Jeu : La colombophilie (de Lille – Nord)

Lâcher de pigeons, photographie du site colombophiliefr.com

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti

La colombophilie consiste à élever des pigeons-voyageurs et les faire participer à des courses de pigeons-voyageurs. Ici, ce sont surtout de ces courses dont il est question.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : Lille, Nord (59) en région Nord-Pas de Calais.

Description :

Pigeon-voyageur, photographie du site richard.adamczak.perso.neuf.fr/luh/ACCUEIL.html

Pigeon-voyageur, photographie du site richard.adamczak.perso.neuf.fr/

Ce jeu regroupe des personnes qui élèvent des pigeons-voyageurs. Un pigeon voyageur peut parcourir plus de 1000 km d’un trait. Sa vitesse est d’environ 100 km/h. Il revient toujours dans son colombier. Les éleveurs ou « joueurs » sélectionnent et élèvent les pigeons pour développer leurs capacités. Le gagnant est le propriétaire du premier pigeon à revenir à son colombier.

Les pigeons-voyageurs sont bagués pour permettre de les reconnaitre. En France, deux bagues sont placées aux pattes des pigeons, une première est un « matricule » et est associé à un carton d’identification, sa couleur change selon les années de naissance des oiseaux : c’est la carte d’identité de l’animal. La seconde comporte les coordonnées du propriétaire.  Ces bagues existent également en version électronique.

Les pigeons sont amenés dans le local de la société d’appartenance de l’éleveur, ils sont «enlogés » (placés dans des cages afin d’être transportés), ils sont référencés et on leur appose une bague supplémentaire sur une des deux qu’il possède déjà. Les pigeons sont ensuite emmenés  par camion au lieu de lâcher. Les concours se déroulent tous les week-ends.

Les pigeons sont enlogés le samedi puis convoyés au point de lâcher. Ils sont lâchés le dimanche matin, les propriétaires rejoignent quant à eux leur sociétés afin de suivre le dépouillement des résultats. Le pigeons lâchés, ils retournent ensuite à leur lieu de naissance. Le premier arrivé est le gagnant.

Il existe des concours de vitesse (sur de courtes distances), des concours de demi-fond (réalisés en une journée), des concours de fond (course d’endurance sur plusieurs jours). Pour le concours de fond, l’enlogement s’effectue le mercredi ou le jeudi car les pigeons ont une distance plus importante à parcourir.

Même si les pigeons compétiteurs sont traités avec grand soin tant qu’ils courent (ils peuvent rapporter beaucoup d’argent s’ils gagnent), une fois que les pigeons ne sont plus aptes à concourir, ils sont mangés. Ce jeu permet donc également de mettre en avant  le « patrimoine gastronomique » local.

Les éleveurs – « les couenneux »1 – font leurs propres croisements. Il existe par ailleurs une race de pigeons qui a obtenu l’appellation AOC.

Il s’agit d’un univers assez fermé où les pratiquants sont, pour la majorité, issu du milieu minier. Ce jeu est très populaire et très ancré dans la culture locale et les associations sont très impliquées dans la valorisation du jeu.

Lâcher de pigeons, photographie du site richard.adamczak.perso.neuf.fr/luh/ACCUEIL.html

Lâcher de pigeons, photographie du site richard.adamczak.perso.neuf.fr/

La Fédération de Colombophile française regroupe 21 fédérations régionales avec environ 20.000 membres. Le bureau est renouvelé tous les 4 ans et se réunit 2 fois par ans pour prendre des décisions relatives à la pratique et sa règlementation. Il comprend un président, deux vice-présidents, un secrétaire et un trésorier. Au bureau sont ajoutés des présidents de sections, élus eux aussi pour 4 ans. Chacun d’eux a en charge une branche importante de la discipline comme la communication, la protection, la recherche scientifique, médicale et relative à la protection des pigeons, etc.

Les différentes fédérations nationales sont regroupées dans la Fédération Internationale de Colombophilie qui siège à Bruxelles (Belgique). C’est là que sont décidés les règlements et les règles des concours internationaux.

Pour organiser un concours et afin qu’il soit valide, il faut posséder un « permis de lâcher » de pigeons visé par la fédération française ou les fédérations régionales. Les éleveurs y participants doivent posséder une licence colombophile nationale.

Apprentissage et transmission :
Cette pratique se transmet de père en fils (nécessité de posséder un pigeonnier : transmission familiale) voire d’oncle en neveu. Le jeu se transmet dans la famille proche.

Les pratiquants du Nord sont essentiellement  issus du milieu minier (à 90%).

Objets utilisés et matériaux :
Les participants doivent posséder un colombier (structure maçonnée) pour accueillir leurs pigeons. Le colombier est un bâtiment circulaire (voire carré) maçonné. Les murs extérieurs sont lisses et comportent au tiers de leur hauteur du bâtiment une radière2. L’intérieur du colombier est constitué d’alvéoles permettant ainsi aux pigeons de nicher.

Terrain de jeu :
Dans 21 régions françaises (dont DOM et TOM).

Historique :
Des traces d’élevage de pigeons apparaissent dès la période de la Grèce antique puis de la Rome antique où des colombiers étaient déjà érigés. Les civilisations antiques utilisaient les pigeons comme messagers. Ils tinrent ce rôle tout au long de l’Histoire. Charlemagne (environ 742-814) en fait un privilège des nobles et au Moyen-Age, les seigneurs et religieux (abbayes) possédaient des pigeonniers. A la Révolution, les privilèges sont abolis et tout citoyen possède désormais le droit d’avoir son colombier. Outre leur rôle de messager, les pigeons constituaient également un fond de réserve de viande fraiche. Dès les campagnes de Napoléon, il est réutilisé pour porter les messages en temps de guerre. Quelques années après, le rôle des pigeons durant la guerre de 1870 et les Première et Seconde Guerres Mondiales est incontestable. Ils permettaient d’envoyer des messages aux troupes alliées. Petit à petit la colombophilie en tant que sport voit le jour et la Fédération Nationale des Sociétés Colombophiles de France est créée en 1927. En 1949, devant l’essor de ce sport, Sainte Catherine est choisie pour être la sainte patronne des colombophiles.

Le site internet colombophiliefr.com comprend un historique très détaillé du rôle des pigeons voyageurs au cours des siècles.

Actions de valorisation :
Emission et publicité radio, articles de presse, reportages télévisés, sites internet.

Présentation aux foires agricoles, dans des salons et des expositions, etc.

Ce jeu est en plein essor. La publicité active permet de le faire connaitre.

Partenariat avec l’étranger. Réseau international important.

Glossaire :
Coulon : pigeon en picard.

Coulonneux : éleveurs de pigeons.

Enloger : mettre les pigeons dans des cages pour les transporter.

Documentation :

Barrier (Nom), Frisch Jacqueline, Louchet Pierre, «La colombophilie chez les mineurs du Nord. Préface de Georges Friedmann.», Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 19, fasc. 6, 1964, pp. 1254–1255.

Fcf, «Fédération de colombophilie française», 2010. http://www.colombophiliefr.com/.

Reinfray, Alexandra, Samuel Dhote, Le pigeon voyageur: de l’Antiquité à la colombophilie moderne, 1 vol. Sociétés aujourd’hui, ISSN 1764-3880, Rennes, France, Éd. «Ouest-France», 2007.

Union des fédérations régionales des associations colombophiles de France, Colonbophilie, 1976.

Vigne, Mickaël, «“ Des animaux et des jeux dans le Nord de la France ” Ethologie et Praxéologie», n°14. Ethologie et Praxéologie affilié au LABAH, 2010.

Wittouck, Sylvain, La colombophilie parfaite: Encyclopédie pigeonnière illustrée, Nabu Press, 2012.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Chloé Rosati-Marzetti (anthropologue).

Informateurs :

Mickaël Vigne, sociologue, sociologie du jeu traditionnel.

Date et lieu de l’enquête : 25 août 2012, Châteauneuf sur Sarthe

Date de la fiche d’inventaire : 29 août 2012

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page sont issues des sites colombophiliefr.com et richard.adamczak.perso.neuf.fr/luh/ACCUEIL.html. Si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.

  1. « Coulon » signifie pigeon en patois []
  2. Frise glissante qui revient sur la construction. Elle est en général en faïence, en zinc ou en ardoise. Cette frise empêche les prédateurs de grimper et de s’introduire dans le colombier par les ouvertures hautes. []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Navez L dit :

    Bonjour,
    j’ai trouvé cette présentation par hasard.
    Que de beaux souvenirs auprès de mon regretté grand-père!
    Ce hobby qui est plus proche de la passion et du sport est très répandu au-delà de vos frontières: Belgique, Hollande, Allemagne etc etc
    Les pigeonniers auxquels vous faites référence sont les pigeonniers d’antan mais bon nombre sont les pigeonniers construits par les colombophiles eux-même!
    Quand aux termes employés, il faudrait modifier « enloger » car il signifie effectivement le fait de mettre en cage le pigeon pour transport mais ceci, en vue d’un concours.
    Vous pouvez également ajouter « constater » qui signifie le fait de relever l’arriver d’un pigeon lors d’un concours.
    Cette action était effectuée manuellement par enlèvement d’une bague caoutchouc numérotée placée à la patte du pigeon lors de l’enlogement.
    Celle-ci était placée dans une capsule (en cuivre ou laiton) puis insérée dans un appareil dit « constateur » ou « pointeur » plombé dans lequel se trouve une horloge avec un tourniquet irréversible qui retient prisonnière la capsule jusqu’au dépouillement au « local ».
    Là, le responsable enlève, devant témoin, les capsules une à une de l’appareil en énonçant le numéro de chacune des bagues.
    Ce numéro correspondant à la bague officielle du pigeon et le temps d’arrivée étant connu grâce à un pointeau placé dans le « constateur », il est aisé de savoir quel pigeon, de quel colombophile est arrivé et quand.
    Aujourd’hui, la technique a évolué, certainement à tort, et l’électronique a pris le relais…

    Voila qui est fait!

    Ludo 36ans
    Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *