Jeu : La boule flamande (de Godewaersvelde – Nord)

Partie de boules flamandes, photographie de Frédéric Douchet (La Voix du Nord)

Partie de boules flamandes, photographie de Frédéric Douchet (La Voix du Nord)

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

C’est un jeu de précision qui s’apparente à la bourle pratiquée dans la région de Tourcoing et Wattrelos (59) (cf. fiche inventaire).

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Nord, Nord Pas-de-Calais, à Godewaersvelde (59) : au sud-est de Dunkerque, à la frontière belge.

Description :
Ce jeu se pratique sur un terrain légèrement concave mesurant environ 20 m de long sur 3 m de large. Le terrain se nomme une bourloire. La piste était autrefois faite de terre battue, bouse de vache, sable et sel ou bière, le tout mélangé. Aujourd’hui, la bourloire de Godewaersvelde est en ciment. Une fosse (appelée « noyau » est disposée à chaque extrémité ; si le joueur (ou « bouleur ») envoie sa boule avec trop de force, elle tombe dedans et est hors-jeu.

"Boules" sur l'étaque, photographie de Nicolas Dequéant.

« Boules » sur l’étaque, photographie de Nicolas Dequéant.

Deux « étaques » sont placées à 1 m de chaque extrémité, juste avant les noyaux, il s’agit de rondelles de cuivre incrustées dans la piste. Elles sont souvent peintes afin de signaler au joueur le but à atteindre. Ce jeu se déroule sur le principe des allers-retours afin de minimiser les trajets. Le but sert donc tour à tour de départ et d’arrivée.

Une partie se joue en 12 points.

Une balise avec cloche est parfois présente sur certaines pistes. Elle permet d’augmenter la difficulté du jeu. La baliste se transforme en écueil et devient tantôt un obstacle tantôt un point d’appui.

Les bords relevés de la piste forment de légères pentes que les joueurs utilisent pour placer leurs « boules ». En fait de boules, il s’agit de disques communément appelés « boules » ou « boules plates ».

Ce sont des « tranches de bois cylindrique » possédant un côté fort (plus lourd) et un côté faible (plus léger). La boule est donc attirée par le côté fort et roule de guingois selon une trajectoire dite « modifiée ». Le joueur doit ainsi posséder une grande expérience pour faire slalomer sa boule et la voir arriver à l’endroit désiré. La tranche de la boule est protégée par une couche de caoutchouc.

A Godewaersvelde, les boules pèsent entre 1,5 et 1,7 kg et sont fabriquées en bois de noyer ou d’orme. A Bailleul et Boeschepe (59) en revanche, elles peuvent peser jusqu’à 8 kg et peuvent être faites à l’aide de bois de gaïac, bois lourd. Toutefois, elles sont parfois fabriquées en résine synthétique.

Lancer d'une "boule", photographie de Frédéric Douchet (La Voix du Nord)

Lancer d’une « boule », photographie de Frédéric Douchet (La Voix du Nord)

Dans chaque équipe, c’est le meneur qui décide de la stratégie de jeu et explique aux joueurs comment placer les obstacles pour bloquer la progression des adversaires. Au cours des parties, 2 équipes s’affrontent. A Godewaersvelde, une équipe peut comporter de 2 à 14 joueurs, chaque joueur possédant une boule. Les équipes se décomposent en un commandant, des pointeurs et des frappeurs. Le pointeur est un joueur de précision, qui se place le plus près possible de l’étaque alors que le frappeur est un joueur qui « tire » pour enlever les boules gênantes afin de dégager la voie aux pointeurs.

Une équipe se voit attribuer la couleur rouge, l’autre, la couleur bleue. Les joueurs sont répartis après tirage au sort dans les équipes et c’est l’équipe bleue qui entame la partie. Les pointeurs de l’équipe bleue placent leurs boules au plus près de l’étaque. Une fois qu’ils ont joué, leurs coéquipiers placent leurs boules sur le terrain afin qu’elles constituent des obstacles pour l’équipe adverse. Lorsque tous les bleus ont joué, c’est au tour des rouges ; les frappeurs rouges tentent d’enlever les obstacles alors que les pointeurs doivent alors faufiler leurs boules entre les obstacles pour atteindre l’étaque, le but étant de se placer dessus (c’est-à-dire « faire yo ») ou le cas échéant au plus près.

Chaque boule de la même équipe qui se trouve au plus près de l’étaque marque un point. Des cercles concentriques sont souvent dessinés autour de l’étaque afin de permettre une meilleure appréciation des distances et de favoriser les mesures.

Les bourloires se trouvent aujourd’hui sur des terrains municipaux ou communaux. Les pistes sont couvertes afin que les pratiquants puisent joueur en toute saison. Auparavant, elles n’étaient pas couvertes et se trouvaient dans les cours des cafés et des estaminets.

Les sociétés de boules flamandes proposent souvent des initiations payantes (entre 1,5€ et 3€ pour une heure et plus). Elles sont gratuites pour les enfants de moins de 12 ans. Les observations sont en revanche gratuites et ouvertes à tous. Les sociétés de Godewaersvelde sont ouvertes tous les soirs à partir de 17h ainsi que le week-end.

Ce jeu est également pratiqué dans les régions de Bailleul et Boeschepe (59). Il y a toutefois quelques variantes, notamment quant au but (pour Bailleul) et au poids des boules (pour Boeschepe).

  •  Vocabulaire particulier :

« Faire une poussette » : lorsque la boule est envoyée avec une certaine force suivant les conseils du commandant.

Apprentissage et transmission :
Le club de Godewaersvelde propose des initiations d’une heure à l’issue desquelles les participants maitrisent les bases du jeu. L’association propose également des animations pour les scolaires et les centres-aérés des environs.

Objets utilisés et matériaux :
Une bourloire et des « boules ». Les boules sont en orme ou en noyer avec une bande de caoutchouc pour protéger la tranche (morceau de chambre à air). Elles sont fabriquées par un artisan menuisier de la ville. C’est lui qui fournit tous les joueurs.

Terrain de jeu :
Sur la piste couverte de la « zone de loisirs » de Godewaersvelde (59).

Historique :
Selon nos informateurs, l’historique de la boule flamande se fond dans celle de la bourle. D’aucuns voient une trace de son existence dans l’extrait des bans échevinaux de Lille du 4 août 1382 qui interdit la pratique de ce jeu sur la voie publique, il s’agit du même arrêté que celui cité par les joueurs de bourles (qui interdit les jeux de « bourles »).

Actions de valorisation :
Aucune action particulière. Il existe toutefois des articles figurant dans la presse locale.

Glossaire :
Boule plate : sorte de palet.

Bourloire : terrain concave.

Côté fort : côté le plus lourd de la « boule » qui l’attire dans une certaine trajectoire.

Côté faible : côté le plus léger de la « boule ».

 Etaque : pièce circulaire en métal signifiant le but à atteindre.

Noyau : fosse qui se trouve à l’extrémité de la bourloire.

Documentation :

Damien, Marie-Madeleine, Groupement interdisciplinaire de recherche en sport et tourisme, Le patrimoine de nos régions: ruine ou richesse future ?, 1 vol., Paris, France, l’Harmattan, DL 2011, 2011.

Jeux Picards, «Les Boules Flamandes», s.d. http://www.jeuxpicards.org/bouleflamande.html.

Lobjois, Dominique, Jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, 1 vol., Douai, France, Engelaere, 2008.

«Commune de  Godewaersvelde – Boule Flamande», Site officiel de la mairie, http://www.godewaersvelde.fr, s.d. http://www.godewaersvelde.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=277:boule-flamande&catid=115:boule-flamande&Itemid=201


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Patrick Teite, Président de l’association « Boules Flamandes Godewaerseveldoise ».

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Patrick Teite : teite.patrick<at>free.fr

Date et lieu de l’enquête : 14 septembre 2012, Châteauneuf sur Sarthe

Date de la fiche d’inventaire : 14 septembre 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été prises par Nicolas Dequéant et Frédéric Douchet (photographe au journal La Voix du Nord).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lecoeuvre Pascale dit :

    Bonjour
    Merci pour votre site très intéressant. Je suis à la recherche de documents concernant le jeu de boule au fossé pratiqué à Orchies dans le Nord. Merci de me contacter sur pascalelecoeuvre@gmail.com si vous aviez des info
    Cordialement Pascale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *