Jeu : Les dominos (des pays de Caux et Bray – Seine-Maritime)

Jeu de dominos, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Jeu de dominos, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Auteur de la fiche d’inventaire : Jean-Philippe Joly

Les dominos sont un jeu de société qui se joue à deux.

Lieu d’observation de la pratique décrite ici : D’après le témoignage de Maurice Charpentier, les dominos sont un jeu qui faisait rage dans la région de Falaise jusque dans les années 1960 (et peut être après, en ce qui concerne les dominos normands).

Description :

Photographie du Musée National de l'Education, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Photographie issue du Musée National de l’Éducation

Ils se jouaient avec un jeu de 28 pièces, exclusivement à deux. Chacun prenait sept dominos et on gardait de côté les quatorze autres. Cela se jouait sans piocher, jusqu’à ce qu’un des joueurs ne puisse plus poser. A ce jeu-là, c’était tu gagnes ou tu perds, avec parfois des parties nulles quand chacun se trouvait bloqué.

Suivant les endroits, le nombre de dominos en jeu varie. En Pays de Caux et Bray (76) et même en vallée de Seine (92), les dominos étaient parfois conservés dans une « poule ». Les compétions actuelles s’appellent toujours « des poules à Dominos » et sont mentionnées dans les journaux locaux (notamment Paris Normandie). Cette poule creuse pouvait servir de pioche.

L’hebdomadaire des Nouvelles de Falaise organisait auparavant un challenge avec des éliminatoires, qui se déroulaient dans la plupart des bistrots du canton et une partie du Pays d’Auge, et qui duraient une grande partie de l’hiver, avec des finales à Falaise. « J’ai souvenir de prix très importants; vers les années 1955 ça devait tourner autour de 50 000 francs de l’époque au premier (si ma mémoire est fidèle) ».

La poule aux Dominos était organisée une fois par an dans beaucoup de villages normands, surtout de l’Est.

Joueurs de dominos, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Joueurs de dominos, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

  •  Vocabulaire :

– Le jeu de dominos en Normandie mobilise un vocabulaire spécifique, pouvant désigner des actions ou des acteurs :

Touilleux : joueurs.

Toutounaer : remuer les dominos dans sa main. Les dominos sont tenus côte à côte dans le creux de la main.

– Certains termes sont utilisés pour désigner les différents dominos :

Couche-tout-nu ou  bianchinette : double-blanc.

Un asticot tout chaud : l’as.

Doublle tré : double-trois.

Catouille ma tout cha : Double-quatre.

Un quin : un cinq.

La mé coche et ses douze teïtes, le gros Pé ou eul Président : Double-six.

Joueurs, photographie Paris Normandie 2013

Joueurs, photographie de Paris Normandie 2013


À Crasville-la-Rocquefort (76), quarante-deux touilleux se sont affrontés. Jérôme Saillot gagne le concours de dominos.

Concours, photographie de Paris Normandie (en ligne), publié le 03/05/2013 à 09H02

Concours, photographie de Paris Normandie (en ligne), publiée le 03/05/2013


Saint-Saire, une poule aux dominos commune
:
La poule aux dominos, organisée conjointement par le comité des fêtes et le club des Epis d’or, a réuni cent vingt-sept joueurs, à la salle des loisirs. « C’est une bonne participation », précisait le président du comité des fêtes, Alain Goubert.

Apprentissage et Transmission :

Feu de la Saint Clair de La-Haye-de-Routot, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Feu de la Saint Clair de La-Haye-de-Routot, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

L’apprentissage se fait par le biais des compétitions ou en famille, et ce essentiellement en Eure (27) et Seine-Maritime (76).

Des parties annuelles sont jouées le jour de l’embrasement du bûcher géant de la St Clair à La-Haye-de-Routot (27).

Des championnats ont lieu régulièrement. Des « Veillées jeux » sont également organisées.

Objets utilisés et matériaux :
Pour jouer aux dominos, il faut 28 pièces dominos et une poule en porcelaine ou en bois, ou encore en papier mâché est disposée sur le comptoir d’un bistrot. La « poule » peut aussi être une boîte qui portait ce nom.

Terrain de jeu :
Ce jeu est beaucoup pratiqué dans l’Eure (27) et la Seine-Maritime (76), essentiellement basse vallée de Seine, Roumois et Pays de  Caux.

Historique :
Il est communément admis en Normandie qu’on y jouait dès la Renaissance, et notamment à Rouen et au Havre (76). La grande popularité du jeu au Brésil viendrait du fait que les marins à l’époque du bois rouge, l’avaient introduit là-bas.

  • Extrait de la revue bimensuel du 11 janvier 2012, « Le petit manchot d’autrefois », n° 181, Dubosc Georges, le jeu de Domino en Normandie, 1924 :

« Il a été proclamé dernièrement rois du Domino et princes du Double-Six, deux braves normands du Calvados, qui se sont mesuré les dés en main. Déjà, l’an dernier, à Deauville, un maçon très expert, M. Gauthier, avait battu tous les concurrents et même son dernier adversaire, M. Mator, maire de Pennedepie, bien digne, lui aussi, d’un tel honneur. D’autres concours sont encore en vue.

C’est que le jeu de dominos est le véritable jeu des Normands, celui qui convient le mieux à leur caractère, à leurs habitudes et à leur sapience proverbiale. Ne met-il pas en avant toutes leurs qualités et toutes leurs vertus natives ? La mémoire pour se rappeler tous les dés abattus pour les évoquer immédiatement, et pour se rendre compte du fort et du faible de l’adversaire ; l’attention soutenue, la méditation réfléchie, la perspicacité avisée ; la psychologie du partenaire, la décision prompte et sûre.

N’y a-t-il pas même un peu d’imprévu et de magie, dans le mouvement de ces dés souvent remués et dans leurs cliquetis joyeux et bruyants sur les tables de marbre du cabaret et de l’auberge où se réunissaient jadis les habitués du domino ? A combien d’ingénieuses combinaisons ne peuvent pas se prêter ces simples dés rangés et alignés suivant les règles de l’art ? Des calculateurs les ont estimées à près de 400,000 figures…

Et, malgré le sérieux attentionné avec lequel on joue le jeu traditionnel en Normandie, combien de plaisanteries et de drôleries ne provoquent pas l’innocent jeu de dominos ! Ne sait-on pas, par exemple, que la mare d’Yvetot, au pays « des joueux de domino », ne tient bien l’eau que parce qu’elle est pavée de double-six qu’y ont jetés les joueurs, heureux de se dépouiller de quelques dés embarrassants ? Et puis combien pittoresques suivant les terroirs, sont les appellations des dés : le gros papa, le gros père, le double-six ; la patrouille, le cinq qui date des beaux temps de la Garde nationale et des interminables parties qui se jouaient pendant les heures inoccupées, la patrouille qui représentait quatre hommes et un caporal ; la blanchisseuse, la blanchinette pour le double blanc ; le quatuor le catouilleux qui figure le quatre ; le six au fin ou le cizeau fin et bien d’autres. Et les réponses énigmatiques en fin de partie, quand le jeu est bouché et qu’on va compter les points, alors que le combat s’arrête, faute de combattants ! – « Combien de dés ? – Autant que de pattes et d’oreilles !… » Manière ingénieuse, détournée, bien normande, qui peut laisser planer encore un doute, d’annoncer qu’on tient encore six dés en main. Et les rites traditionnels et amusants de la partie de dominos ! Quand, par exemple, un voisin de campagne, un fermier, avait perdu la partie, pendant la soirée, la malice paysanne voulait que les enfants le reconduisent avec une lanterne d’écurie… pour qu’il ne soit pas dévalisé de son gain, en route ! On n’était pas plus ironiquement cruel !

Carte postale ancienne, image fournie par Jean-Philippe Joly

Carte postale ancienne, image fournie par Jean-Philippe Joly

Dans le pays de Caux, dans le pays de Bray, dans tous les coins de Basse-Normandie, on joue la partie de dominos, on taquine l’os, avec autant d’entrain qu’on joue la manille dans le Midi. Les parties passionnées se succèdent sans fin pendant les après-midi dominicales. Pendant la guerre, les bonnes parties de dominos à trois s’étaient un peu apaisées, mais il y a encore quelques vieux dominotiers, qui n’ont pas abandonné leurs parties. A Rouen même, où tous les « porteux » du pays de Caux avaient introduit la partie de dominos parmi tous les négociants de la Côte-d’Or, et il y avait tels cafés de l’ancien cours Boieldieu, comme les cafés Bricque et Mennechet où, le vendredi, on remuait les dés en dégustant une bouteille poussiéreuse de fin bourgogne. On jouait alors la partie à deux, ou à trois, la partie carrée, sans pêche, pioche, talon ou cuisine, qui sont les surnoms des dés inoccupés. La partie à deux a, vraiment seule, du charme. Il n’est pas toujours facile de se rencontrer à quatre qui veulent se battre. Quand on est trois, c’est bien ennuyeux, dit la chanson. Dans ce cas, on a la ressource de jouer avec un « mort », comme au whist, mais un mort au milieu de trois bons vivants, jette toujours un froid… Tout cela revient à dire au surplus, qu’il y a différents moyens de jouer aux dominos : partie de tête-à-tête, chaque joueur prenant six dés ; partie de tête-à-tête à quelque nombre de dés que ce soit ; partie à quatre, chacun pour soi, sans être aux points ; partie à deux contre deux ayant chacun six dés et jouant pour gagner le plus tôt cent points.

Le nombre des dés s’étend, aujourd’hui, ordinairement jusqu’à vingt-huit, divisés en sept espèces, commençant par le « double-blanc » et finissant par le «double-six », formant 168 points. Mais ne croyez pas qu’il en a toujours été ainsi. L’Académie universelle des jeux ou Dictionnaire méthodique et raisonné de tous les jeux, publiée en 1825, indique que le nombre des dés était parfois porté à 36, divisés en huit espèces, et allant du « double-blanc » au « double-sept », formant 252 points. Ce nombre des dés a même été porté jusqu’à 45, allant toujours du « double-blanc » jusqu’au « double huit », formant ensemble 360 points. Et nous n’assurerions pas qu’il n’y ait pas eu des « double-dix » ! Pour se renseigner sur ces combinaisons assez restreintes du jeu, il faudrait consulter quelques recueils spéciaux ayant trait au noble jeu des dominos, mais cette bibliographie n’est pas très complète. On a chanté cependant les beautés du « double-six » et les ruses compliquées pour parvenir à boucher le jeu de l’adversaire et le contraindre à s’avouer vaincu ».

Ce passage est extrait du site de la bibliothèque municipale de Lisieux (14).

Pratiques locales signalées :
JeuxtradiNormandie (JTN) est né symboliquement au milieu de l’année 2011 pour le 11e centenaire de la Normandie.

Mais l’action en faveur des jeux traditionnels date de juillet 2001, date de la première reconstitution d’une rencontre de choule crosse après un arrêt depuis 1942 ou 1943.

JeuxtradiNormandie regroupe à présent 10 associations et/ou clubs de choule crosse pratiquant aussi la grande choule.

Sa vocation est :

– la coordination des actions événementielles et de collectage

– la gestion d’un site internet commun

– la démarche pour les associations et représentation de celles-ci

– la rédaction de documents de promotion et liens presse

– l’organisation de compétitions, de concours …

Actions de valorisation :
Aucune.

Documentation :

Dubosc, Georges, «Le Jeu de dominos en Normandie», les Chroniques  du Journal de Rouen, 19 octobre 1924.

L. C., Académie universelle des jeux; ou, dictionnaire méthodique et raisonné de tous les jeux qui se jouent généralement dans la société et les endroits publics, Chez Corbet, 1824.

Le petit manchot d’autrefois -, «En Normandie – Le jeu de domino en Normandie», 11 janvier 2012. http://www.le-petit-manchot.fr/en-normandie/181-le-jeu-de-domino-en-normandie/le-petit-manchot-d-autrefois/.


Ce billet correspond à l’une des fiches réalisée dans le cadre de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel des jeux traditionnels français, financé par la Ministère de la Culture et de la Communication. Si vous souhaitez ajouter des informations complémentaires à cette fiche, n’hésitez pas à poster un commentaire. Vous pouvez également nous contacter à l’adresse suivante : fiches.pci<at>gmail.com.

Auteur de la fiche d’inventaire : Jean-Philippe Joly (président de JeuxtradiNormandie).

Informateurs :

Jean-Philippe Joly, président de JeuxtradiNormandie, fédération des jeux et sports traditionnels normands

Pour plus de renseignements sur la pratique :

Jeuxtradinormandie, Jean-Philippe Joly : jphjoly<at>wanadoo.fr

Date et lieu de l’enquête : 2012 /2013.

Date de la fiche d’inventaire : 22 juin 2013

Crédits photographiques : les photographies publiées sur la page ont été fournies par Jean-Philippe Joly sans informations complémentaires, si vous souhaitez effectuer votre droit de retrait signalez-le nous.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. savoye dit :

    On pourrait ajouter à votre précieux docuentaire les expressions : deux coups de deux, la belle en trois ou jouer la ferme de Caltot, dont je resterais probablement et bien modestement être le seul à en connaître l’origine.

    • Chloé Rosati-Marzetti dit :

      voici les explications données par Djsavoye à propos de ces expressions :
       » Deux coups de deux, la belle en trois » : cette expression, je l’entendais sur le café épicerie que tenait ma mère entre 1955 et 1961 (j’avais entre 4 et 10 ans). C’était une « règle » du « coin » (du pays de Caux).
      On jouait deux ou trois manches. Le premier qui avait gagné 2 parties remportait la manche
      On faisait une seconde manche à l’identique. Si c’était le même joueur qui gagnait cela s’arrêtait, mais si la première manche était remportée par A et la seconde par B, on faisait une troisième où il fallait remporter 3 parties. Cela pouvait être plus long, s’il y avait 3 joueurs.
      Pour l’anecdote, il y avait un cultivateur de la région qui avait ce surnom parce qu’il avait eu 2 fois des jumeaux et un cinquième seul). Je tairais son nom, son épouse étant encore de ce monde.

      Quant à l’expression « jouer la ferme de Caltot », c’était un peu comme jouer une tournée (d’apéritif). Les gens utilisaient cette expression mais ne savaient pas d’où elle venait.
      Il y avait une famille Auvray sur la commune de Lammerville. Madame Auvray possédait entre autres le château, le manoir, une maison de maître dans le hameau des Mesnils. Elle possédait également la ferme de Pierre Prieur, des Savoye et des Leclercq.
      Les anciens parlent encore du château de Mme Auvray ou de la côte de Mme Auvray qui était dure en vélo. Madame Auvray s’est mariée fin du XIXe à Monsieur Rion ; rentier et entre autres propriétaire d’une grande ferme à Caltot (près de Saint-Laurent-en-Caux). Il avait 3 enfants : un garçon décédé à la guerre de 1914 et deux filles Suzanne et Marthe décédées à la fin des années 60.
      Monsieur Rion, « oisif » était bon vivant et joueur et c’est au cours de l’une des ses parties de dominos qu’il jouait avec son métayer qu’il a dit : je te joue la ferme de Caltot. Et, … il a perdu. Dettes d’honneur, il a donné sa ferme et sa propriété à son métayer.
      Les Rions se retrouvant « dehors » sont venus habiter Les Mesnils, hameau de Lammerville.
      Je tiens cette histoire des demoiselles Rion où maman, après son divorce et son café épicerie était devenue gouvernante et chauffeur de ces charmantes demoiselles.
      Il n’y a pas de descendants chez les Rion. Des petits, petits cousins dont le général d’Alançon, dont vous pourrez retrouver des infos sur la toile.
      En espérant apporter un petit filet d’eau aux dominos ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *