Présentation du projet

Entre novembre 2011 et novembre 2012, l’Université de Nantes (Centre nantais de sociologie, EA 3260) a été chargée d’un projet de recherche sur l’inventaire des jeux traditionnels en France, à la demande du Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication. Historiquement, les jeux traditionnels du domaine français ont déjà fait l’objet de plusieurs inventaires de la part de folkloristes, d’ethnologues, ou de communautés de pratiquants. Un précédent important est l’enquête menée par Pierre Boratav et Hélène Trémaud au Musée national des arts et traditions populaires autour de l’exposition « Jeux de force et d’adresse dans les pays de France » en 1957, dont la méthodologie peut encore inspirer les travaux actuels1. Dès 1954, des questionnaires sont envoyés, via le Ministère de l’éducation nationale, aux inspecteurs d’académie et aux services académiques et départementaux de la jeunesse et des sports, afin de recueillir une « énumération détaillée des jeux et sports, de caractère régional ou local, qui se pratiquaient naguère et dont le souvenir est toujours vivant ou qui sont pratiqués actuellement dans une région, une académie ou un département déterminés »2. En réponse à cette campagne de questionnaires, 38 départements transmettent des listes de jeux, parfois accompagnées de mémoires d’érudits locaux et de listes d’informateurs, permettant de nouer des relations avec les 200 prêteurs qui contribueront à l’exposition de 1957. A la suite de l’exposition, le Musée national des arts et traditions populaires se dotera d’un département « jeux », animé par Hélène Trémaud qui prolongera ses enquêtes dans les années 1960, notamment autour des différentes variantes de jeux de quilles3 et autour du cas des joutes4. La perspective, cependant, est à cette époque largement inspirée par le structuralisme ; elle s’intéresse surtout à établir une classification générale des jeux traditionnels.

Carte postale ancienne, photographie fournie par Jean-Philippe Joly

Carte postale ancienne, photographie fournie par Jean-Philippe Joly
Voir la fiche Les Dominos

D’autres inventaires, réalisés depuis, ont été limités à une région donnée, de sorte que certaines zones géographiques du territoire français restent totalement vierges à ce jour. En Provence, par exemple, Charles Galtier a réalisé son Trésor des jeux provençaux parallèlement à l’exposition du Musée national des arts et traditions populaires5. Il propose une classification qui inclut aussi les jouets, les formulettes, les rondeaux et les jeux de l’enfance, mais son travail n’a malheureusement pas été mis à jour depuis. En Picardie, un ouvrage publié sous l’égide de la DRDJS d’Amiens a répertorié une quinzaine de jeux les plus répandus dans la région et a présenté leurs règles, leur histoire, en illustrant abondamment la documentation recueillie avec des photographies et des schémas6.

En Bretagne et en Midi Pyrénées, un travail important a été fourni, plus récemment, par l’Association Européenne des Jeux et Sports Traditionnels (AEJST). Cette structure, qui réunit beaucoup de professeurs d’éducation physique et de militants associatifs intéressés par les jeux traditionnels, a bénéficié de soutiens européens pour réaliser un inventaire des jeux traditionnels dans différentes régions d’Europe. Le projet « Jouez avec tout votre cœur ! Partagez votre culture » a été réalisé par l’AEJST en 2005 et 2006 avec l’aide du programme « Culture 2000 » de l’Union européenne7. Il a permis de rassembler des fiches d’inventaires et de proposer une typologie européenne fondée sur l’observation de la diversité technique des pratiques. Pour le cas français, le travail de l’AEJST s’est concentré sur la Bretagne et la région Midi Pyrénées, permettant d’identifier 65 pratiques bretonnes et 20 pratiques méridionales. Des fiches descriptives (12 pour la Bretagne, 8 pour Midi Pyrénées) ont été rédigées.

Mais malgré ces quelques exemples d’inventaires, c’est une vision parcellaire, voire partiale du phénomène des jeux traditionnels qui est donnée. Dans une perspective d’identification et de sauvegarde des jeux traditionnels au titre du patrimoine culturel immatériel, de nouvelles enquêtes paraissent donc nécessaires. L’inventaire des inventaires disponibles permet ainsi de développer une approche critique des travaux existants. En s’inspirant aussi de travaux réalisés en dehors du domaine français et en tenant compte de la complexité des définitions existantes, nous proposons ici d’entendre la notion de jeu traditionnel, en relation étroite avec la catégorie du patrimoine culturel immatériel, comme un ensemble de pratiques ludiques à contenu moteur, faiblement institutionnalisé, transmis de génération en génération et auquel est associé un sentiment d’attachement identitaire sur un territoire donné. Seront donc exclus a priori du champ d’étude les jeux de société (non moteurs) ou les jeux réactivés uniquement dans un cadre pédagogique ou scolaire (fortement institutionnalisés).

Le pot, photographie fournie par Jean-Paul Benoit

Le pot, photographie fournie par Jean-Paul Benoit
Voir la fiche Le jeu de billes

Le présent projet d’inventaire, proposé dans le cadre de la Convention de l’UNESCO de 2003 sur le patrimoine culturel immatériel, s’intéresse aux jeux traditionnels du domaine français (France métropolitaine et outre-mer) en insistant sur le contexte d’effectuation des pratiques, les groupes d’âge ou les catégories de sexe concernés, et les différentes variantes géographiques repérables. Étant donné le nombre et la diversité des formes culturelles concernées, la recherche entreprise ne vise pas l’exhaustivité. Elle permet cependant d’établir une première liste représentative, d’identifier les formes culturelles les plus menacées, et de proposer le cas échéant une méthodologie en vue de la réalisation ultérieure d’enquêtes plus complètes dans les différents territoires concernés.

Sur le plan de la méthode, la recherche s’est décomposée en deux temps : un inventaire extensif des pratiques a précédé un inventaire réalisé selon des méthodes qualitatives. L’étude extensive a utilisé les techniques de la sociologie quantitative. Un questionnaire adressé aux communautés de pratiquants par l’intermédiaire des associations culturelles, éducatives et sportives, des offices du tourisme, et des centres de recherche spécialisés a permis de réaliser un premier inventaire sous la forme d’une base de données qui a fait l’objet a mi-parcours d’un traitement statistique et cartographique exhaustif en laboratoire8. L’inventaire proprement dit utilise les méthodes qualitatives propres à l’enquête ethnographique. Il s’est développé en fonction des taux de réponse au questionnaire de pré-enquête, signalant le niveau de coopération des communautés dans les différentes régions du territoire français. Ainsi, le repérage de formes représentatives de jeux traditionnels, permis par l’étude extensive, a abouti à mi-parcours avec la réalisation d’enquêtes qualitatives.

La recherche effectuée permet à ce jour, au bout de 12 mois de travail, de proposer un ensemble représentatif de 65 fiches-types, correspondant aux principales formes de jeux collectées pour chaque région. Des fiches supplémentaires pourront être sollicitées directement auprès des communautés ou lors d’enquêtes ultérieures qui restent à prévoir.

Il avait été prévu au début de la recherche que quatre régions (Bretagne, Pays de la Loire, Provence Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon) feraient l’objet d’investigations plus intensives en relation avec les laboratoires de recherche partenaires du projet. En fonction des aides obtenues au cours du projet, d’autres régions ont aussi été privilégiées. Des réunions de suivi régulières, réunissant collecteurs et porteurs de traditions, ont permis de confronter différents types de regards sur les jeux traditionnels. Une session de formation au collectage du patrimoine culturel immatériel a aussi été organisée sous la forme d’une journée d’études tenue à Aix-en-Provence le 23 mars 2012, permettant d’envisager la rédaction d’un guide de collecte des jeux traditionnels.

La joute sur l'eau à Bercy, 14 juillet 1882, photographie du site de la fédération française de joute et sauvetage nautique

La joute sur l’eau à Bercy, 14 juillet 1882, photographie du site de la Fédération française de joute et sauvetage nautique
Voir la fiche des Joutes languedociennes

Le projet de recherche s’est appuyé sur deux laboratoires labellisés, l’un en sociologie, l’autre en ethnologie. Le Centre nantais de sociologie (CENS EA 3260, Université de Nantes) a pris en charge la réalisation de l’étude sociologique quantitative et des enquêtes qualitatives. L’Institut d’études méditerranéennes, européennes et comparatives (IDEMEC UMR 7307, CNRS et Université Aix-Marseille 1) a garanti scientifiquement la démarche en termes ethnologiques. Les réunions de suivi et de coordination ont été organisées alternativement par les deux laboratoires concernés. Par ailleurs, le projet de recherche a profité du partenariat existant entre le Centre nantais de sociologie et la Confédération FALSAB des sports et jeux traditionnels de Bretagne. Une pré-enquête avait été effectuée en Loire-Atlantique l’année précédant le projet9 et un colloque international sur les jeux traditionnels a été organisé à Nantes en septembre 2011 à l’Université de Nantes10. La FALSAB a réalisé à l’échelle régionale une démarche d’inventaire qui est étroitement associée à l’inventaire national ici présenté.

Accéder aux rapports de recherche du projet :

Rapport de recherche 2012 de L.S. Fournier [entier]

Rapport de recherche 2013 de L.S. Fournier [entier]

Rapport de recherche 2014 de L.S. Fournier et C. Rosati-Marzetti [entier]

Rapport de recherche 2015 de L.S. Fournier, A.L. Briant et C. Rosati-Marzetti [entier]

Rapport de recherche 2016 de L.S. Fournier [entier]

—————————————————————————————–

  1. Voir P. Boratav et H. Trémaud, 1957, « Jeux de force et d’adresse dans les pays de France », Arts et Traditions Populaires, 6e année, n°1-2. []
  2. Archives MNATP, T 263. []
  3. Voir H. Trémaud, 1964, Les français jouent aux quilles, Paris, Maisonneuve et Larose. []
  4. Voir H. Trémaud, 1968, « Les joutes languedociennes », Arts et Traditions Populaires, 16e année, n°1. et 1970, « Les joutes provençales », Arts et Traditions Populaires, 18e année, n°4. []
  5. Voir Ch. Galtier, 1952, Le trésor des jeux provençaux, Raphèle-lès-Arles, Collection de Culture Provençale. []
  6. Voir J.-R. Loubere, 2000, Picards, faites vos jeux, Amiens, DRDJS, 2000.Un autre ouvrage concernant cette région et le Nord Pas de Calais a été réalisé depuis par Lobjois (2008). Ces ouvrages restent cependant pour l’essentiel concentrés sur leur région d’appartenance. []
  7. Voir P. Lavega Burgues (éd.), 2006, Jeux traditionnels et société en Europe (Projet Européen Culture 2000), Barcelone, AEJST. []
  8. Voir la base de données en annexe du rapport intermédiaire : Fournier (2012). []
  9. Voir B. Monchablon, 2011, Les pratiques ludiques traditionnelles dans le département de Loire- Atlantique : acteurs, territoires et processus mis en « jeux » Master 2 Pro, UFR STAPS, Université de Nantes, 2 vol. []
  10. Voir L. S. Fournier (dir.), 2013, Les jeux collectifs en Europe. Transformations historiques, Paris, L’Harmattan. []