équipes de 7 joueurs s’affrontent durant un match. Une équipe est composée d’un foncier (le « fort du jeu »), 3 cordiers et de 3 basses-volées. Avant cette date, les équipes étaient constituées de 8 joueurs : une longue volée se trouvait derrière le foncier. Le nombre des joueurs a été modifié en raison du manque de joueurs disponibles. En effet, un problème de recrutement entraîne les joueurs à adapter les règles.

« Equipe B« , jeu de La balle à la main

La saison débute fin mai et s’achève début septembre. Durant cette période, des journées de concours sont organisées par la fédération. Les départements de la Somme (80) et de l’Oise (60) organisent également des concours. Tous se retrouvent lors de la coupe de France de Balle à la Main.

Apprentissage et transmission :
Le jeu de balle à la main peut être transmis par la famille, mais il est transmis le plus souvent par le biais des écoles qui proposent des initiations. Certains clubs enseignent également le jeu aux personnes désireuses de le pratiquer.

Le public est très peu nombreux. Souvent, les règles ne sont pas expliquées et de ce fait pas toujours comprises par le public. De plus, la balle est petite et elle va vite, elle est souvent perdue des yeux. Aux dires de joueurs, ce jeu n’a rien de spectaculaire. Ces éléments expliquent peut-être le fait que le jeu attire peu de public et reste méconnu même lors de la Coupe de France où de petites animations sont proposées.

Objets utilisés et matériaux :
Pour pratiquer ce jeu, il faut : un terrain, une balle, deux chasses et un marquoir.

Le terrain : souvent la place principale du village : goudronné, terre battue ou craie damée.

Éléments nécessaires à la fabrication d’une balle, photographie de Mathieu Singer.

La balle : une boule de plomb entourée de deux morceaux de caoutchouc puis de 420 m de fil de laine et de deux morceaux de cuir cousus entre eux. Les outils utilisés pour la fabrication des balles sont simples, il s’agit de couteaux, aiguilles ou alènes. Ces balles sont fabriquées par Jean-Marc Brun à Aubigny (80), à partir de matériaux de récupération et des gabarits transmis par son grand-père, qui fabriquait aussi des balles pour ce sport.

Les chasses : piquets en bois peints (rouge et bleu) fixés sur un socle de bois. Souvent fabrication artisanale qui varie en fonction des sociétés.

Le marquoir : panneau d’affichage où les scores sont reportés.

Les balles, chasses ou marquoirs sont parfois donnés par d’anciens joueurs.

Terrain de jeu :

Terrain de balle à la main, photographie d'Alain Singer.

Terrain de balle à la main, photographie d’Alain Singer.

En extérieur, sur un terrain goudronné, de terre battue ou de craie damée.

Historique :
Le jeu de balle à la main serait le jeu resté le plus proche de celui d’origine : le jeu de paume pratiqué sur le territoire dès le Moyen-Age. Ce jeu est pratiqué par le peuple alors que les nobles utilisent des raquettes pour se renvoyer la balle.

Le jeu de balle à la main est beaucoup pratiqué au XIXe siècle et au début du XXe siècle en Picardie et dans le reste du Nord Pas-de-Calais. Ce jeu connait un déclin après la seconde guerre mondiale : d’une cinquantaine de clubs recensés en Picardie au début du XXe siècle, il n’en reste plus qu’un tiers environ à l’heure actuelle.

Pratiques locales signalées :
Les sociétés de joueurs se sont fédérées dès 1908 (déclarée à la Préfecture d’Amiens) sous le nom de « Fédération des Sociétés de Pelote de la Somme et des départements limitrophes », puis de « Fédération des Sociétés de Balle à la Main » avant de devenir aujourd’hui la « Fédération Française de Balle à la Main » qui comptabilise environ 200 membres.

Il y a environ une vingtaine d’années, la fédération comptait une cinquantaine d’équipes, aujourd’hui, elle n’en compte plus qu’une douzaine.

Actions de valorisation :
Le site internet de la Fédération Française de Balle à la main donne une visibilité à cette pratique tout comme l’organisation de championnat et l’existence d’une coupe de France de Balle à la main. A cela s’ajoutent également des portes-ouvertes et des démonstrations qui permettent aux clubs de faire découvrir ce jeu au public.

Certains membres sont très actifs et tentent de faire connaitre ce jeu. Cette valorisation passe aussi par des collectes d’archives locales sur cette pratique afin d’en avoir une meilleur connaissance..

Le président du Comité Fédéral de Balle à la Main monte un dossier pour avoir l’agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports afin d’être reconnu et d’obtenir des subventions pour pouvoir développer ce jeu.

Ce jeu est mentionné dans des articles de presse locale. Il a été représenté au colloque « Les jeux de paume européens : jeux d’hier, sports de demain ? », Paris, Université Paris Descartes, UFR SATPS, 29 mai 2009.

Cette pratique est soutenue par le Conseil Général de Picardie et « l’Agence pour le Picard ».

Glossaire :
Basse-volée : personne qui joue en milieu de terrain.

Chasse : piquet en bois – rouge ou bleu – qui délimite l’aire de jeux de chaque équipe.

Corde : ligne imaginaire matérialisée par les chasses.

Cordier : Celui qui se trouve au plus près de la corde ou de la raie

Foncier : personne qui joue en fond de terrain.

Pelote : balle.

Documentation :

(d’) Allemagne, Henry-René, Sports et jeux d’adresse, 1 vol., Paris, France, Hachette, 1913.

Cegarra, Marie, Les jeux de balle en Picardie: les frontières de l’invisible, 1 vol. Les Cahiers du CEFRESS, ISSN 1264-319X, Paris, France, L’Harmattan, 1998.

Chapus, Eugène, Le sport à Paris, L. Hachette, 1854.

De la Marinière, Goy, La Maison academique: contenant les jeux Du picquet, Du hoc, Du tricque-trac, Du hoca, De la guerre, De la paume, Du billiard, Du palle-mail, Divers jeux de cartes, qui se joüent en differentes facons, Des 4 parties du monde, De la chronologie, Des villes de France … et autres leux [i.e. jeux] facetieux et divertissans, Chez Michel Goy, 1697.

Desees,, Julien, Les Jeux sportifs de pelote-paume en Belgique du XIVe au XIXe siècle. Aperçus historiques, récits anecdotiques, évolutions., Impr. de Centenaire, 1967.

Diderot, Denis, D’ Alembert, Antoine-Claude Briasson, Michel-Antoine David, André-François Le Breton, Laurent Durand, Samuel Fauche, Charles-Nicolas Cochin, Benoît Louis Prevost, Jean-Michel Papillon, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre & publié par M. Diderot… & quant à la partie mathématique, par M. d’Alembert… Tome premier, vol. xvii, A Paris, chez Briasson. David l’aîné. Le Breton. Durand. M.DCC.LI -M.DCC.LXV, France, Suisse, 1751.

Lazure, Marcel, Les jeux de balle et ballon picards: ballon au poing, balle à la main, balle au tamis, longue paume, Amiens, France,, Centre régional de documentation pédagogique de Picardie, 1996.

Lesage, Thierry, «Les jeux de paume et de raquette: filiations, logique interne et déterminants culturels», Thèse de doctorat, France, Université Paris Descartes, 2006.

Loubère, Jean-Richard, Picards, faites vos jeux !, Amiens, France, Ligue de Picardie de Longue Paume : Commission Sports et Jeux de Picardie, 2000.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Une partie de la description du jeu a été rédigée par Pascale Parsis (conseillère d’animation sportive, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale de Picardie). La suite de la fiche a été rédigée par Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Guy Dumont, Président d’honneur du Comité Fédéral de Balle à la Main.

Bernard Stecken, Ancien membre du Comité Fédéral de Balle à la main.

Pascale Parsis, Conseillère d’animation sportive, Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale de Picardie (Amiens, Somme).

Mathieu Singer, vice-président de la Fédération Française de Balle à la Main (FFBM).

Jacques Trobas, Président de la FFBM.

Date et lieu de l’enquête : 25 juillet 2012, Châteauneuf sur Sarthe

Date de la fiche d’inventaire : 15 août 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Alain et Mathieu Singer et Guy Dumont.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *