Jeu : La boule cauchoise (du Pays de Caux – Seine-Maritime)

Lancer de boule cauchoise, photographie fournie par Pascal Gange.

Lancer de boule cauchoise, photographie fournie par Pascal Gange.

Auteur de la fiche d’inventaire : Pascal Gange

Jeu de boules plates sur bouloir en plein air ou couvert.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Luneray, Gerponville, Yvetot, Ecretteville-les-Baons., dans le Pays de Caux (76), en Haute-Normandie.

Description :

  • Les règles de la partie :

Le but du jeu est de se rapprocher le plus du gars. La boule située le plus près du gars compte un point. Si toutefois une boule de la même équipe touche la boule gagnante sans toucher la boule adverse elle compte un point supplémentaire.

Les parties se déroulent en 7 points (partie courte) ou en 13 points (partie longue). Toutefois, on peut procéder en cas de temps limité à une version qui comporte 6 parties (dites mènes), en cas d’égalité de points une 7e mène est nécessaire pour départager les équipes.

Jeu de boules cauchoises, photographie fournie

Jeu de boules cauchoises, photographie fournie par Pascal Gange.

Si deux boules sont ex-æquo la partie est à rejouer. Toute boule sortant du bouloir est éliminée. Toute boule n’ayant pas franchi la moitié du bouloir est à rejouer une seule fois.

Le tir direct sans que la boule ait roulé entraîne l’annulation du jet.

Lorsque le gars est lancé, il doit automatiquement avoir franchi la moitié du bouloir. En cas de 2 échecs du lancement du gars, le gars revient à l’équipe adverse. Si le gars se trouve expulsé du jeu la partie est à rejouer.

 

  •  Le déroulement du jeu :

Le jeu peut se dérouler en individuel, en doublette ou en triplette. Chaque joueur dispose de deux boules en doublette ou en triplette, de trois boules en individuel.

Avant de commencer le jeu, le gars est lancé par l’arbitre ou une personne neutre. Tous les joueurs lancent une boule en même temps. Le plus près du gars commence la partie. Les joueurs se placent derrière une ligne située à un mètre du fond du bouloir, parallèle à la ligne médiane.

Boules et gars, photographie fournie par Pascal Gange.

Boules et gars, photographie fournie par Pascal Gange.

Après le lancement du gars par le gagnant, il est joué une première boule toujours par le joueur qui a obtenu l’engagement. L’équipe adverse jouera ensuite sa première boule, puis ce sera à l’équipe qui ne tiendra pas le gars de jouer afin de prendre la main.

Le vainqueur de la mène (partie) sera celui qui est le plus proche du gars dès que plus aucune équipe n’a de boules à jouer.

Pour les mènes suivantes, la remise en jeu sera faite par l’équipe vainqueur de la mène précédente.

 

Apprentissage et Transmission :
Ce jeu est transmis par les joueurs lors d’occasions spéciales :

Fête villageoise avec démonstration de boules cauchoises sur les bouloirs d’Ecretteville-les-Baons et de la Chaussée (1 fois par an).

Rencontre amicale sur un bouloir simple à Luneray ou sur un bouloir couvert au Avremesnil (1 fois par semaine).

Objets utilisés et matériaux :
Le bouloir est un terrain de forme ovale d’une longueur de 12 à 14 mètres pour une largeur de 6 à 8 mètres. Ce terrain est entouré d’une ceinture  de 45° vis-à-vis du sol plat, la largeur de ceinture ne peut excéder 80 centimètres. Il est ceinturé de terre ou de béton ou tout autre matériau.

Bouloir, photographie de Pascal Grange.

Bouloir, photographie fournie par Pascal Grange.

Bouloir, photographie de Pascal Grange

Bouloir, photographie fournie par Pascal Grange

 Les boules cauchoises se présentent sous forme de galettes ou de fromages, le diamètre se situe entre 18 à 22 centimètres, alors que l’épaisseur varie entre 8 à 11 centimètres. Les boules cauchoises et le gars sont fabriqués en bois de frêne, de chêne, de merisier ou de pommier. Le fournisseur est la menuiserie Duchesne à Autretot (76).

Boule cauchoise, photographie de Pascal Grange

Boule cauchoise, photographie fournie par Pascal Grange

Boule cauchoise, photographie de Pascal Grange

Boule cauchoise, photographie fournie par Pascal Grange

Le gars se présente sous forme de gros cochonnet, c’est une sphère dont le diamètre ne peut excéder 8 centimètres.

Terrain de jeu :
Sur un bouloir, en intérieur ou en extérieur.

Historique :
Cette historique est issu d’un collectage fait par les participants.

Vers 1950, on jouait à la boule cauchoise le dimanche après-midi dans les cafés-bouloirs. Les femmes ne jouaient pas, quant aux jeunes garçons ils pouvaient jouer à partir de 14 ans mais toujours après les « vieux »! En semaine, on « jouait la bouteille » avec les copains : celui qui perdait offrait la bouteille de cidre ou de vin.

C’est la mode des apéritifs qui aurait fait disparaître les bouloirs dans les cafés ; en effet,  les hommes consommaient beaucoup d’alcool mais ne jouaient plus aux boules cauchoises… Les cafés-bouloirs ont disparu dans les années 1960, 1970 !

Des concours de boules cauchoises ont été organisés jusqu’en 2004 avec les Amis de Constant Lecoeur.

En 2013, il existe encore 6 bouloirs dans le Pays de Caux (3 bouloirs simples : à Yvetot, Ecretteville-les-Baons, Luneray et 3 bouloirs couverts : à la Chaussée, Sasseville, Avremesnil), mais il y a sûrement d’autres bouloirs cachés dans les villages du pays de Caux….

Pratiques locales signalées :
JeuxtradiNormandie (JTN) est né symboliquement en 2011 pour le 11ème centenaire de la Normandie. Mais l’action en faveur des jeux traditionnels date de juillet 2001, date de la première reconstitution d’une rencontre de choule crossse après un arrêt depuis 1942 ou 1943.

JeuxtradiNormandie regroupe à présent 9 associations et/ou clubs de choule crosse pratiquant aussi la grande choule.

JeuxtradiNormandie a plusieurs vocations:

– la coordination des actions événementielles et de collectage ;

– la gestion d’un site internet commun ;

– l’aide à la mise en place et à la représentation pour les associations ;

– la rédaction de documents de promotion et liens presse ;

– l’organisation de compétitions, concours …

Actions de valorisation :
Ce jeu figure dans le guide global des jeux, il est présenté sur internet (jeuxtradinormandie.fr) ou dans des expositions ou dans des boutiques.

Il y a des projets de concours officiels.

Glossaire :
Gars : boule qui symbolise le but à atteindre.

Mène : une manche durant la partie.

Documentation :

Jeux TradiNormandie, «Jeux TradiNormandie-Fédération des jeux et sports traditionnels Normands et Vickings -», jeuxtradinormandie, s.d. http://jeuxtradinormandie.fr/.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Pascal Gange (Secrétaire de la fédération JeuxtradiNormandie).

Informateurs :

Raymond Bouffard, Gérard Vincent, Daniel Férey, Didier Clatot

Date et lieu de l’enquête : Août 2010 à Luneray, Septembre 2011 à Gerponville, Novembre 2011 à Yvetot, Juin 2013 à Ecretteville-les-Baons.

Date de la fiche d’inventaire : 28 juin 2013

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Pascal Gange sans informations complémentaires, si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour

    Au musée « La maison des Croyances et Traditions du Terroir » situé à saint-Pierre-en-Port 76540 vous pouvez venir jouer à la boule cauchoise nous avons créé un bouleu par contre celui de Gerponville n’existe plus
    en savoir plus sur http://www.maisondescroyances.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *