Jeu : La borroka (de Bayonne et environs – Pyrénées-Atlantiques)

Scène de Borroka, photographie de Bernard Cabos.

Scène de Borroka, photographie de Bernard Cabos.

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte

La borroka est une forme de lutte inspirée de celles pratiquées au Pays basque jusqu’au début du XXe siècle. Elle est promue par l’association « Borroka 64, luttes et cultures »1 et est pratiquée à Bayonne et ses environs : Saint-Jean-de-Luz, Anglet, Bidache (64).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Bayonne et Saint-Jean-de-Luz (64).

Description :
La borroka pratiquée depuis 2009 est une libre interprétation d’une forme de lutte plus ancienne, qui s’inspire également des codes sportifs et festifs du Pays basque français contemporain (tenues des lutteurs, txalaparta2 en accompagnement musical).

A ce jour, la « lutte à la ceinture » est la seule forme de borroka codifiée par l’association.

photographie de

Scène de Borroka, photographie de Bernard Cabos.

Un combat dure en moyenne 15 à 20 secondes. Deux adversaires se font face, sur un terrain herbeux ou éventuellement sableux, au centre d’un couloir tracé à la craie d’1,20 mètre de large sur dix de long. Chaque concurrent a déposé son béret -qui symbolise « sa maison »- au fond de son camp, pour en marquer la limite. Chacun doit repousser l’autre jusqu’à ce béret. Chacun agrippe la ceinture de l’autre (dans son dos) en faisant passer sa main droite sous le bras gauche de l’adversaire et sa main gauche par-dessus le bras droit de l’adversaire, et le pousse.

Pour agrémenter le jeu et donner une chance aux concurrents plus légers, le combat peut aussi être remporté en faisant tomber deux fois son adversaire.

photographie de Cendrine Lagoueyte.

Txalaparta, photographie de Bernard Cabos.

La txalaparta accompagne systématiquement les luttes, elle procure un accompagnement sonore « comme en Afrique », selon des informateurs. Le choix de cet instrument tient en son caractère « régional » et sa sonorité « terrestre ».

Les lutteurs ne pratiquent pas exclusivement la borroka, au contraire, elle n’est pour l’instant qu’un supplément ponctuel. Il n’y a donc pas d’entrainement spécifique ni de compétition, ils ne la pratiquent donc que lors de prestations de promotion.

L’objectif de cette lutte n’est pas d’évoluer en compétition ou en mesure de performances mais d’être festive, de faire participer le public, dans l’esprit des défis d’autrefois.

Les lutteurs ont une tenue obligatoire, constituée d’un pantalon blanc, d’un polo vert ou rouge, d’une cinta (ceinture de tissu), et d’un béret. Le lutteur peut combattre pieds nus, en espadrilles ou en chaussures de sport (de type tennis).

Apprentissage et Transmission :
Les membres pratiquants de l’association sont également pour la plupart des membres de clubs de luttes locaux (lutte libre, lutte gréco-romaine, grappling) et bénéficient donc d’une certaine familiarité avec la lutte à la ceinture basque.

Lors des deux mois qui précèdent le tournoi des Fêtes de Bayonne, tous les samedis matins, l’association Borroka 64 propose un entrainement ouvert à tous pour acquérir les règles du jeu et les bases de la technique (dont le positionnement du bassin).

En 2012, une quinzaine d’enfants (filles et garçons) furent présents à ces séances, ainsi qu’une vingtaine d’adultes (dont une dizaine régulièrement). Pendant les fêtes, le mercredi 120 enfants ont participé à l’animation, le jeudi ils étaient plus de 500.

Objets utilisés et matériaux :
La tenue des lutteurs : un pantalon blanc, un polo vert ou rouge, une cinta (ceinture de tissu), un béret. Le lutteur peut combattre pieds nus, en espadrilles ou en chaussures de sport (de type tennis).

Terrain de jeu :
En extérieur, sur toute surface herbeuse (ou éventuellement sableuse).

Pratiques locales signalées :
L’association « Borroka 64, luttes et cultures« , est une association loi de 1901 fondée le 24 novembre 2007 (journal officiel du 22 décembre 2007).

Elle est affiliée à l’Ufolep 64 (fédération sportive multisports, membre du CNOSF) et au Comité National Français de Lutte Kourach3. Elle comporte 7 sections et 140 membres: « Luttes traditionnelles » Bayonne, « école primaire Brana » Bayonne, « Aviron Bayonnais », « Borroka Saint Jean de Luz », « Borroka Anglet », « Borroka Bidache », « Animations, festivals et conférences ».

Bernard Cabos-Duhamel est aussi membre de la Commission Nationale Sportive Ufolep « Arts martiaux et Luttes traditionnelles », en charge du kourach et des luttes traditionnelles pour la France. Il a été élu Président de « l’Union Francophone de Kourach et Luttes traditionnelles » lors du festival des Luttes et cultures à Ludon-médoc le 3 octobre 2010 en la présence des dirigeants de la Fédération Internationale de Kourach « IKA » et des représentants de 24 pays membres de la francophonie. »4.

Le président de Borroka 64 (lutteur lui-même) en découvrant les différentes luttes traditionnelles encore pratiquées à travers le monde, s’est interrogé sur l’existence probable d’une lutte traditionnelle au Pays basque. Même s’il n’en a pas identifié de traces écrites, avec l’aide d’un chercheur de l’Université de Vitoria-Gasteiz (Pays basque espagnol) et de chercheurs amateurs (association Lauburu au Pays basque français), il a enquêté et recueilli divers témoignages de seconde main5 sur une forme de lutte qui aurait été pratiquée il y a plus de cent ans au Pays basque français, entre hommes adultes, à la sortie de la messe du dimanche, sur la place du village.

A partir de ces informations (sources orales, un site internet anonyme et des photographies), il a établi un premier règlement, celui de la lutte à la ceinture, que depuis l’association s’attache à promouvoir.

La lutte à la ceinture, réinventée en 2009, devrait être prochainement suivie du makila (canne-bâton) et de la zipota (sport de combat avec les pieds) qui sont en train d’être codifiés et déjà proposés en démonstration.

Actions de valorisation :
L’association intègre la lutte à la ceinture basque dans la plupart de ces animations (associée à des sumos gonflables) : sur les plages d’Anglet, pendant les Fêtes de Bayonne, à Hendaye, à Bidache, à Saint-Jean-de-Luz (64) ou de ses participations à des festivals de luttes traditionnelles : par exemple le « Playa tour Ufolep » en septembre 2010 à Saint-Sébastien (Espagne), en Cantabrie (Espagne), à Bordeaux (33), La Teste-de-Buch (33). Elle participe également à des animations en écoles et centres aérés : à Saint-Pée-sur-Nivelle, Biarritz, Mérignac, Bayonne (64).

L’association a créé sa propre page sur Facebook sur laquelle des vidéos tournées par ses membres sont visionnables (ainsi que sur le site Internet Youtube).

Intégration aux modules de formation Ufolep « luttes traditionnelles », pour les animateurs de centre aérés, animateurs sportifs municipaux, CQP, BP JEPS.

À un niveau de sa reconnaissance publique, l’association reçoit des subventions de l’UFOLEP, du CNDS, de la ville de Bayonne (1000€), les cotisations de sa centaine de membres. En 2012, une entreprise du bâtiment locale lui a offert les 500€ de frais d’inscription aux Fêtes de Bayonne.

France 3 (édition Euskal Herri-Pays basque) a tourné un sujet sur la borroka, ainsi que la chaine de télévision ETB (Euskadi, Pays basque espagnol).

Des articles sont parus dans la presse locale (Sud Ouest, La semaine du Pays basque).

La TVAB (la télévision du club omnisport de l’Aviron Bayonnais, diffusée sur Internet) a réalisé un sujet récemment.

Glossaire :
Cinta : ceinture de tissu. Elle fait partie de la tenue obligatoire du lutteur. Dans ce jeu, il faut agripper la ceinture de l’adversaire (dans son dos) .

Documentation :

Association Borroka 64, Luttes et cultures, «Borroka- Lutte traditionnelle Basque», Site officiel, 2009. http://www.borroka.fr/?page_id=8.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Cendrine Lagoueyte (anthropologue)

Informateurs :

Bernard Cabos, président de l’association « Borroka 64, luttes et cultures » et président du comité national « luttes traditionnelles » de l’Ufolep.

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Bernard Cabos, « Borroka 64, luttes et cultures » : bernard.cabos<at>orange.fr

Date et lieu de l’enquête : du 15 juin au 31 août 2012 au Pays basque (France).

Date de la fiche d’inventaire : 1er septembre 2012.

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Bernard Cabos.

  1. Bernard Cabos en est le président; il est également président du comité national « luttes traditionnelles » de l’Ufolep []
  2. Instrument de musique de type percussion, joué au Pays basque. []
  3. L’association Borroka 64 est le premier club en France de kourach (lutte traditionnelle d’Ouzbékistan []
  4. Extrait du site Internet de l’association, corrigé par B. Cabos : http://www.borroka.fr/?page_id=8 []
  5. Les témoins âges de 80 à 90 ans ont pu rapporter des anecdotes que leurs pères leur avaient racontées. Certains se souvenaient également y avoir eux-mêmes joué à l’école. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Cendrine lagoueyte dit :

    Bonjour,
    Pour information, les TROIS photographies sont de Bernard Cabos.
    Pouvez-vous rectifier les crédits photo?
    Merci
    Cendrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *